Vendredi 21 juin 2024

Politique

FORSC : « Il faut prouver que Nkurunziza était président stagiaire lors de son premier mandat en 2005 »

16/09/2013 27

Au lendemain de l’annonce, à demi-mot, d’un nouveau mandat du Chef de l’Etat par le président du parti au pouvoir, la société civile en appelle au respect de l’Accord d’Arusha et de la Constitution.

Vital Nshimirimana : « On ne sait pas si le premier serment ne comptait pas » ©Iwacu
Vital Nshimirimana : « On ne sait pas si le premier serment ne comptait pas » ©Iwacu

« L’annonce du président du Cndd-Fdd, que le Chef de l’Etat n’a jusqu’à présent qu’un seul mandat, puisqu’il n’a été directement élu par la population qu’une seule fois, est à saluer. Car elle n’intervient pas tardivement », fait savoir Gertrude Kazoviyo, analyste du discours politique.
Selon elle, cela va donner plus de temps aux autres partenaires politiques et à tous les protagonistes de se prononcer sur la question. D’en discuter, de mener des plaidoiries et peut-être de trouver un consensus. « Cela va permettre de débattre de ce nouveau mandat au sein même de son camp », espère le professeur Kazoviyo.

« L’annonce du président du Cndd-Fdd était indirecte, mais on a directement compris que le Chef de l’Exécutif allait briguer un 3ème mandat », souligne Vital Nshimirimana, délégué général du Forsc. D’après lui, même si son parti s’emploie à justifier qu’il n’a qu’un seul mandat, le président de la République exerce, avec tous les pleins pouvoirs, depuis 8 ans. Il précise qu’il n’y a pas de mécanisme prévu pour amender l’Accord d’Arusha dont s’inspire la Constitution.
« La Constitution de la République du Burundi, sur laquelle le président a prêté serment, prescrit qu’aucun Burundais ne saurait diriger le pays pendant plus de 10 ans. Cela veut dire que c’est aller à l’encontre de cette volonté populaire exprimée par le referendum », constate Vital Nshimirimana. Selon lui, cela équivaudrait à balayer tous les principes démocratiques et tous les fondements d’un Etat de droit.

Le premier serment ne comptait-il pas ?

« Tous les juristes vous diront que, lorsqu’il y a des dispositions qui sont écrites sous un titre de dispositions particulières, cela veut dire qu’elles viennent gérer une situation particulière. Mais ne viennent pas changer le corps ou l’esprit de la lettre de la Constitution », explique le délégué général du Forsc.
« Cela signifie qu’en 2005, comme la situation sécuritaire ne se prêtait pas à une mobilisation populaire autour des présidentielles, il a été convenu qu’exceptionnellement l’élection sera indirecte. Mais cela ne change en rien le mandat », fait-il savoir.

Le mandat d’un président de la République, souligne Vital Nshimirimana, s’explique sous 3 volets : il y a l’aspect des attributions du Chef de l’Etat, la durée et le profil. « Ni le profil ni la durée ni les attributions n’ont jamais changé depuis 2005. Il faut alors démontrer que pendant les cinq premières années, il était président stagiaire », constate-t-il.
« Il aura beaucoup de difficultés à prouver qu’il n’a pas été président de la République de 2005 à 2010. Alors qu’il a prêté serment devant les deux chambres du Parlement, le peuple burundais et a juré de respecter la Constitution de la République du Burundi », défie Vital Nshimirimana. Il rappelle que le président de la République a déjà prêté serment à deux reprises : « On ne sait pas si le premier serment ne comptait pas », s’étonne le délégué général du Forsc.

Forum des lecteurs d'Iwacu

27 réactions
  1. Alain Gilles

    Et s’il était stagiaire, désolé! son stage n’aura pas été concluant! Pas de reconduction!

  2. Citoyen

    D’abord, a-t-il terminé son stage. À mon avis, NON: il est encore stagiaire.
    La question est de savoir si nous pouvons le maintenir en stage pendant plus de dix ans !!!
    Il nous coûte cher quand même ! On ferait mieux de s’entendre sur un autre, plus compétent.

