Mardi 21 septembre 2021

Société

« Il ne faut pas répondre à la violence par la violence »

27/11/2020 Commentaires fermés sur « Il ne faut pas répondre à la violence par la violence »
« Il ne faut pas répondre à la violence par la violence »
Pour Emmanuel Nintunze, un discours rassembleur sauve la société.

Pour Emmanuel Nintunze, coordinateur national de l’ONG Biraturaba œuvrant dans le domaine de la résolution pacifique des conflits, répondre au mal par le bien est un moyen efficace pour régler les conflits et asseoir une réconciliation.

Face à un discours haineux, dangereux, il faut toujours opposer un discours rassembleur, pacifiste. Pour Emmanuel Nintunze, coordinateur national de l’ONG Biraturaba œuvrant dans le domaine de la résolution pacifique des conflits, il ne faut pas que le feu attire le feu. « Un discours haineux peut provoquer des représailles. Pour toute société, soit vous acceptez de vivre ensemble, soit il y a des dérapages. En cas de dérapage, il faut des sages dans la société».

Le rôle des sages est d’aider les autres, insiste-t-il, de participer à la résolution pacifique des conflits. Ces derniers ont les qualités nécessaires pour conseiller et bien gérer la société. « Ils conseillent les autres en expliquant les conséquences des discours de haine et leurs auteurs finissent par reconnaître qu’ils sont marginalisés. Nécessairement, ils vont changer».

Le coordinateur national de Biraturaba rappelle la règle d’or qui doit guider les humains : « Il faut faire aux autres ce que tu aimerais qu’on fasse pour toi. C’est bon d’utiliser un discours rassembleur, pacifiste où tout le monde peut dire je me sens à l’aise.»

Selon Emmanuel Nintunze, un discours haineux peut provoquer des violences de masse. Y répondre par la violence serait embraser la société. « En l’absence de sages, c’est la destruction totale puisqu’un discours haineux engage toute la société ». Il appelle tout un chacun à la retenue pour éviter l’irréparable et bâtir une société juste et prospère.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 595 users online