Vendredi 09 décembre 2022

Société

Exploitation des terres inexploitées, un remède à la sous-production ?

17/05/2022 13
Exploitation des terres inexploitées,  un remède à la sous-production ?
Le président Evariste Ndayishimiye : « Nous voulons instaurer un dialogue avec ceux nayant pas été capables dexploiter leurs terres »

A loccasion de la célébration de la Journée des Travailleurs le 2 mai dernier, le chef de lEtat, Evariste Ndayishimiye, a appelé à un dialogue avec les propriétaires de terres non exploitées en vue de mettre celles-ci à la disposition de gens prêts à les exploiter. Et cela dans le but daugmenter la production.

Dans ce discours tenu à Muyinga, le président Ndayishimiye a dabord appelé les paysans à éviter de laisser des sols inexploités en y plantant des arbres pouvant cohabiter avec les cultures.

Le chef de l’Etat sest ensuite adressé aux propriétaires de terres non exploitées. « Nous voulons instaurer un dialogue avec ceux n’ayant pas été capables de cultiver leurs terres pour quelles servent à ceux à la recherche de terres cultivables et donc dans le besoin aigu de terres inexploitées ». Pour le président de la République, une telle politique va contribuer à accroître la production agricole.

Des politiques sceptiques

Face aux propos du président, les politiques interrogés se disent non convaincus qu’une telle pratique permettra d’augmenter la production et demandent la mise en place d’une réforme foncière et une meilleure politique agricole.

Tatien Sibomana : « Une culpabilisation indue et illégale »

Cet acteur politique estime que la question soulevée par le président de la République relève du droit de la propriété privée prévu par la Constitution du Burundi et les textes internationationaux que le Burundi a ratifiés. « Larticle 36 de la Constitution burundaise précise que toute personne a droit à la propriété. Le texte ajoute également que nul ne peut être privé de sa propriété que pour cause dutilité publique, dans les cas et de la manière établis par la loi et moyennant une juste et préalable indemnité ou en exécution dune décision judiciaire coulée en force de chose jugée », tient à citer Tatien Sibomana.
Pour cet ancien haut cadre de lUprona, le chef de lEtat sest montré quelque peu injuste à lendroit des propriétaires de terrains inexploités. « La plus haute autorité du pays a insinué que les dits propriétaires sont paresseux, nayant pas été capables de les rentabiliser. Une culpabilisation indue et illégale », se plaint le juriste de formation.

Selon Tatien Sibomana, les raisons pouvant mener à des terres inexploitées sont multiples. « Certains peuvent avancer quils disposent dune progéniture qui nest pas encore prête à se partager le lopin de terre, dautres peuvent lavoir mise en jachère, certains peuvent avoir prévu de clôturer leurs propriétés pour créer des zones de pâturage pour leur bétail,  »

M. Sibomana juge également que lannonce du chef de lEtat risque douvrir la boîte de Pandore. « Puisquil est question de remettre en cause la propriété privée, lEtat serait-il prêt à partager les biens faramineux acquis par certains dignitaires et les mettre au profit des pauvres ? Certains pourraient peut-être céder certaines de leurs larges acquisitions immobilières au profit des sans-abris ! Cest absurde ! »

Concernant le dialogue promis par le chef de lEtat, Tatien Sibomana ne se montre pas rassuré. « Un Etat qui aura à traiter avec des particulier, ça sera une situation inégale. Car les particuliers nont aucun moyen de pression sur les pouvoirs publics ».
Ce politique demande à lEtat de ne pas déshabiller Saint-Pierre pour habiller Saint-Paul. Et davancer des solutions : une politique agricole efficace pour nourrir la population, lutter contre les constructions anarchiques dans des zones cultivables notamment sur les plaines, rentabiliser les petits lopins de terre en misant sur lencadrement des ingénieurs agricoles.

Pierre-Claver Nahimana : « Il faut une réforme foncière »

Daprès le président du parti Sahwanya Frodebu, le problème des terres inexploitées évoqué par le chef de lEtat est assez complexe. « Avec la surpopulation notamment dans le milieu rural, les terres cultivables sont saturées et les lopins de terres inexploitées dont parle le président sont très peu nombreuses ».

Lingénieur agronome de formation soutient que lobtention dune meilleure production exige une réforme foncière profonde. « Il y a besoin dorganiser mieux lexploitation de toutes les terres et non pas de quelques-unes pour aboutir à une production largement suffisante et lexportation du surplus ».

