Mardi 21 septembre 2021

Politique

Cndd-Fdd/Kirundo Un bras de fer entre « frères »

05/04/2021 Commentaires fermés sur Cndd-Fdd/Kirundo Un bras de fer entre « frères »
Cndd-Fdd/Kirundo Un bras de fer entre « frères »
Jean-Baptiste Nzigamasabo alias Gihahe : « Si j’ai un problème avec Anastase, est-ce que ça vous regarde?»

Deux camps au sein du parti de l’Aigle se regardent en chiens de faïence en province Kirundo. Il s’agit des partisans de l’ancien député Jean-Baptiste Nzigamasabo alias Gihahe et les sympathisants de l’actuel secrétaire national chargé de l’idéologie, mobilisation et diaspora au sein du Cndd-Fdd, Anastase Manirambona. Un climat malsain règne dans la province, paralysant les activités de l’administration et d’autres institutions.

Des échauffourées ont éclaté le 18 mars dernier entre les Imbonerakure au chef-lieu de la province Kirundo. C’était sur la colline Kinyinya au chef-lieu de la commune Kirundo. Des Imbonerakure sympathisants de l’ancien député Jean-Baptiste Nzigamasabo alias Gihahe dont Rurema, Macumi et Emery alias Gasongo se sont affrontés avec d’autres militants du Cndd-Fdd qui soutiennent Anastase Manirambona, actuel secrétaire national chargé de l’idéologie, mobilisation et diaspora au sein du Cndd-Fdd.

Ces derniers ont alors fait appel à André Minani, chef des Imbonerakure en commune Kirundo. Arrivé sur les lieux, ce dernier a été lui aussi malmené par les pro-Gihahe. « Minani a appelé l’administrateur de la commune Kirundo. Ce dernier est arrivé avec des policiers. Il a embarqué les pro-Gihahe dans sa camionnette », racontent des témoins oculaires. « On leur avait dit qu’on les amenait à la commune pour tenter de trouver une solution à ce problème. En chemin, ils ont su qu’ils vont à la police pour être emprisonnés. Ils ont commencé à sauter un à un de la camionnette. »

Un certain Marc Nduwamahoro, un pro-Gihahe, s’est rendu à la police pour voir ses amis arrêtés. « C’est quelqu’un qui parle trop. Il a été tabassé par des policiers », raconte un témoin oculaire. Selon les informations recueillies à Kirundo, l’ordre de le tabasser serait venu d’Abel Ahishakiye, responsable de la ligue des jeunes Imbonerakure en province Kirundo. « C’est un pro-Anastase Manirambona. »

Grièvement blessé à la tête, il a été transféré dans un premier temps à l’hôpital de Cankuzo puis à l’hôpital de Karusi. « Depuis cet incident, le climat malsain qui régnait s’est exacerbé au sein des militants du Cndd-Fdd », confie un habitant de Kirundo. Aujourd’hui, Marc Nduwamahoro est en convalescence à son domicile.

Un conflit qui remonte de loin

Selon les témoignages de certains Bagumyabanga (militants du Cndd-Fdd), cet antagonisme date de 2016. « Quand Anastase a démissionné de l’armée et qu’il est devenu secrétaire national en charge de l’idéologie, il est devenu comme une menace pour Gihahe». D’après eux, Anastase Manirambona a commencé à s’impliquer dans la vie de la province. « Pour les nominations, on consulte Anastase. Un privilège dévolu à Gihahe depuis plusieurs années. Il faisait la pluie et le beau temps. Il était le faiseur de lois. »

Des sources indiquent qu’Anastase Manirambona privilégie, dans les nominations, les Bagumyabanga qui ont un niveau d’études élevé contrairement à Gihahe qui mettait en avant ceux qui ont fait le maquis ou qui ont un niveau d’études moyen. « Ces derniers se sont ralliés à lui. Lorsqu’Anastase a été pressenti pour devenir le prochain patron du Cndd-Fdd, ce sont les partisans de Gihahe qui ont été les premiers à le calomnier en l’accusant de malversations ou autre chose. »

Impact sur les activités de l’administration

Selon les informations recueillies, cette guéguerre paralyse les activités de l’administration. « La majorité des administrateurs communaux sont du côté d’Anastase. Ils tardent ou même rechignent à prendre des décisions de peur de s’attirer les foudres des partisans de Gihahe. C’est perturbant pour la population », confie un habitant de Kirundo. « Les administrateurs hésitent à donner des autorisations de réunion pour les partis de l’opposition. Ils ont peur que les pro-Gihahe viennent perturber ces réunions », indique un membre d’un parti de l’opposition.

