Mardi 27 juillet 2021

Santé

Hypertension : l’accès aux traitements reste un défi

30/09/2020 Commentaires fermés sur Hypertension : l’accès aux traitements reste un défi
Hypertension : l’accès aux traitements reste un défi
Dr Constantin Nyamuzangura : « Parfois l’on prescrit des médicaments que les malades ne sont pas en mesure d’acheter. »

Les personnes atteintes des maladies cardiovasculaires font face à mille et une difficultés, a déclaré le Cadre d’expression des malades au Burundi (CEMABU), lors de la célébration de la journée mondiale du cœur, ce mardi 29 septembre.

L’insuffisance des médecins cardiologues, tel est le défi majeur auquel font face les personnes atteintes des maladies cardiovasculaires au Burundi, selon Sylvain Habanabakize, président du Cemabu. «Le nombre de médecins cardiologues est inférieur aux malades hypertendus que compte le pays ».

En plus de cette insuffisance du personnel soignant, Sylvain Habanabakize déplore les faibles moyens financiers de certains malades. Ils deviennent un fardeau pour leur famille et la société. «Le grand problème, c’est qu’il y a des assurances maladie qui ne couvrent pas les soins de ces personnes hypertendues. Celles qui le font ne couvrent pas la totalité des soins ».

D’après Dr Constantin Nyamuzangura, président de l’association des médecins cardiologues du Burundi, les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité tant au Burundi qu’ailleurs dans le monde. Il exhorte le gouvernement, surtout la Mutuelle de la Fonction publique, à faciliter l’accès aux traitements pour les patients atteints des maladies cardiovasculaires. A l’instar des malades du sida et de la tuberculose.

« Il est vrai les médecins cardiologues sont insuffisants. Mais parfois l’on prescrit des médicaments que les malades ne sont pas en mesure d’acheter », déplore Dr. Nyamuzangura.

Toutefois, les médecins cardiologues confient que ladite journée arrive au moment où il s’observe des jeunes qui ont des maladies cardiovasculaires comme l’AVC.

Pour Dr. Philippe Kanyabwero, l’obésité et le manque d’exercices physiques sont les principales causes de ces maladies chez les jeunes. Il interpelle les jeunes de faire des examens généraux régulièrement.
Selon l’OMS, une personne meurt par minute dans les pays en voie de développement à cause des maladies cardiovasculaires.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« Nyakamwe » n’est pas seul

Cinq ans après la disparition du journaliste Jean Bigirimana d’Iwacu, sa famille porte toujours le deuil avec douleur. On sent chez elle une sorte de résignation stoïque suite à la perte de son cher fils, qui était aussi un pilier (…)

Online Users

Total 1 599 users online