Jeudi 17 juin 2021

Politique

Emission des porte-paroles des institutions: des réponses et des zones d’ombre

04/04/2021 2
Emission des porte-paroles des institutions: des réponses et des zones d’ombre
De droite à gauche: Prosper Ntahorwamiye, porte-parole du gouvernement,  Evelyne Butoyi, porte-parole du président et Agnès Bangiricenge, porte-parole de la Cour suprême

Les porte-paroles des institutions ont répondu aux questions des journalistes et de la population dans une émission publique  animée ce vendredi 2 avril  à Kirundo.  Retour sur quelques questions qui ont marqué les esprits.

Plusieurs questions ont été posées aux porte-paroles des institutions par les journalistes sur place et la population via une ligne téléphonique. Il s’agit entre autres la récente fermeture des médias des burundais en exil animés par des journalistes burundais en exil au Rwanda, la position du Burundi  par rapport aux vaccins contre la Covid-19,  le maintien en détention de Christa Kaneza, la mise en application de la grâce présidentielle,  les recettes provenant des minerais, etc.

A propos de la récente fermeture des médias animés par des journalistes en exil par les autorités rwandaises, Prosper Ntahorwamiye, porte-parole du gouvernement  a salué un signe de bonne foi pour la normalisation des relations de la part du Rwanda.  «Le gouvernement a accueilli avec satisfaction la fermeture des radios des journalistes en exils émettant à partir du Rwanda. C’est l’un des signes de bonne foi pour la normalisation des relations d’amitié entre le Burundi et le Rwanda », s’est-il réjoui.

« Rien  ne peut nous empêcher de normaliser  les relations. Le Burundi et le Rwanda sont deux pays limitrophes qui  ont beaucoup de choses en commun. Nous nous rencontrons dans des organisations régionales et internationales», a-t-il tenu à rappeler.

Il a été complété par Sonia-Inès Niyubahwe, porte-parole du ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement. Elle a souligné une volonté politique des deux côtés pour la normalisation des relations qui se sont détériorées depuis 2015.  Elle a rappelé la rencontre des chefs de la diplomatie des deux pays à Gasenyi-Nemba à la frontière rwandaise. « N’eut été la Covid-19, un groupe d’experts était déjà à l’œuvre pour statuer sur des questions qui nous divisent», a-t-elle précisé.

«On attend l’homologation des vaccins anti-covid-19»

Au sujet des vaccins anti-covid-19, le porte-parole du gouvernement a également réagi pour clarifier la position du gouvernement. Ila fait savoir que l’OMS a mis l’initiative COVAX pour octroyer des doses de vaccins anti-covid-19 aux pays qui ont peu de moyens pour s’en procurer et le Burundi ne fait pas partie des bénéficiaires.

Selon Prosper Ntahorwamiye, le Burundi  n’a pas refusé les  vaccins. Il s’est donné le temps en attendant leur  homologation par l’OMS. « Ceux qui sont disponibles sont des vaccins  d’urgence. Ils peuvent avoir des effets et ceux-ci incombent aux pays bénéficiaires. Nous  suivons de près l’évolution de la pandémie pour prendre des mesures qui s’imposent». Il  s’est également réjoui du niveau satisfaisant dans la lutte contre la pandémie du coronavirus dans le pays.

Imbroglio juridique

Les journalistes sont revenus sur maintien en détention de Christa Kaneza  accusée de complicité d’assassinat de son mari  à  Gasekebuye dans la nuit du 24 au 25 novembre 2020.

Selon la décision rendue publique par le Tribunal de Grande Instance de Muha,  Christa Kaneza  devait être libérée le 3 février avec  interdiction de sortie du territoire burundais.

Pour  Agnès Bangiricenge, porte-parole de la Cour suprême, celui qui l’a  maintenue  en prison n’a violé aucune loi.   « Un prévenu  qui n’est pas encore jugé peut être relâché par le tribunal. Mais le procureur qui est chargé de mettre en application cette libération peut le maintenir en prison selon la gravité de l’infraction ».  S’agissant de l’indignation que l’affaire a suscitée sur les réseaux sociaux, elle précise que tout se gère aux tribunaux selon les procédures établies.

Concernant la mise en application de la grâce présidentielle trois mois après, Cynthia  Irakoze, porte-parole du ministère de la justice tranquillise. Le décret présidentiel d’application, a-t-elle dit, a été signé le 5 mars.