De plus, poursuivent des sources au sein du parti au pouvoir, certains administrateurs communaux ne sont pas en bons termes avec les secrétaires communaux du parti au pouvoir. En même temps, ces derniers ne s’entendent pas avec certains responsables des Imbonerakure dans certaines communes. « Les deux camps s’adonnent à des recrutements en utilisant même de l’argent. On passe par le secrétaire provincial du parti, qui est un pro-Gihahe, pour convaincre les secrétaires communaux. Cette situation laisse peu de marge de manœuvre à l’administration. C’est un imbroglio difficile à démêler », déplore un Mugumyabanga de Kirundo.

Et le gouverneur de province ? « Le gouverneur Albert Hatungimana joue la neutralité mais nous savons qu’il est du côté d’Anastase Manirambona. Originaire de la commune Busoni comme les deux protagonistes, il essaie de calmer la situation », confie un autre Mugumyabanga. Selon des sources à Kirundo, une délégation de 6 personnes serait venue de Bujumbura pour tenter d’atténuer ce climat malsain.

Quatre communes dans la cadence

Selon notre source, ce sont les communes de Busoni, Ntega, Kirundo et Bugabira qui sont les plus impliquées dans les rivalités entre les partisans de l’ex-député Jean Baptiste Nzigamasabo et ceux d’Anastase Manirambona. Pour la commune de Busoni, les rivalités sont visibles d’autant plus que ces deux ténors du Cndd-Fdd sont natifs de cette commune.

D’un côté, révèle notre source, cette entité administrative compte beaucoup de cadres qui ont été promus avec le soutien de l’ex- colonel Anastase Manirambona. De l’autre, il y a des frustrés du camp de Jean Baptiste Nzigamasabo qui se sont vus évincés de leurs postes.

Par ailleurs, cette commune est surpeuplée. Pour la dernière législature, elle avait environ 73 mille électeurs et compte en son sein plusieurs militants du Cndd-Fdd. Chacun des deux camps rivaux y met tout le paquet pour y attirer plus de soutien parmi les « Bagumyabanga ».

La commune de Ntega, quant à elle, est aussi acquise à la cause d’Anastase Manirambona. Ce dernier bénéficie du soutien d’Alain Tribert Mutabazi, actuel ministre de la Défense nationale et des anciens combattants, qui est ressortissant de cette commune.

La commune de Kirundo, poursuit notre source, regroupe des gens venant de tous les coins du pays ayant différents comportements. Elle compte beaucoup d’intellectuels dont la plupart ont eu des postes dès l’ascension de M. Manirambona dans les organes dirigeants du parti de l’Aigle. A leurs yeux, c’est un rassembleur qui œuvre pour le développement de la province. « Le peu d’accalmie qui règne aujourd’hui, c’est grâce à lui».

Ces intellectuels fustigent le comportement de l’ex-député Nzigamasabo. Ils le qualifient de dur et d’intransigeant. Ils disent qu’ils malmènent les militants du Cndd-Fdd qui ne sont pas acquis à sa cause.

Cependant, tient à préciser notre source, M. Nzigamasabo, bénéficie du soutien de l’ancien député et ex-gouverneur de Kirundo, Révérien Nzigamasabo, qui est natif de la commune Kirundo.

La commune de Bugabira, raconte notre source, a deux types de population. Il y a des gens en provenance de la province de Kayanza et les natifs de Bugabira. C’est pourquoi, fait-elle savoir, il y a toujours une rivalité entre « Yanza-Gabira ». « C’est une commune dont la population est politiquement manipulable ». Les deux camps rivaux, ci-haut évoqués, s’appuient sur cette rivalité d’où on observe souvent des dissensions.

