Vendredi 15 octobre 2021

Politique

Evariste Ndayishimiye : « Sera considérée comme inexistante toute personne non recensée »

11/09/2021 7
Evariste Ndayishimiye : « Sera considérée comme inexistante toute personne non recensée »
Le président de la République, Evariste Ndayishimiye lors du lancement officiel des activités du RGPHAG 2022

Lors du lancement officiel des activités du Recensement général de la population, de l’habitat, de l’agriculture et de l’élevage de 2022 (RGPHAE), ce 10 septembre, le président de la République Evariste Ndayishimiye a mis en garde ceux qui ne répondront pas à ce recensement.

« Sachez que ceux qui ne répondront pas au recensement général seront considérés comme inexistants dans ce pays. Il y a des gens qui commencent à paniquer lorsqu’ils entendent le mot recensement, c’est suite au passé violent qu’a connu le Burundi. Certains pensent que c’est pour les compter afin de les exterminer et décident d’esquiver. C’est comme ces fonctionnaires de l’Etat, des intellectuels qui ont peur d’être recensés », a lâché le président de la République, Evariste Ndayishimiye.

C’est lui qui a procédé au lancement officiel des activités de ce recensement général prévu pour l’année prochaine. Selon lui, les données collectées aideront à appuyer les projets de développement en prenant compte des besoins de la population : « Ce recensement va être une occasion de connaître la réalité de la vie de nos citoyens. Nous allons avoir des chiffres, cette fois-ci, objectifs, qui vont nous aider à connaître le personnel à aligner sur le fonds de la lutte contre la pauvreté. C’est aussi l’occasion d’évaluer la situation économique de notre pays », a fait savoir le président de la République.

C’est l’Institut de statistiques et d’études économiques du Burundi (Isteebu) qui est chargé de collecter les données. D’après Nicolas Ndayishimiye, le directeur exécutif de l’Isteebu, le recensement général sera différent des autres effectués précédemment.

Il va inclure l’élevage et l’agriculture, ce qui n’était pas le cas en 1979, 1990 ou en 2008 : « Celui-ci va utiliser des technologies modernes via des tablettes interconnectées. Des cordonnées géo-référencées seront établies, et cela facilitera la tâche. Contrairement aux trois autres recensements déjà accomplis. Tout le travail était effectué manuellement », a-t-il affirmé.

Ce Recensement général de la population, de l’habitat, de l’agriculture et de l’élevage de 2022 coûtera au gouvernement une somme de 48.566.797.000 de francs burundais.

Forum des lecteurs d'Iwacu

7 réactions
  1. Georges

    Tandis que certains croient que “chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique,” et que “tout individu a droit à une nationalité,” ce monsieur veut instaurer une mort civile collective qui va s’ajouter à l’exclusion économique. qui m’explique comment cela va avancer le développement du pays?

  2. Jambo

    Peut être la remarque est déplacée, mais il y a lieu de se poser des questions
    Où est le Chef du Gouvernement?.
    Il n’y a que le ministre de l’intérieur et son président qui donnent des ordres et s’expliquent sur la conduite du bateau.
    Strange, isn’t it?

    • Mutimutunganye

      Nibaza ko bamwatse akazi. Ubu asangiye irigara na Bazombanza!

  3. Kibinakanwa

    J ai participé au premier recensement général de la population du Burundi.
    C’était en Juillet 1979.
    Retenez votre souffle, nous étions 3 775 900.
    Les dernières estimations donnent 11 millions et demie.
    Le voisin du Nord possède 12 millions d’âme.
    Je pense que nous sommes assis sur une bombe

    • Yan

      @Kibinakanwa
      On peut aussi le prendre positivement en considérant que cette démographie soit le niveau de résilience de ces populations, lorsqu’on se rappelle du nombre de vies qui ont été fauchées dans cette région durant ces dernières années.

  4. Richard

    Le projet coûtera 48.566.797 milliards de Fbu? Corriger Mr Le Journaliste.

    • arsène

      “Ce Recensement général de la population, de l’habitat, de l’agriculture et de l’élevage de 2022 coûtera au gouvernement une somme de 48.566.797.000 de francs burundais.”

      Il ne coûtera rien au gouvernement. C’est le contribuable qui paie la totalité du budget.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 1 027 users online