« Les directeurs des centres pénitentiaires sont à l’œuvre pour identifier et confectionner  les vraies bénéficiaires  de cette grâce.  Avant  leur libération, il faut une formation patriotique en vue d’une réintégration sociale afin de retrouver la vie normale et servir le pays », a indiqué Cynthia  Irakoze.

Par le passé, a fait remarquer, la porte-parole du ministère de la Justice, il a été constaté qu’il y a des cas de récidive, « des prisonniers graciés qui ont commis les mêmes infractions ».

Elle a expliqué que le ministère de la Justice a une  politique de désengorgement des prisons. A cet effet, dans des descentes dans les prisons  plus de 8.000 dossiers des personnes qui n’ont jamais  été jugés ont été traités. «Si des gens sans jugement croupissent en prison l’économie du pays en pâtit ».

A la question des recettes provenant des minerais dont la part dans le budget général de l’Etat reste statique chaque année alors que les sociétés minières augmentent leur production chaque année, Larissa Dushime, porte-parole du ministère des Finances et de la Planification économique a indiqué qu’il n’y a pas des chiffres exacts.

« Il n’y a pas des chiffres exacts pour savoir l’argent qui viennent des mines. Nous sommes en train de revoir les contrats pour augmenter les recettes», a-t-répondu Larissa Dushime sans convaincre. Les journalistes  dans la salle sont restés sur leur soif. Il y a eu des murmures.

Un activiste de la société civile qui a requis l’anonymat dénonce ce qu’il qualifie d’échappatoires. Selon lui, il est inconcevable  qu’un ministère chargé du budget ignore les recettes minières. « C’est un secteur sensible où s’affrontent les gros poissons pour s’enrichir. Cette dame ne pouvait pas s’aventurer au risque de se faire avoir», a-t-il conclu ému.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. bavugirije

    Qu’advendra-t-il, si un jour, Christa Kaneza était reconnue innocente du crime odieux qui lui est reproché et qu’elle recouvrait sa liberté après avoir été maintenue en détention injustement? Un dédommagement financier? Pourra-t-elle porter plainte contre le gouvernement? La réponse est non. Dans mon pays, une loi prévoit que le ministère public est irresponsable. Cela veut dire qu’ à tout moment, un procureur de la république peut détenir en prison toute personne sur qui pèsent des allégations ciminelles aussi longtemps qu’il le veut sans que le gouvernement ait à débourser le moindre sou à titre de dédommagement si la personne, au bout du compte, est trouvée par la suite innocente. Heureux êtes-vous procureurs de la république!!! Les citoyens n’ont qu’à bien se tenir.

    Sous d’autres cieux, la situation est totalement différente. Pourquoi au 21ème siècle maintenons-nous encore une loi aussi redoutable pour les citoyens? Ce que je dis pour Christa Kaneza est aussi valable pour Fabien Banciryanino et que sais-je encore! Imaginons que Christa Kaneza une fois libérée et trouvée innocente réclame au gouvernement un dédommagement de 2, 000 $ par mois soit 24,000$ par an. Si 20 autres personnes se trouvant dans la même situation font de même (et il y en aurait), le gouvernement se verrait obligé de débourser 240,000$ par an en raison de l’incurie de l’un ou l’autre procureur qui aurait fait arrêter et détenir en prison inutilement des innocents. Je vous laisse deviner quelle serait la réaction du minstre des finances et du gouvernement. A quand le changement d’une telle loi liberticide?

  2. bavugirije

    Ce sont les élus du parti au pouvoir, la crème des crèmes, les ministres qui doivent répondre à toutes ces questions et non les porte-paroles. Quand on parle de rendre des comptes de son action à la population, ce sont ceux qui sont aux affaires qui doivent le faire et non les pauvres fonctionnaires. Pourquoi le gouvernement se dérobe à de telles questions? Les fonctionnaires sont là pour exécuter les lois et règlements que les ministres ont fait adopter en assemblée générale. Lorsqu’ils sont sollicités, ils peuvent faire des recommandations à leurs ministres mais leur rôle s’arrête là. Lorsque vient le momement de s’adresser à la population, ce sont le président de la république et ses ministres qui doivent prendre la parole. C’est eux que la population connaît et non les fonctionnaires. Un fonctionnaire n’a de compte à rendre qu’à son ministre, un point un trait!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« 1972 », à chacun sa vérité ?

Depuis le 28 avril, cinq grandes conférences de témoignages et de réflexion sur les « événements de 1972 » sont prévues par le Sénat du Burundi. Elles vont se clôturer le 25 juin courant. Le but est de se souvenir (…)

Online Users

Total 1 143 users online