Société

CVR/Kamenge : des restes humains d’environ 270 personnes retrouvés à l’ancien marché

14/01/2020 Mariette Rigumye Commentaires fermés sur CVR/Kamenge : des restes humains d’environ 270 personnes retrouvés à l’ancien marché
CVR/Kamenge : des restes humains d’environ 270 personnes retrouvés à l’ancien marché
Des restes humains et des effets personnels exhumés par la CVR à l’ancien marché de Kamenge

La Commission Vérité et Réconciliation a présenté ce lundi au public des ossements et d’autres effets de personnes comprises entre 250 et 270 déterrés dans le périmètre de l’ancien marché de Kamenge. C’était au cours d’une journée porte ouverte.

Plusieurs autorités dont des diplomates accrédités à Bujumbura étaient présentes. Il y avait dans cet espace des fosses communes et un cimetière improvisé lors de la crise de 1993 et des années qui ont suivi.

Bastion de la rébellion naissante, Kamenge a été le théâtre d’une guérilla urbaine et ce quartier en a payé un lourd tribut. Des victimes étaient enterrées dans la précipitation dans des fosses communes.

Des crânes fracassés, des morceaux de fémurs et d’autres restes humains, des habits des victimes disparues et quelques effets personnels dont des chapelets, des montres et des cartes nationales d’identité illisibles ont été exhumés. Il y avait également quelques armes blanches.

Cette découverte macabre a suscité beaucoup d’émoi à Kamenge. C’est le cas Margueritte, une veuve, la sexagénaire. C’est en pleurs qu’elle a affirmé avoir reconnu les habits que son fils et son mari portaient le jour de leur enlèvement en 1994 dans ce quartier de Kamenge.

«Je viens de voir la chemise, les petites babouches de mon fils et les habits de mon mari. Je remercie le Bon Dieu et je suis soulagée. Et il faut que nous soyons associés le jour de leur enterrement digne», a-t-elle demandé avant de s’évanouir.

Nestor Gasaba, natif de Kamenge, se rappelle de ces évènements : «Cela s’est passé, il y a 25 ans mais c’est comme si c’était hier». Selon lui, cette visite est une thérapie qui ouvre le processus de réconciliation.

«Il y avait beaucoup de personnes tuées et ces dernières étaient jetées à cet endroit. La justice doit être là mais le pardon devrait primer parce qu’on doit vivre ensemble», a souligné ce cadre à la présidence de la République.

Pour le vice-président de la CVR, Clément Noé Ninziza, cette découverte est de taille et va renforcer les activités de cette commission. Selon lui, c’est clair qu’il y a des gens qui ont été enterrés hâtivement à cet endroit et d’autres qui ont été entreposés dans cet espace. «Il était difficile pour certaines gens d’enterrer les leurs dans de bonnes conditions, la guerre faisait rage».

Par la voix de son vice-président, la CVR a annoncé que d’ici trois ans, la liste des gens qui ont commis des crimes pendant la crise et dans différents endroits sera dressée. «Les enquêtes prennent du temps, il faut y aller avec tact. Les victimes doivent patientes, elles ont tout enduré. Il ne faut pas se fier aux seuls témoignages, ils doivent être recoupés».

Signalons que plusieurs charniers ont été découverts au début de l’année dernière 2019 par cette commission dans les provinces de Makamba, Kirundo, Ngozi et Mwaro.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Chose promise, chose due. Depuis la prestation de serment des ministres du nouveau gouvernement, le Président Evariste Ndayishimiye s’est engagé à combattre résolument la pandémie du coronavirus, « le plus grand ennemi du peuple burundais ». A peine une semaine (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 283 users online