Société

Gitega Café : quand les inquiétudes des uns sont l’espoir des autres

14/01/2020 Jean Noël Manirakiza Commentaires fermés sur Gitega Café : quand les inquiétudes des uns sont l’espoir des autres
Gitega Café : quand les inquiétudes des uns sont l’espoir des autres
Un champ de caféiers.

Face à la volonté du gouvernement de se réengager dans la filière café, chez les privés œuvrant dans ce secteur, les avis divergent. Du côté des caféiculteurs, le souhait est d’être valorisé.

«Nous avons été longtemps négligés et oubliés, c’est comme si nous travaillons pour les autres», se lamente un vieux caféiculteur rencontré à Giheta. Ce septuagénaire affirme que dans la région de Kirimiro, le café était une culture phare. Selon lui, aujourd’hui, ce secteur fait face à de nombreux problèmes.

D’après lui, le pouvoir d’achat des caféiculteurs reste limité et ces derniers ne sont plus capables de se procurer des intrants et pouvoir embaucher une main d’œuvre. A cela s’ajoutent une faible fertilité des sols, le vieillissement du verger caféicole.

«Les caféiculteurs se permettaient de contracter une dette en vue de la payer à la vente du café. Et  maintenant  ils ne sont même plus capables d’acheter un pagne pour leurs femmes avec le peu d’’argent provenant du café », déplore-t-il.

Selon ces hommes et femmes de plus de 50 ans, la stagnation de la production depuis la libéralisation de cette filière est parmi les facteurs qui sont à la base de la faillite de ce secteur.

«Pas mal d’entre nous avons délaissé la culture du café à cause du manque de bénéfices à en tirer », souligne Pierre.  Ces personnes âgées ne sont pas les seules à être critiques.

Mais ce sont surtout les jeunes qui n’entendent pas se lancer dans ce secteur. «C’est une perte de temps et d’argent ». Pour eux  dans la plupart des cas, les caféiers sont situés sur les bords des routes et occupent des places qui peuvent être rentables.

«A quoi bon d’y entretenir des caféiers qui ne peuvent même pas donner 50.000 francs alors qu’à la place on peut y construire un cabaret qui peut générer des bénéfices, au moins 10.000 BIF par jour», estime Stany de Kabanga à Giheta.

Son ami Thierry va plus loin : « Si on a  de la chance d’avoir un terrain de 20m sur 20,  la première chose à faire n’est pas de planter des caféiers mais plutôt d’y construire une  maison.»

Beaucoup trouvent le temps trop long

La plupart des agriculteurs interviewés estiment qu’il ne sera pas facile pour le gouvernement  de reprendre en main la filière café. Il va falloir patienter. « C’est avec cette privatisation pas bien pensée que nous avons tout perdu. Les hommes d’affaire et d’autres profiteurs se sont rempli les poches. Le caféiculteur a cessé d’être le principal bénéficiaire», s’indigne Emmanuel,  un  ex-travailleur de la Sodeco de Gitega (Société de déparchage et Conditionnement du Café).

Un travailleur de Sogestal Kirimiro abonde dans ce même sens : « Nous venons de passer toute une année sans être payés. Avant le désengagement de l’Etat, c’était quasiment impossible de vivre de telles situations. Nous ne savons pas où vont les dollars après la vente de la production. »

Quant à Mélance Hakizimana président de la Coopérative Mboneramiryango  basée à Kibimba, l’important n’est pas de tout critiquer mais plutôt de  chercher des voies et moyens pour redynamiser la culture du café  pour l’intérêt de tout le monde.

«Une des grandes erreurs a été  de multiplier des usines de lavage et de transformation,  des sociétés de commercialisation, sans penser au redressement de la productivité, sans mettre le paysan au centre des préoccupations. Il faut alors se mettre ensemble et bien réfléchir et arrêter des stratégies», a-t-il reconnu.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Chose promise, chose due. Depuis la prestation de serment des ministres du nouveau gouvernement, le Président Evariste Ndayishimiye s’est engagé à combattre résolument la pandémie du coronavirus, « le plus grand ennemi du peuple burundais ». A peine une semaine (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 313 users online