Mercredi 29 mai 2024

Économie

Digitaliser les services bancaires demande du temps

23/06/2023 5
Digitaliser les services bancaires demande du temps
Depuis le 18 juin, les banques commerciales et les institutions de microfinances limitent les retraits des sommes en liquide

Après la suspension par la banque centrale des mesures provisoires fixant les plafonds de retraits et des versements, le 18 juin, les banques commerciales et les institutions de microfinances limitent les retraits des sommes en liquide et préconisent les ordres de virements et autres transferts. Les clients ne sont pas contents. Pour eux, ces changements sont, certes, nécessaires mais demandent du temps.

Le répit n’aura été que de courte durée. La mesure de plafonnement des retraits à peine levée par la banque centrale, le 18 juin, banques, institutions de microfinance sont retombées dans leurs « travers ». Dorénavant, la BRB veut limiter les retraits par chèques et favoriser les transferts. Mais d’après plusieurs témoignages recueillis par Iwacu, toutes les institutions bancaires seraient confrontées à ce défi : servir à leur guise leurs clients désirant retirer de l’argent. Seul aspect positif, ironise André, un commerçant rencontré à la Bancobu : « Elles ne tournent pas en rond pour te dire que la banque est dans l’incapacité de te servir le chèque de 5 millions de BIF. La banque vous dit qu’elle n’est en mesure que de vous donner 1 million de BIF ». 

En effet, à peine deux jours après la levée de la mesure par la banque centrale, D.R, un agent de la Bancobu, reconnaît ces désagréments. « S’il arrive qu’une banque telle que la Bancobu avec le volume de ses transactions vienne à manquer des liquidités pour servir ses clients, il y a de quoi à être inquiet. »

Il raconte qu’un de leur gros client est venu retirer 80 millions BIF et s’est vu signifier qu’il n’aura seulement que 30 millions.

« Après un léger moment de panique. Furieux, le client a menacé le guichetier de clôturer son compte si la situation perdure. »

La direction lui a demandé s’il pouvait procéder par ordre de virement bancaire (OV).

Une offre gentiment refusée par le client. Notre source indique que le commerçant en question leur a signifié qu’il désirait s’acquitter « des arriérés impayés à ses maçons, lesquels malheureusement n’ont pas de compte bancaire pour le virement. « 
Les institutions de microfinance (IMF), deviennent des victimes indirectes suite à la réglementation bancaire exigeant qu’elles doivent s’approvisionner en liquidités auprès des banques commerciales partenaires abritant leurs comptes.

« Une embûche énorme à nos activités », regrette L.D, responsable des opérations au sein d’une IMF. Suite à la réglementation de la banque centrale exigeant qu’elles   s’approvisionnent en argent liquide auprès des banques commerciales hébergeant leurs comptes, depuis quelques jours, il explique que les responsables de ces banques commerciales ne priorisent que leurs clients au détriment des IMF. Comme conséquence, indique-t-il, les IMF sont également à leur tour dans l’obligation de limiter les retraits en espèces. Histoire de bien gérer les quelques liquidités en leur possession, glanées ici et là dans différentes banques commerciales.

A défaut, des OV

La décision de la BRB qui permet à toute personne physique de ne retirer qu’un maximum de 300.000 BIF étant tombé comme couperet, certains commerçant(e)s ont été contraints de retarder leurs commandes ou encaissé un retard pour régler leurs factures impayées auprès de leurs fournisseurs, préférant ainsi attendre sa levée. Hélas, des espoirs vite douchés par l’actuelle situation. Martin figure parmi ces victimes.

Grossiste vendant du charbon de bois, voilà qu’une semaine vient de s’écouler tout en cherchant comment rassembler les 60 millions de BIF pour rembourser ses fournisseurs, en vain. « Ma banque me dit de faire un virement bancaire. Mais combien parmi les paysans de Nyabiraba possèdent un compte bancaire pour que j’arrive à les payer ? » Un sacré challenge pour cet entrepreneur. Au risque d’être fiché comme insolvable par ses fournisseurs, il indique avoir décidé de leur ouvrir un compte bancaire au sein de la Coopec. D’après lui, une bonne option plutôt que d’ouvrir un compte Lumicash, dont les frais de transfert ne cessent d’augmenter.

Même cas de figure pour Mariko. Ce commerçant du petit bétail natif de Gishubi, en province Gitega, ne nie pas qu’il commence à perdre confiance dans les institutions bancaires. « Pour quel intérêt garder son argent gagné correctement dans les banques tout en sachant que tu ne peux y accéder si la banque ne le permet pas ? » 

Une situation dépitant pour ce businessman aux allures d’un simple « paysan » mais qui, brasse des dizaines de millions de BIF au quotidien.  Il dit qu’il est dans l’incapacité de collecter les 15 millions de BIF qu’il doit à certains de ses fournisseurs.

« Évidemment que tout serait facile si chacun d’eux avait un compte bancaire dans une IMF ou un téléphone pour ouvrir un compte Ecocash ou Lumicash ». 