A côté de cela, ajoute M. Nahimana, il faut résoudre les défis liés aux nouvelles technologies agricoles comme les semences, leau, la démographie et la bonne gouvernance qui, selon lui, sont autant déléments qui permettent davoir une production substantielle.
Le président du parti de Ndadaye prend le soin de souligner les limites de lexercice du dialogue défendu par le chef de lexécutif. « Les propriétaires pourront toujours invoquer mille et une raisons pour refuser céder ou prêter leurs terres. Certains diront quils veulent planter des eucalyptus, dautres diront quils ont mis leur terre en jachère, Cest pourquoi il faut une réforme foncière à la hauteur de cet enjeu ».


Eclairage / Emery Nukuri : « Les recommandations du chef de lEtat ont une certaine logique sur un plan légal »

Lexpert-juriste en droit foncier estime que le président de la République a raison de vouloir obtenir le consentement des propriétaires de terres concernés.

Pour le professeur duniversité, le propos présidentiel comporte une certaine logique dun point de vue légal. « Larticle 1 du code foncier précise que lensemble des terres situées sur le territoire national constitue le patrimoine foncier national », fait savoir le Doyen de lInstitut de Cartographie de lUniversité du Burundi.

Et de compléter. « Larticle 2 du code foncier dispose que le patrimoine foncier national comprend les terres relevant du domaine public de lEtat et de celui des autres personnes publiques, les terres relevant du domaine privé de lEtat et de celui des autres personnes publiques, les terres des personnes privées, physiques ou morales ».

Lexpert en droit foncier indique aussi quen ce qui concerne les personnes privées, larticle 16 prévoit que la propriété foncière est le droit duser, de jouir et de disposer dun fonds dune manière absolue et exclusive, sauf restrictions résultant de la loi et des droits réels appartenant à autrui.

« Le chef de lEtat étant lautorité administrative suprême, il a le droit dagir pour tout ce qui relève du droit foncier conformément aux dispositions légales », juge-t-il.

Ainsi, daprès M. Nukuri, le président de la République a raison de vouloir obtenir le consentement des propriétaires de terres car, spécifie-il, aucune disposition du code foncier ne prévoit pas dobligation dexploiter les terres rurales sous peine de sanctions. « Le propriétaire de terres peut céder son terrain inexploité sil y a un projet daménagement du territoire quand bien même le code foncier nest pas clair là-dessus ».

Et de demander aux pouvoirs publics de réviser le code foncier en ses articles 380-391 en y incorporant les dispositions prévues par ces mêmes articles dans le code foncier de 1986 qui autorisaient lEtat à confisquer les terres non mises en valeur par leurs propriétaires.

Forum des lecteurs d'Iwacu

13 réactions
  1. Marira

    Attaquez vous à la surpopulation. C est une bombe.
    Ayez une vision pour l’agriculture et l’élevage.
    Ivyo bindi n’ont aucun sens du tout.
    Umuntu mumuhaye 1 ha ou 2 akavyara abana 10, 20 ans plus tard il n a plus de terres du tout.
    Les pauvres terres du Mugamba. Ikintu kihamera neza ni ubunyovu n imikaratusi.
    Pensez plutot à coorriger leur acidit avant toute chose

  2. Jamahaar

    J’espere que le gouvernement du General #Neva ne va pas reproduire la meme politique catastrophique de confiscation des terres appartenant aux fermiers blancs au Zimbabwe sous le regime de Robert Mugabe pour les redistribuer a la « population noire sans terre ». Le pays est du coup passe du jour au lendemain au statut de « grenier de l’Afrique » avec des excedents de production de cereals et de tabac en mendiant international.Un autre mauvais precedent au Burundi,c’est la politique prise en 1977 pour la supression au Burundi de l’institution millenaire dite « Ubugabire » et « Ubugererwa », une decision resentie par les anciens proiprietaires de terres et de troupeaux de vaches comme une spoliation au profit des hutu et quelques tutsi.En d’autres termes, les grands proprietaires terriers et eleveurs tutsi et ganwa ont vu leurs biens leurs arraches par un decret presidentiel (la Loi Manwangari-Mandi) pour etre confies aux hutu qui les exploitaient en usufruitiers.J’espere que je me trompe.Comparaison n’est pas toujours raison.

