Jeudi 25 avril 2024

Politique

«Il faut un échange permanent entre les forces de Défense et de Sécurité et les politiques»

16/02/2018 Commentaires fermés sur «Il faut un échange permanent entre les forces de Défense et de Sécurité et les politiques»

Après l’atelier de trois jours entre les représentants de la classe politique burundaise et les forces de Défense et de Sécurité organisé par la CVR, les participants ont convenu sur la nécessité d’un échange permanent. C’était ce jeudi 15 février au terme de cette rencontre sur les mémoires blessées.
Mgr Jean-Louis Nahimana, président de cette commission, soutient que la réconciliation nécessite notamment la confiance entre les hommes en uniforme et la classe politique.

Les participants à l’atelier étaient des militaires, des policiers et des hommes politiques

Selon lui, un cadre leur permettant des débats aidera à dépasser la méfiance mutuelle. «Affranchis de cette suspicion, ils pourront alors travailler en synergie pour la consolidation de la paix».
Différents participants à l’atelier soulignent que le dialogue social permanent est fondamental dans le processus de réconciliation. «C’est le moment de passer de l’intolérance à la tolérance, de la méfiance à la confiance, etc ».

«Cet atelier aura été d’importance capitale », estime Abdoul Kassim, président du parti UPD-Zigamibanga. Il fait savoir que c’est la toute première fois que les politiques et les forces de l’ordre se parlent de vive voix.

Léonce Ngendakumana, vice-président du parti Frodebu, abonde dans le même sens. «Il y a eu une compréhension mutuelle, chaque groupe a reconnu sa part de responsabilité dans les différentes crises». Et d’ajouter que l’avenir pourra être bon si les échanges continuent.

Le colonel Nduwamungu, officier de la FDN, recommande l’intégration des représentants politiques dans les comités mixtes de sécurité. Quant au colonel Njejimana, un autre officier, il met l’accent sur la conception des projets pour la lutte contre la pauvreté : «La réconciliation est impensable au sein d’une population affamée».

L’atelier était organisé autour de la thématique : «Des mémoires blessées à un rêve commun : Quelle synergie entre les acteurs politiques et les corps de défense et de sécurité pour le renforcement de la capacité de résilience de la population ? »

CVR

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 5 215 users online