Mardi 31 janvier 2023

Politique

Guillaume Ndayikengurutse : « Qui a intérêt à ce que l’Est de la RDC soit stable ? »

18/11/2022 6
Guillaume Ndayikengurutse : « Qui a intérêt à ce que l’Est de la RDC soit stable ? »

Le spécialiste en sciences politiques et relations internationales estime que les tensions entre le Rwanda et la RDC vont ralentir le rythme d’intégration régionale déjà mis à mal par d’autres conflits entre d’autres Etats membres.

Avec l’escalade qu’il y a actuellement avec le M23, les négociations de paix ont-elles une chance d’aboutir ?

Ces négociations peuvent aboutir à des résultats intermédiaires. Cependant, il ne faut pas s’attendre à ce que ces négociations donnent lieu à une stabilisation durable de cette partie de la RDC. Mais elles peuvent permettre d’apaiser les tensions sur le court terme.

Sinon, le nœud du problème ne peut pas être résolu dans un format comme celui proposé par l’EAC. Ça va nécessiter un processus de paix durable entre les parties en conflit où il faudra d’abord que les protagonistes se disent la vérité sur le véritable problème. Ça leur demandera plus d’efforts.

Quel sera l’impact sur la Communauté ?

Ces tensions constituent une entrave aux projets de développement qui sont entrepris au niveau de la région. Donc, la montée des tensions entre la RDC et le Rwanda ne peut qu’être nuisible au projet communautaire surtout avec la RDC qui venait d’intégrer l’EAC.

Aujourd’hui, le stade auquel sont les tensions est très inquiétant et on est même à mesure de se demander si les deux pays peuvent s’asseoir ensemble dans le cadre communautaire pour réfléchir sur d’autres projets qui peuvent faire avancer la communauté.

Au final, ça va ralentir le rythme d’intégration régionale déjà mis à mal par d’autres conflits, d’autres dissensions entre d’autres Etats membres. C’est une tension de plus qui vient empêcher la Communauté d’avancer vers ses grands projets de développement.

Le Rwanda a essuyé le refus de la RDC de faire partie de la force d’intervention régionale mais fera partie du Centre de commandement régional dans l’est de la RDC. Comment expliquer cette incohérence ?

C’est une contradiction qui est due au fait que nous avons affaire à des Etats qui sont pleinement ancrés dans la théorie réaliste des relations internationales où les intérêts sont mis en avant, où le recours à la force pour résoudre les conflits constitue un des moyens envisageables. Le souci fondamental est que ces Etats n’arrivent pas à se dire la vérité.

Il y a une langue de bois de la part des autres Etats membres parce que c’est à peine voilé qu’il y a une main rwandaise au niveau de ce conflit mais personne ne veut aborder cette question sous cet angle-là. Si on pouvait dire qu’il y a une main rwandaise dans ce qui se passe en RDC, tout naturellement on pourrait conclure que le Rwanda n’a pas sa place ni au niveau des forces déployées sur terrain, ni dans le Centre de commandement régional.

Mais maintenant que les choses sont dites à demi-mot, on se retrouve devant ces contradictions. Et il y a lieu alors de questionner l’efficacité de cette force qui sera déployée là-bas et si même ça sera une force qui va réellement restaurer la paix à l’est de la RDC ou tout simplement une force étrangère de plus qui alimentera plus les conflits qu’elle n’en résout.

Les autres Etats de l’EAC ont-ils intérêt à désigner le Rwanda comme soutien du M23 ?

S’ils étaient guidés par la volonté de résoudre définitivement le conflit en RDC, leur intérêt serait la stabilisation de la RDC. Mais parce que nous sommes tout à fait conscients que ce sont des Etats qui ont d’autres intérêts, ils n’arrivent pas à aborder la question sous cet angle-là en désignant le vrai meneur du conflit en RDC.

Si ces Etats poursuivent leurs intérêts respectifs, ils n’ont aucun intérêt à désigner le coupable et continueront à entretenir toutes ces contradictions en se disant qu’ils sont en train de faire quelque chose.

Quel rôle peut jouer le président Ndayishimiye dans cette crise en tant que président de l’EAC ?

C’est celui de réunir ses homologues autour d’une table pour discuter de cette question et essayer de trouver des voies de stabilisation. Aujourd’hui, son rôle est de faire ce qui est en son pouvoir pour mettre le Burundi à l’avant-garde au niveau des solutions proposées par la Communauté, à remarquer que le Burundi s’est déployé bien avant. Mais malheureusement son impact sur ce conflit restera limité à la fin de son mandat.

