Dimanche 03 mars 2024

Santé

Grève au CNPK : les malades mentaux désespérés

22/02/2018 Commentaires fermés sur Grève au CNPK : les malades mentaux désespérés

Au premier jour de la grève du Syndicat national du personnel (Synapa) soignant au Centre neuropsychiatrique de Kamenge (CNPK), les patients se disent affectés, pénalisés par cet arrêt de travail. Ce mercredi 21 février, ils affirmaient avoir perdu l’espoir.

Un groupe de membres du Synapa au CNPK en grève

«Je n’ai pas eu de médicaments pour mon enfant qui souffre de l’épilepsie. Pourtant, les médecins nous en avaient prescrit», se lamente une femme désemparée.

Un homme originaire de Ngara à Bubanza témoigne qu’en l’absence de ses médicaments, il passe des nuits blanches. Il craint une rechute: «Dans une semaine, au cas où je n’aurais pas encore pris mes médicaments, la maladie montera d’un cran».

Les patients demandent à la direction de ce centre de trouver un terrain d’entente avec les syndicalistes. Autrement, ils ne savent pas à quel saint se vouer. «La direction nous ordonne de rentrer mais, je crains que mon enfant ne devienne agressif s’il ne prend pas ses comprimés », s’indigne une femme rencontrée au CNPK ce mercredi.

Adolphe Niyongere, président de ce syndicat, affirme qu’ils sont organisés pour la gestion des cas d’urgence. «Nous assurons le service minimum». Au cas où les trois jours s’achèveraient sans que la direction n’ait trouvé de solutions, il appartiendra au comité de prendre des mesures.

Hyppolyte Manirakiza, directeur du CNPK, affirme ne pas comprendre la démarche de ces syndicalistes. Il soutient que leurs arguments sont basés sur des allégations mensongères. Il leur rappelle qu’ils sont responsables avant tout de la santé des patients.

Pour rappel, les membres du syndicat Synapa au CNPK reprochent à la direction de ce centre notamment la confiscation de la prime basée sur le financement des performances et le dysfonctionnement du cadre permanent.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Écoute dans le vent… de Buringa… de Vugizo…

Combien de sanglots doit-on entendre lors des funérailles des nôtres emportés dans des tueries, avant que les pleurs n’emplissent toute la Nation, dans toutes ses sphères, et ne brisent toutes les murailles et autres tours d’ivoire ou palais ? Combien (…)

Online Users

Total 1 373 users online