Mardi 23 avril 2024

Société

Génération grands lacs : des personnes vivant avec handicap, apôtres de la paix

25/08/2023 Commentaires fermés sur Génération grands lacs : des personnes vivant avec handicap, apôtres de la paix
Génération grands lacs : des personnes vivant avec handicap, apôtres de la paix
Les personnes vivant avec handicap jouent un rôle dans la consolidation de la paix

Les personnes vivant avec handicap ont les droits à part entière comme les autres citoyens. Ils peuvent contribuer dans la consolidation de la paix dans la région des grands lacs. Les jeunes de la sous-région estiment qu’exclure cette catégorie de la population dissipe l’effort de pacification de la région.

La convention relative aux droits des personnes handicapées montre leurs droits sur toutes les politiques et les décisions qui les concernent. Ils ont droit de participer à la vie politique et publique de manière utile. L’article 29 annonce une série des mesures positives que les Etats peuvent prendre pour faciliter cette participation. Cela est aussi important dans le processus de consolidation de la paix que dans le processus politique ordinaire.

Des personnes vivant avec handicap sont-ils impliqués dans les initiatives de paix ? Si oui comment ? Les jeunes burundais, rwandais et congolais donnent leurs impressions. Les avis ont été recueillis pour respectivement par Joyce Guilaine Imanishimwe de Bonesha FM, Gabriel imaniriho d’Isango star et jean corneille Murhula de maman radio de Bukavu.

Selon les jeunes de Bujumbura au Burundi, les personnes vivant avec handicap sont des gens qui ont des droits. Ils ont, disent-ils la force de travailler et peuvent faire une réflexion. « Un individu peut avoir des connaissances dans le domaine donné, médecine, politique, économie et mais il est exclu à cause de son handicap. On ne lui convie pas des tâches ou des fonctions », déplore une jeune de Bujumbura.

Cette Burundaise considère que son apport dans le développement et les initiatives de paix est important. C’est une perte énorme pour le pays si l’opportunité ne lui est pas offerte.

Pour une autre jeune, si les personnes handicapées ne sont pas prises en considération dans la recherche de la paix, elles deviennent victimes. « Par exemple dans les instances de prises de décision, s’ils ne sont pas considérés, sont pour satisfaire leurs besoins, ils vont dans les rues pour mendier. Sans se soucier d’eux, on ne peut pas comprendre leurs propres problèmes ».

Les jeunes de la RDC trouvent que l’exclusion des personnes handicapées dans le processus de recherche de la paix est contreproductive. Elles ont le droit inhérent à la personne humaine. « Ce sont citoyens à part entière qui doivent être pris en considération dans la construction de paix dans la région. Les exclure est une faiblesse qui amène les gens à commettre des actes contre la préservation de la paix entre les Etats ».

« Ce sont des gens normaux, intelligents »

Selon un autre, dans certaines sociétés, les handicapés se voient négliger. Il faut, dit-il, les promouvoir pour les soulager et leurs faire comprendre qu’ils sont considérés malgré leur état physique. Dans la recherche de paix, explique-t-il, il faut toujours se coaliser avec les autres. « Pas des différences. Ces différences ont engendré des conséquences que nous vivons. Ce sont des gens normaux, intelligents et des gens qui réfléchissent. Ils peuvent contribuer dans des initiatives qui développent la société. Il faut mettre ensemble les efforts et capacités pour avancer vers la paix ».

Les jeunes de Gisenyi au Rwanda trouvent que l’apport des personnes vivant avec handicap est primordial. Pour eux, si le handicap est physique mais pas mental, ce n’est pas grave. « Il peut apporter sa pierre à l’édifice. Il peut apporter des idées pour la consolidation de la paix. On doit tenir ça en compte. Il ne doit pas se sentir exclu de la société. Ils ne doivent pas être écartés », explique un jeune de Gisenyi.

Selon son compatriote, les personnes vivant avec handicap ont des droits que les autres. Ils doivent être impliqués dans toutes les activités comme les autres. « Si vous isolez les autres, il n’aura pas la paix. Ils doivent contribuer dans la consolidation dans la région des grands lacs ».

Sa consœur indique que toute exclusion est une violation des droits de l’homme. S’il est exclu à cause de son handicap, ses droits sont bafoués. Cela crée, explique-t-elle, des problèmes psychiques chez lui ce qui perturbe la paix. « Être handicapé ne signifie pas être incapable. On peut contribuer de plus que les autres ».

Ricky Ngelema Tsomba est le président de l’association Tuungane, une corporation regroupant toutes les personnes vivant avec un handicap physique à Goma qui font le trafic transfrontalier Goma-Gisenyi au niveau de la petite barrière.

Au micro de notre confrère Fidèle kitsa de la radio Kivu stars de Goma, il parle de l’implication des personnes vivant avec handicap dans les initiatives de paix à travers notamment la collaboration avec les voisins handicapés de la sous-région. « Nous sommes en parfaite collaboration avec nos amis handicapés. Il y a paix entre nous. Nous faisons des échanges même si on a régulé le temps de travail. Nous travaillons de 6 h à 17 h pour des raisons de sécurité », indique-t-il.

Il appelle tout le monde à adhérer dans la dynamique de vivre ensemble. Il considère que tout un chacun doit être sensibilisé pour la cohabitation pacifique. « Notre souci et le vivre-ensemble dans la sécurité. Je demande à toutes les communautés à intégrer cette démarche. Lorsqu’il y a la paix, il y a du travail. Mes amis handicapés doivent adhérer au processus de paix lequel va nous aider ».

L’émission Génération Grands-Lacs est un rendez-vous hebdomadaire par les jeunes et pour les jeunes. C’est une occasion pour les jeunes de donner leurs avis et contribution sur des questions de leur région. C’est une production de Search for Common Ground en collaboration avec les radios, Bonesha FM de Bujumbura, radio Isango star de Kigali, mama radio de Bukavu, la radio notre dame de Tanganyika, RNDT d’Uvira et la radio Kivu star de Goma.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 5 069 users online