  3. jeunesse

    soufrage universel direct ou indirect twese turabona ko ubesha urumva kurya usenga vya feke ingero yi caha ni urupfu (mpiba)

  4. RUTOMORA

    à iwacu
    lacunes pour valider les commentaires
    ceux qui font des analyses percutantes censure et ceux qui s’inscrivent dans des logiques partisanes les bienvenues,soyez professionnels SVP

  5. BIBONIMANA LAMBERT

    Merci de nous donner la parole.moi je suis jeune de 20ans.ce que je vois au burundi ça sera grave.tous les politiciens aiment à rester au pouvoir.ce que je conseille ,il doit aimer entre eux.apres bamenye ko twese tuzopfa.ibi nivyisi ntanumwe bahora bajana kumpana ni etage canke imidoka.bose bokundana.je ndavuze ndagiye ndumwana .aha ibi vyose bagira bizokwishura twese.murakoze.

  6. Shaza

    Buyoya en personne et son château fort UPRONA ont fini par comprendre que la Constitution de la République du Burundi n’était pas la leur et ont fini par abdiquer la tête haute évidemment. Ceci devrait servir de leçon au parti présidentiel CNDD-FDD et ses bagumyabanga. Il faut comprendre que l’intérêt national doit toujours primer sur l’intérêt partisan ou de certains groupuscules de gens influents. Le Burundi a dépassé l’ère des inégalités. Il regorge aujourd’hui d’intellectuels et sages de tous les horizons jusqu’au munyagihugu certainement, capables de confronter et d’affronter ibitagenda neza au Pays malgré les maigres solutions à leur portée à ne jamais sous-estimer cependant!… Ndi ngaha muzoba mumbarira!

  7. BARAZIKIZA

    Pitié, vous vous occupez des histoires de mandats, suffrage universel DIRECT/INDIRECT tandis que d’autres (abazi ico bakora)font de la prospective.
    Ivyo ni ibisamaza abantu bibabuza kwiyumvira
    FD Roosevelt yavuze ngo: »Rien de ce qui touche à la politique ne relève du hasard ! Soyons sûrs que ce qui se passe en politique a été bel et bien programmé ! »
    Uwundi nawe avuga ngo: »Une Constitution n’est rien d’autre qu’une grande école de discordes, de Malentendus,de querelles, en un mot une école de tout ce qui sert à fausser les rouages de l’Etat. »
    Be muraharira rero mugabo un autre mandat ou pas, on s’approche d’une période de mutation.

  8. Bigirimana

    OUI, OUI et OUI, notre Président était en stage lors de son premier « mandat ». Il n’avait pas les prerogatives complètes pour un chef d’Eat: Par exemple il n’vait pas le droit de révoquer l’Assembée Nationale…………Pensez-vous que c’est peu ????? Il devait former un gouvernement concesuel, dans lequel il n’avait pas la main-mise sur p.e. le premier vice-president. Il avait d’autres containtes qui ont fait de lui en president à moitié. Et alors?????

  9. Elvis

    Rheka Shah , Uravuga ntuvura. Iyoba bakwumviriza ngira bokwisubirako.

  10. Umuzungu

    Pauvre pays! Toujours les mêmes tricheries de politiciens malhonnêtes.

  11. Typhon

    Je croyais que notre magistrat comprenait la différence entre « vote direct » et « vote indirect ». Mais voir ce qui sort de sa tête, j’ose dire que la majorité des burundais lui prouvera le contraire. Si nos politiciens et activistes comprenaient ce que SE le Président de la République du Burundi Pierre NKURUNZIZA le message qu’il a voulu faire passé au travers des interviews sur France 24 et dans la tribune de Jeune Afrique, mais aussi de la conférence tenue à NGOZI, Mr Vital et ceux qui pensent comme lui ne devraient perdre leurs temps. Ils savent très bien qu’il a été élu par vote direct, une et une seule fois et ils n’ont qu’à aider leurs collègues de l’opposition à rectifier leurs tirs.
    D’ailleurs, on conseillerait à notre président de continuer à s’occuper du bien être de la population et de donner une bonne leçon aux certains activistes Tutsi de la SC et à l’opposition désorganisée et affaiblie. Nous avons une opposition et une SC qui passent leurs à crier sur les radios et dans les médias, pilotés exclusivement par les extrémistes tutsi. Par ailleurs, certains activistes et opposants burundais ont choisi d’interpréter les textes à leurs manières et cela les fait perdre de temps.
    Lorsqu’un magistrat porte plus d’une casquette, il aura du mal à véhiculer son message.
    Mr Vital était à la tête du syndicat des magistrat du Burundi et ces derniers sont majoritairement tutsi !!!!!
    Un Burundi où Mrs Léonce, Alexis, Pacifique, Kazoviyo, Sebudandi, et ceux pensent comme eux décideront pour les intérêts supérieurs de la nations n’existera jamais.

