Samedi 29 janvier 2022

Politique

HRC48 : des organisations alertent sur les violations des droits humains au Burundi

19/08/2021 3
HRC48 : des organisations alertent sur les violations des droits humains au Burundi
43 organisations demandent au Conseil des droits de l’Homme de garder un œil vigilant sur le Burundi

« Au cours des derniers mois a été documentée une augmentation des arrestations arbitraires d’opposants politiques ou de personnes perçues comme telles, ainsi que des cas de torture, de disparitions forcées et d’assassinats ciblés », lit-on dans la lettre adressée aux représentants permanents des Etats membres et observateurs du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, mercredi 18 août. Pour les 43 organisations signataires, cela apparaît comme un retour en arrière pour le Burundi par rapport aux progrès initiaux ayant suivi les élections de 2020.

Selon ces dernières, des violations graves qui pourraient constituer de crimes contre l’humanité se poursuivent au Burundi. « Nous considérons qu’il n’existe aucune base ni progrès mesurable qui justifierait un abandon de l’approche actuelle ou un non-renouvellement du mandat de la commission d’enquête sur le Burundi », soutiennent-elles.

Ces organisations demandent au Conseil des droits de l’Homme de s’assurer d’une continuation du travail de documentation, de suivi, de rapports et de débats publics sur la situation des droits humains au Burundi. Et de l’exhorter à mettre un accent particulier sur les questions de justice et de redevabilité.

« Le Burundi n’est pas un paradis terrestre où il ne peut pas y avoir de malfaiteur», indique Hamza Vénant Burikukiye, activiste et représentant légal de l’association Capes+. En cas de violation des droits humains, il conseille aux victimes de porter plainte devant les instances judiciaires exerçant au Burundi.

Cet activiste soutient que le Burundi est stable et se renforce dans la protection des droits humains : « La Constitution est le garant de la sécurité de la population. Il n’y a donc aucune raison d’alerter la communauté internationale.»

Signalons que la 48e session du Conseil des droits de l’Homme se tiendra à Genève du 19 septembre au 8 octobre cette année.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Mambo

    Quels sont les cas concrets actuels de violations de droit de l’homme et crimes contre l’humanité au Burundi Svp??

  2. SAKUBU

    « qu’il n’existe aucune base ni progrès mesurable »: avec quel instrument de mesure? Je reste persuader que le DÉNI procède par rapport à cette affirmation. C’est vrai que quelque part dans des ménages burundais et/ou étrangers, des pleurs ne peuvent pas manquer suite à des violations des droits de l’homme, à des injustices sociales, à des pertes des proches…, mais de là, affirmer « qu’il n’existe aucune base ni progrès mesurable qui justifierait un abandon de l’approche actuelle » relève d’une mauvaise foi et d’une campagne active de diabolisation orchestrée savamment par des gens de mauvaise intention pour discréditer et décourager différents acteurs qui, jour et nuit s’activent avec courage et abnégation pour juguler les sources très diversifiées de ces pleurs.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Recrutement. Une épine dans le pied des entreprises publiques

Les défis soulevés par les directeurs généraux de la Régie nationale des postes (RNP) et de l’Office national des télécommunications (ONATEL) lors de la visite de la ministre en charge de la Communication sont énormes. D’aucuns se demandent si ces (…)

Online Users

Total 4 081 users online