Selon toujours notre source, les communes restantes à savoir Gitobe, Bwambarangwe et Vumbi ne sont pas tellement impliquées dans cette rivalité. Elles suivent politiquement d’autres communes. Celui qui dirige le parti au niveau provincial, Nestor Musafiri, précise notre source, provient de Vumbi. « Si jamais il était natif de l’une des quatre communes ci-haut mentionnées, la situation allait s’empirer », fait-elle observer. Mais, ajoute notre source, il est du côté de l’ancien député Jean Baptiste Nzigamasabo.

Quid des forces et des faiblesses ?

Selon des témoignages, c’est Anastase Manirambona qui serait en position de force. Parmi ses forces, certains Bagumyabanga de Kirundo affirment que l’ex-colonel Manirambona bénéficie du soutien des administrateurs communaux, des intellectuels, des responsables des Imbonerakure et des Bakenyerarugamba (militantes du Cndd-Fdd). « Il a su placer ses hommes à des postes de responsabilité. Le seul bémol est que le secrétaire provincial du parti est du côté de Gihahe». Comme faiblesses, d’après toujours certains militants du parti au pouvoir, il ne maîtrise pas encore le terrain de Kirundo comme son « rival ».

Quant à Jean-Baptiste Nzigamasabo alias Gihahe, toujours selon ces militants du Cndd-Fdd, ses forces résident dans le fait qu’il est considéré comme celui qui a amené et consolidé le parti en province Kirundo. « De plus, il est beaucoup craint à cause de ses décisions brutales. » L’ancien député Nzigamasabo est également soutenu par les secrétaires communaux du parti Cndd-Fdd.

Sa plus grande faiblesse selon les témoignages, c’est son niveau d’études très bas. De plus, il travaille pour sa commune natale et n’a jamais réalisé aucun projet de développement au chef-lieu de la province Kirundo.

Interrogé, Jean-Baptiste Nzigamasabo alias Gihahe s’est fendu d’une réponse cinglante : « Tu me demandes cela en tant que qui ? Est-ce que les journalistes ont le droit de s’immiscer dans mes affaires privées ? Si j’ai un problème avec Anastase, est-ce que ça vous regarde ? Et d’ailleurs, Anastase est mon frère. »

Anastase Manirambona : « Il faut poser la question aux dirigeants du parti dans cette province. »

Contacté, Anastase Manirambona a indiqué qu’il n’est pas au courant de cette affaire. « Il faut poser la question aux dirigeants du parti dans cette province. » Nestor Musafiri, secrétaire provincial du parti, n’a pas voulu s’exprimer.

« Il n’existe pas de deux camps rivaux dans la province de Kirundo. C’est une manipulation de l’opinion », nie catégoriquement Révérien Nzigamasabo, ancien député et ancien gouverneur de Kirundo. Selon lui, Anastase Manirambona fait tout pour récupérer la popularité et la notoriété dont jouit l’ancien député Jean Baptiste Nzigamasabo.

Et de rappeler que ce dernier a joué un rôle remarquable dans l’encadrement des militants du Cndd-Fdd dans la province de Kirundo. Il précise qu’il n’est pas impliqué, ni de près, ni de loin dans les échauffourées qui se sont produites sur la colline Kanyinya. « M. Nzigamasabo n’a aucun rôle dans le parti Cndd-Fdd. Il est maintenant un simple citoyen qui s’occupe au quotidien de ses propres affaires ».

Il déplore les agissements d’Anastase Manirambona et de ses partisans. « Des jeunes rangés derrière lui font la loi », s’indigne l’ancien gouverneur.
« J’ai effectué une descente sur la colline de Kanyinya. Il n’y a rien d’alarmant », affirme Albert Hatungimana, gouverneur de la province de Kirundo. Selon lui, ce sont les réseaux sociaux qui intoxiquent l’opinion faisant croire que les militants du Cndd-Fdd se sont rentrés dedans. Par ailleurs, tient-il à préciser, les altercations se sont produites pendant la nuit dans un cabaret. « Aucune des personnes impliquées n’avait un signe distinctif d’un quelconque parti politique ».

Fabrice Manirakiza & Félix Haburiyakira

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 162 users online