  12. NKundagihugu Prince

    Ni igahinda kabisa mu ba DD,none kweri Peter arakenyeye abifatire mu maboko? Mbo ko igihugu cavuye sud kikaja nord, ntimubona ko hari hageze ko incambwenge zo muri centre nka Gervais Rufyikiri yitoza nawe ku gwego rwa CNDD-FDD turabe ico amarira igihugu? Oya data muvuga ngo uwutafashe inkoho ntashobora gutwara! Mwanka ko atohava abandanya umugambi wanyu wa safisha? Urya ni umugambi ugayitse sinibaza ko muduhaye incabwenge nka Rufyikiri yokwemera gukora ishano nka rirya. Uwo yarushe, hageze ko umugambwe utanga uwundi.

    • Bakari

      Ninde yaguhenze kw’ari incabwenge? Kuko afise doctorat? Abazigendana ni banshhi sinzi ko uvyibuka!

  13. king James

    Mbega basha dusabire poilicim Rufykiri turabe ko ataco yofasha!!!

  14. Bush patrick

    Meme si on n’est pas chretien il faut essayer de parler la verite?!
    Meme si la verite blesse il faut la dire!
    Meme si on donnerait a Nkurunziza le pays de le diriger pendat 30ans il aurait toujours l’envie d’etre le president encore!!

    If faut observer la constitution et l’accord d’Arusha mais on dit que le president Pierre Nkurunziza est chretien mais comment cela amene des problemes!
    Il serait un bon exemple quand meme.entout cas il ne va pas briquer le 3eme mandat.

  15. Rheka Shah

    Micombero na Bagaza ntawe babajije ariko ntibarengeje imyaka cumi.
    Bivuga ko na Nkurunziza azomara cumi itarenga guko biri mu migenzo
    yacu.Constitution ou pas turazi ko abasoda bazi guharura.Kuva uburundi bwikukira ntawurenza imyaka cumi. Barabaza Buyoya ashikanye cumi aca ahagarika akazosubira hanyuma.
    Nkuko agire abigire ubu.

    • Muntu

      Rheka Shah, reka guhenda abarundi, iyo migenzo gitutsi yuko abasoda aribo batanga ubutegetsi twrayisezereye. Teshwa ute n’ abo muirikumwe.

      Nayo abashaka kubuza Nkurunziza kwitoza muri 2015, nibafute article 96. Ahandi azokwitwaza nyene. Iyo article 96 yasizweho na Frodebu na Uprona, rero Nkuruziza ategerezwa kuyikwirikiza.
      Abarundi dusigaje kumutora rimwe.

  16. Jean

    Je nibaza ko abarundi dukwiye kumva ibintu n´ibindi. Abanyamahanga nibo basigaye baserukira Uburundi mu makungu (Le cas de l´ivoirien qui représente le Burundi en Afrique de l´Ouest et dans les négociations minières avec les angolais etc.). Abanyamakuru barandika vyinshi basemerera ibitagenda neza. None barumvirizwa? None ivyo bavuga canke bandika sivyo? None tugire gute? Abarundi babona kure bamaze imyaka bidoga, et alors? Sinzi uwambaliye ngo: « quand les chiens aboient la caravane passe ». Uwo yari umu porona ari mu nzego. Ntimute umwikomo kuri Peter, twishwe n´abaporona bonona ibintu, bakavuga ngo  » sitwebwe dutwara ni mubaze uramutwa igihugu. Ngo ufise imbugita n´uyifise ikirindi. Muronderere ingorane ahandi, nti muzironderere kwa Peter. Muramubaza ivyerekeye amahera gusa, ivya politique arafise abatutsi babimupangira.

