Samedi 25 mai 2024

Politique

Horreur en commune Mpanda, des enfants ’’enterrés vivants’’

16/01/2018 16

Deux enfants ont été tabassés et enterrés jusqu’au cou ce dimanche 14 janvier en colline Nyamabere, commune Mpanda de la province Bubanza. Ils étaient accusés de vol de maïs dans un champ. Ils ont été secourus.

L’une des victimes de cette cruauté

Jacques Nshimirimana, président de la Fédération nationale des organisations engagées dans le domaine de l’enfance, parle d’un acte ignoble et barbare. Il exhorte tous les Burundais à être sensibles aux droits des enfants : «Si tu ne protèges pas les enfants d’autrui, même les tiens ne seront pas protégés».

M. Nshimirimana déplore la recrudescence des violations des droits des enfants. Cet activiste de la société civile demande à la justice de prendre ses responsabilités et de traduire les malfaiteurs en justice.

Pour rappel, deux autres enfants ont été amputés de leurs mains en novembre dernier à Itaba en province Gitega. Comme ceux de Mpanda, ils étaient aussi reprochés de vol dans un champ.

Forum des lecteurs d'Iwacu

16 réactions
  1. Mpanda

    Je me demande si cela ne fait pas partie de « notre culture burundaise » tant chantée et glorifiée. Acceptons de nous regarder dans le miroir et reconnaissons que nous sommes devenus « barbares ». N’en déplaise à certains individus qui se reconnaîtront, des décennies de violences de toutes sortes ont laissé des séquelles qui se manifestent de plusieurs façons, dont la banalisation des actes ignobles comme l’amputation des mains des enfants accusés de vol de maïs. La justice est peut-être molle envers les coupables mais il s’agit ici d’une responsabilité collective de tout un chacun là où il se trouve de répudier ce genre d’actes qui déshonore tout un pays.

  2. Mthukuzi

    Ce sont là les #mihezagiro dont Dieu ne cesse de nous couvrir… Il se passe quelque chose de très grave dans ce pays, et la pente prendra plusieurs décennies à remonter.

    • Bakari

      @Mthukuzi
      De tels faits divers ont toujours existé; seule la diffusion de l’information n’est plus pareil.
      A moins que vous croyiez que ces faits sont des signes du retour du Messie.
      Si c’est le cas, je vous comprends à 120 pour cent.

      • Bakari

        N’est plus pareille; je voulais dire…

        • Jov

          « Nest plus pareille » est aussi fautif. « N’est plus la même », fallait-il écrire.

          • Bakari

            @Jov
            Vous n’avez probablement pas saisi mon jargon.
            Fautif vous-même!

  3. juju

    Gacece, le moins malade des burundais, a des explications pour justifier ce drame national.
    Allez-y Gacece, dis-nous ce qui se passe. Merci

    • Znk

      @juju
      Nkurunziza a peut-être empêché la pluie de tomber et ne donnera peut-être pas l’autorisation de briller au soleil toute cette année 2018. Mais ne me dites pas que c’est lui qui a demandé qu’on punisse ces enfants-voleurs d’être enterrés vivants.

      • PC

        La méchanceté, la haine prêché ici et là. Voilà le résultat.

      • Meursault

        Qui sème les épines récolte les épines.Si les dd dans leur gouvernance prônent la violence ils doivent s’attendre à la violence en retour!

      • Jov

        Sa responsabilité dans les actes barbares jamais perpétrés au Burundi sur des enfants avant son règne, par contre… est absolument écrasante.

        • Znk

          @Jov
          Si avant lui vous n’aviez jamais vu d’actes barbares alors qu’il y a eu au moins un million de tués c’est que vous êtes sur la voie d’être irrécupérable!

      • Jov

        Empêcher la pluie de tomber? Ça non par contre. Comment pourrait-il sautiller sur place pour que les gouttes de bénédiction lui couvrent tout le corps alors?

    • Gacece

      @juju
      Parlez pour vous! Ne m’impliquez pas dans votre maladie nationale.

  4. MBEGA

    L’anarchie a commencé.

    • Irréductible

      @MBEGA
      « L’anarchie a commencé. »

      Elle a commencé quand? Aujourd’hui? Est-ce un signe du retour du Messie? Dites-nous tout!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La Crédibilité de la Ceni en Jeu

Le train des élections de 2025 (communales et législatives) et de 2027 (présidentielles) est déjà en marche. La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) se dit à l’œuvre. Depuis février, elle a déjà mené plusieurs activités. Le nouveau Code Électoral a (…)

Online Users

Total 2 288 users online