Pourquoi ?

Parce que les racines de ce conflit sont très profondes. Ça ne peut être résolu en une année. Et la question centrale qu’il faut se poser est celle-ci : Qui a intérêt à ce que l’est de la RDC soit stable ? Que ce soit au niveau des Etats de la sous-région ou des puissances étrangères, j’en arrive même à me demander si les autorités congolaises ont intérêt à ce que cette région soit stable.

Ne perdons pas de vue que la Communauté est-africaine est en train d’agir comme toutes les autres organisations internationales : On pose des actions pour après dire qu’on a agi même si on sait que lesdites actions n’aboutiront pas au résultat annoncé.

Qu’attendre du sommet extraordinaire de l’EAC qui se tient prochainement ?

C’est un sommet de plus où on va aborder ce conflit dans les mêmes termes, où chaque Etat va essayer de tirer son épingle du jeu en faisant prévaloir ses intérêts, où il y aura des déclarations et même des décisions fortes mais toujours ancrées dans la quête des intérêts des Etats de la région plus que l’intérêt crucial de cette région qu’est le recouvrement de la paix.

Propos recueillis par Alphonse Yikeze

RDC

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Manisha

    « … j’en arrive même à me demander si les autorités congolaises ont intérêt à ce que cette région soit stable. »
    Aho hari ingorane !!! Ubuntu buruhabwa.

  2. Tristesse

    « Qui a intérêt à ce que l’Est de la RDC soit instable ? »
    Réponse simple: les prédateurs des richesses minières de la RDC. Ils sont bien connus de tous mis à part l’hypocrisie générale.

  3. Jamahaar

    Ce qui se deroule en RDC, ex-Zaire, est a la fois dramatique et pathetique.En deux mots:incompetence et chaos permanent.L’immensite du territoire national, environ 2.5 km2, devrait pouvoir accomoder ses 250 ethnies comme ce fut le cas sous la colonisation belge et les premieres decennies du regime du Marechal Mobutu Sese Seko.Cependant les tensions et les exclusions aux allures de progroms dans les deux Katanga et au Kivu se sont agravees avec l’ouverture aux processus democratique du debut des annees 1990 et surtout avec l’arrivee massive de refugies rwandais fuyant l’avancee des forces FPR au Rwanda apres la defaite des ex-FAR et leurs allies Interahamwe.Des amalgames vehicules par des politiciens en mal d’ideologie associant les refugies a toute la population d’expression rwandophone de Kinshasa et de l’Est du pays, pourtant vivant dans le pays bien avant meme l’arrivee des colons belges n’ont fait que mettre le feu sur une situation qui n’attendait pas grand chose pour exploser au grand jour.Le gouvernement congolais a une grande part de responsabilite dans la crise dans l’Est du pays.Il denie la citoyennete a une composant de sa population et refuse d’honnorer les engagements signes avec le M23 pour le desarmement des combattants et la reintegration d’une partie dans les FARDC.Deux solutons s’imposent au gouvernement congolais pour une paix durable et la stabilite du pays.Des negociations sinceres et serieuses pour la cessassion des hostilites, la reforme de l’Etat du regime centralise a Kinshasa a un Etat federal.Pour l’interet de la paix regionale et l’integrite territoriale de la RDC, tous les efforts doivent etre tentes y compris negocier avec le M23 et tous les autres pays et organisations impliques dans le conflits dans l’Est de la RDC.

  4. Habamenshi juvenal

    Le problème du Congo à l’Est,ce sont les interahamwe qui ont amener le désordre total ça fait 28 ans,ils ont franchis la frontière avec des armes,ces Rwandophones qui sont réfugiés au Rwanda,Ouganda,ils doivent rentrer dans leur pays Congo sinon le Congo ne sera jamais stable avec ses assassins interahamwe. Actuellement au Congo il y a plus 150 groupes armés.

    • Don't worry

      Es-tu porte-parole du M23 ou congolais?

  5. Margarita

    Je pense que le Professeur a raison.
    Est il normal qu’il y ait 200 groupes rebelles? Je ne justifie pas ou soutiens ni le M23, ni le Rwanda.
    Mais tout de même, 200 groupes rebelles constituent un cancer

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une conscience collective pour recouvrer les fonds dérobés

Samedi 21 janvier, dernier jour de la prière interconfessionnelle organisée par le parti au pouvoir Cndd-Fdd, le Président Ndayishimiye a appelé les leaders à “remettre les choses en ordre” pour le relèvement économique du pays. Il les a exhortés à (…)

Online Users

Total 1 094 users online