    • Stan Siyomana

      @Jamahaar
      1. Vous écrivez:« c’est la politique prise en 1977 pour la supression au Burundi de l’institution millenaire dite « Ubugabire » et « Ubugererwa »… »
      2. Mon commentaire
      Partout dans le monde à travers l’histoire, des réformes sociales/agraires se font pour éviter des révolutions.

    • Yan

      @Jamahaar
      Ta mémoire reste très sélective car en 1972 les familles des hutus qui ont été passés par les armes par le régime sanguinaire du moment ont été spoliées de tous leurs biens (comptes en banque, voitures , immeubles, etc.). Des documents qui le prouvent existent. Et cela ne te dérange pas. Honte à toi!

  3. G. Ndaruzaniye

    La propriété terrienne est en soi, un moyen de production. La politique d’ enregistrements des propriétés terriennes et la délivrance des titres de propriété à leurs détenteurs, permettra à ces derniers d’ avoir accès aux financements bancaires pour y développer des projets diverses rentables. Ou alors louer leurs terres aux investisseurs intéressés et les deux partenaires en profiteront. L’ ordre social en
    depend, je suis ni juriste, ni économiste, mais je crois que l’ ordre social est une base indispensable pour le développement socio-économique du pays.

  4. Ntavyo

    Est-ce que le chef de l’Etat est vraiment épaulé pour réaliser tout ce qu’il énumère ? On a l’impression que ses ministres ne font aucun suivi des annonces faites : malversations (barrages,…), retraites,…
    Si rien n’est fait, c’est lui qui sera discrédité !

  5. Kibinakanwa Médard

    Le problème de la pauvreté, de la sous production au Burundi n’est pas due aux terres inexploitées. Le Burundi est plein comme un oeuf.
    Le problème démographique est une bombe à retracement. 85% de litiges dans les tribunaux sont fonciers. C’est dire.
    Trouvez d’autres solutions pour booster l’économie.
    K
    Tatien et Claver babivuze.

  6. Marira

    Allez voir à côté au Rwanda ce qu’ils font .
    Vous verrez en quoi Ir Claver a raison

  7. espoir

    dans le meme ordre d idees je trouve logique que les gens ayant construit de grandes maisons ou plusieures maisons devraient consentir pour les partager avec les sans abri. tout comme ceux qui touchent des gros salaires devraient les partager avec les moins nantis…..comme ca nous evoluerons vers la justice sociale.

    • Jb

      100% d accord❗🤣🤣🤣

    • Stan Siyomana

      @Espoir
      Dans l’avant-propos du livre « Thou shall prosper » (= Tu prospéreras) (2010), du rabbin Daniel Lapin (né à Johannesbourg en Afrique du Sud le 1 er janvier 1947) Dave Ramsey (= animateur d u programme radiophonique  » The Dave Ramsey Show » aux Etats-Unis écrit que son papa lui a appris que tout s’acquiert A TRAVERS LE TRAVAIL, A LA SUEUR DE SON FRONT.
      « The most important business lesson my dad taught me was that money comes from work. Don’t talk to me about what you deserve or what you are entitled to. NO ONE IS GOING TO HAND YOU ANYTHING. This has been true since the beginning of time: you’ve got to leave the cave, kill something, and drag it home. Then it’s yours… »

      • Kadodwa JEAN

        And so what dans le débat d’en haut.Cessez de publier des observations hors sujet

        • Stan Siyomana

          @Kadodwa Jean
          Narabaye imyaka itandatu muri Union Soviétique aho bagerageza gukurikiza izo principes socialistes uwo Espoir ariko aravuga. Iyo système yarasambutse.
          Ubu maze imyaka myishi muri Amerika aho abantu badatinya kuvuga ko esprit individualiste ituma bagerageza kwigwanako bagakoresha imbaraga zabo zose kandi bakabihemberwa. Kandi ntikibuza ko certains vulnérables bafashwa.
          Lero namba utanyumvise, reka abakene biyicarire ngaho ngo biteze kugabana n’abironkeye ivy’abo.
          Mu buzima hariho compétition.
          Na nyakubahwa perezida w’Uburundi yaraneguye abarundi bavyara benshi badashoboye kurera biteze ngo ba tontons, société en général, nibo bazobasomesha canke bazobatunga.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Le citoyen invisible

« Au Burundi, le temps de bâtir une nation définitivement réconciliée est arrivé », a annoncé Albert Shingiro, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement, lors du briefing au corps diplomatique accrédité à Bujumbura, mardi 6 décembre. « (…)

Online Users

Total 913 users online