Dimanche 16 mai 2021

Économie

Hausse du prix du carburant, le prix du ticket de transport en commun s’emballe

19/01/2018 4

Le ministère de l’Energie et des Mines a publié ce vendredi 19 janvier la nouvelle structure des prix du carburant. Ainsi les nouveaux prix à la pompe sont de 2.250 Fbu le litre pour l’essence et le gasoil tandis que le pétrole lampant va désormais s’acheter 2.000 Fbu.

Les raisons évoquées par le ministère sont les variations négatives de la monnaie locale par rapport au dollar américain et du prix du baril sur le marché international.

«Depuis le mois de juin de l’année écoulée, le prix du baril a augmenté de 20%, la structure sortante ne reflétait pas les coûts réels liée au marché international », a indiqué le porte-parole du ministère de l’Energie et des Mines, Leonidas Sindayigaya.

Quant à la pénurie observée ces derniers jours, M. Sindayigaya a affirmé qu’elle n’est aucunement liée à cette hausse. Même si le gouvernement tanzanien octroie des autorisations aux importateurs du carburant du Burundi, fait-il remarquer, il y a eu un retard dû à la lourdeur administrative.

Ce piétinement a perturbé le rythme des camions qui approvisionnent le Burundi. «La cause principale a été que les autorisations n’avaient pas été délivrée à temps», a-t-il insisté.

Comme une onde de choc

La réaction de l’Atrabu (association des transporteurs du Burundi) n’a pas tardé à tomber. C’est avec amertume que cette ’’énième hausse’’ a été accueillie. «Ça nous embête parce que nous devons à notre tour augmenter le prix du ticket du transport en commun», a déploré Charles Ntirampeba, secrétaire général de l’Atrabu.

«Le prix du transport par bus en commun en mairie de Bujumbura passe de 350 Fbu à 380 Fbu. Les prix du transport à l’intérieur du pays ne doivent pas dépasser une augmentation de 7% tant pour les personnes et que des biens. Les tarifs des quartiers périphériques comme Carama, Kiriri, Ruziba, Maramvya, Mirango, Rond-point, Kamesa et Buterere sont majorés de 7%».

Leonidas Sindayigaya : «La hausse n’est aucunement liée à cette pénurie en cours».

Telles sont les décisions contenues dans un communiqué conjoint signé par les représentants des transporteurs et les délégués de trois ministères : celui du Commerce, celui du Transport et celui de l’Energie et des Mines chargé également du carburant.

«Il faut absolument que l’Etat reconstitue le fonds pour amortir le choc en cas de flambée du prix du carburant sur le marché international », a plaidé Noël Nkurunziza, président de l’Association burundaise des consommateurs.

Selon lui, la position géographique du Burundi le rend vulnérable. L’Abuco appelle les consommateurs à ajuster leurs comportements face à cette ’’réalité douloureuse’’. Il demande aux commerçants de ne pas verser dans la spéculation.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Source du Nil

    Que le prix de transport soit multiplié par 2,5,ou 10,rien ne va changer.Quoi que vous fassiez, le Mutama restera au pouvoir jusqu’à la seconde venue de Jesus.

    • Gacece

      @Source du Nil
      Vous qui êtes si expert en « retour de Jésus », seriez-vous capable de nous dire quand il va retourner? N’importe quoi!

      • kirosi

        Moi je sais quand il va venir envoyer les Gacece faire une tournee dans le desert. Dans la salle de “correction”

        • Gacece

          @kirosi
          Ton pseudo te sied si bien! Tu peux toujours rêver! Et même si tu ne rêvais pas, tu ne seras pas là pour le voir! On parie?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La fête et la Covid-19

Au Burundi, le 1er mai, la journée internationale du travail a été célébrée avec faste pour honorer « ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons », pour reprendre les mots de (…)

Online Users

Total 1 397 users online