  17. B.O.B

    Oya nadutabare yisoze ivyo yakoze twarabibonye , areke agahotoro yisoze abise abandi nta mugabe dukeneye nayahandi hzogorana…

  18. RABANEZA

    Vous demandez si le mandat de 2005 serait un Stage? Personnellement je répondrais par affirmative mais stage pas pour le Président NKURUNZIZA, plutôt pour tout le peuple Burundais qui devait quitter la suite Kinigi-Ntaryamira-Ntiba-Buyoya-Domitien ( imposés par les politiciens) pour tenter de se choisir de nouveau le Président ne fus que par le SUFFRAGE UNIVERSEL INDIRECT. Soulignons  » INDIRECT ». N’oublions pas que ce même Président n’avait pas le droit de dissoudre le Parlement durant le mandat de 2005. Ce n’est que récemment en 2010 que nous avons élu pour la 1ère fois le Président Pierre NKURUNZIZA au SUFFRAGE UNIVERSEL DIRECT, souligner  » DIRECT » pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois ( Voir Article 96 de la Constitution). Vérifier dans le texte des Accord d’Arusha. La phrase qui dit que  » Nul ne peut exercer plus de deux Mandats se trouve à l’intérieur de l’article qui dit  » SUFFRAGE UNIVERSEL DIRECT RENOUVELABLE UNE SEUL FOIS » d’où les Accords insistent sur un seul renouvelement du suffrage DIRECT pour ne pas dépasser deux mandats aux suffrage universel DIRECT. Si ce n’était pas le cas, ça aurait été un article à part. Même à supposer qu’il y’aurait contradiction, ce qui n’est pas le cas, on saisirait la COUR CONSTITUTIONELLE et je ne pense pas si les Accords d’Arusha peuvent primer sur la Constitution. Donc, le Président est autorisé à se faire élire comme Président de la République en 2015. qu’il reste au volant !

    • BIRABISHA

      Tu te prétend être intellectuel, loin de la, il faut aller donner ce stage chez toi. le fardeau pour l peuple Burundais. Allez art. 302 de la constitution???????

    • anonymius

      eka uraraba neza nyene kuko tu es nul

  19. Shaza

    Je trouve que Nkurunziza se conduit en sage homme politique lorsqu’il refuse de se prononcer sur son éventuel candidature aux prochaines élections. Nta mushingantahe yisonera qui se fait montrer la porte comme un chenapan, voyons donc!… Il connaît bien son Peuple et par dessus tout les DD qu’il a conduit jusqu’au pouvoir. Il sait alors pourquoi il agit ainsi… Et quand bien même il devrait forcer sa main aux prochaines élections, n’a-t-on pas le droit de la refuser par la voie des urnes? Au tant alors sensibiliser et partager cette inquiétude avec abanyagihugu pour les amener à faire front ensemble que de chercher à éterniser un dialogue de sourds sur de l’hypothétique…. Nkurunziza a encore deux ans légitimes devant lui, je trouve qu’on devrait occuper tout ce précieux temps par des paroles et actes constructifs si l’on vise évidemment du solide et durable au Burundi…

    • Muntu

      Qu’ il soit sage ou pas, mais il faut admettre que l’ article 96 de la Constitution donne le droit à Nkurunziza de se fair encore une fois élire au suffrage universaire direct. Au lieu de dénoncer les Bafrodebu et les Baporona d’ avoir violé l’ Accord d’ Arusha en introduisant un article (96) dans la Constitution qui n’ est pas dans l’ Accord d’ Arusha, le président du FORSC préfère la fuite en avant en trompant les Burundais que c’ est Nkurunziza qui va violer la constitution.

      Celui qui veut empêcher Nkurunziza à se présenter en 2015 devrait normalement suprimer l’ article 96 de la Constitution.

  20. MBABAREMPORE

    Ivyo yakoze birakwiye, tugerageze uwundi!

  21. Kirinyota

    C’est vrai! il était en stage probatoire?

    • Wapi le mot stage,Il n y a pas de stage a la presidence.
      Hama reka tumutegereza iminsi irikuja imbere azotubwira yuko ariwe Dreva encore,gusa bizoba biteye agahinda umugambwe uvuga ko ukomeye nka CNDD-FDD kugira umu dreva umwe gusa ashoboye gutwara uburundi.
      Wait and see!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!11

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La mobilisation des « radins » pour les quatre bougies de Neva

Comme il se doit en pareille situation, les festivités marquant les quatre ans au pouvoir du président Evariste Ndayishimiye, organisées à Nyabihanga, en pleine province de Mwaro, une contrée de citoyens jouissant à tort ou à raison d’une légendaire réputation (…)

Online Users

Total 1 822 users online