Le commerçant de campagne estime que « la BRB peut vouloir utiliser tout stratagème pour contraindre la population à privilégier les ordres de virement et les transferts via mobile money. « Mais, elle doit savoir qu’il y a des activités ou business qui demandent au commerçant d’avoir de l’argent liquide sur lui. »

A la recherche des « remèdes miracles »

Les grossistes vendant du charbon de bois figurent parmi les commerçants touchés par cette limitation de retrait de l’argent liquide

Avec les récents désagréments, banques et IMF ont compris le besoin de moderniser leurs services digitaux, du moins pour ceux qui en ont déjà. Ceux qui n’en ont pas, essaient de rattraper le retard. Une course contre la montre qui n’est pas exempte de dangers. Car, nombreuses sont les IMF qui aimeraient migrer à la va-vite vers des applications qui n’ont pas encore fait leurs preuves.

Un grand risque, prévient A.M., un expert en finances digitales, lorsque l’on sait le préjudice financier que peut entraîner une seule faille. Quand bien même elle est importante la digitalisation des services bancaires, cet expert conseille d’aller progressivement : « La BRB ne peut pas se réveiller un matin, et contraindre la population à opérer toutes leurs opérations bancaires par voie de transfert. En amont, il doit y avoir des préalables, notamment le coût de rénovation (développement de nouveaux logiciels/applications sécurisés, formation du personnel, conscientisation de la population sur le bien-fondé d’avoir un compte bancaire, etc. ». Selon lui, des préalables qui nécessitent un coût financier énorme pour ces institutions bancaires, surtout que ce n’était pas prévu dans leur budget de fonctionnement. Et puis, il n’y a pas de législation obligeant le citoyen à placer son argent dans les institutions bancaires.

Autre frein, à cette propension à digitaliser les services bancaires, le montant élevé sur les transactions de chaque transfert via mobile money. « Un vrai casse-tête lorsque l’on y pense, surtout que la loi budgétaire, exercice 2023-2024, prévoit de hausser les taxes sur des compagnies de télécommunications », fait remarquer D.D, responsable d’une microfinance.

Seule bonne nouvelle : malgré les désagréments causés par le manque de liquidités, les responsables des institutions bancaires contactés gardent confiance en la BRB. « Certes, nos clients peuvent penser que la quantité de nouveaux billets de 5000 et 10.000 BIF émise par la banque centrale n’est pas suffisante. Mais, la cause est ailleurs. Je pense qu’il faudrait chercher dans sa volonté de tracer toute opération bancaire », tranquillise un chef d’une agence de la BGF.  Contactée, la BRB a promis de réagir ultérieurement.

BRB

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. Stan Siyomana

    « The Central Bank of Somalia has launched a Quick Response Code standard to provide secure payment services as it moves towards a cashless economy. By launching this code, Somalia follows in the footsteps of Kenya, which launched a QR Code standard in May 2023.
    The launch of a QR code standard is the latest sign that Somalia intends to rebuild its financial services infrastructure, hindered by years of conflict… »
    https://www.africanews.com/2023/06/22/new-digital-payment-system-to-revolutionise-business-in-somalia/

  2. Kanda

    S’il faut digitaliser, il faut commencer par avoir des préalables de base: (1) le changement de mentalité, il faut éduquer tout le monde que l’argent c’est la valeur et non les papiers, c’est-à-dire qu’on devra ramener tout le monde à s’affilier à une institution des services bancaires et / ou financiers; (2) les institutions de banque et microfinance doivent implémenter des solutions fiables: c’est-à-dire sûres, intègres et disponibles; (3) l’enérgie: il faut avoir du courant permanent pour que tout citoyen ait son téléphone toujours chargé pour l’utiliser à tout moment qu’il voudrait faire une opération sur son téléphone. Ne devraient toucher les billets de banque que des illettrés qui ne peuvent pas utiliser le téléphone.

  3. Prince

    Vous dites: « Digitaliser les services bancaires demande du temps ». C’est plutôt une question de volonté de sortir du désordre dans lequel se trouvent tous les services au Burundi. C’est également une question d’organisation. Un pays non organisé ne peut prétendre à undéveloppement. Tous les pays avancés ont commencé par l’organisation. Le temps n’y est pour rien le jour où on décidera de sortir de l’opacité dans laquelle le pays est plongé y compris les banques,le jour où on mettra en avant l’efficacité, la digitalisation sera comme un jeu d’enfant. Mais ce n’est pas du jour au lendemain dans un pays où quelqu’un.e peut finir l' »univesité » sans avoir touché à un clavier.
    J’ai pitié quand je vais à la banque et voir le désordre qu’il y a et l’incompétence de curtains agents de banque.

    • JMN

      Tres bien dit cher Monsieur Prince. Apparemment au Burundi ‘tout prend du temps’. Je me demandes si notre beau beau n’est pas fige dans un certain temps!

    • Yan

      Cher Prince (tu me rappelles le prince de Nkoronko), il semble que tu insinues que quelqu’un qui finit l’université sans avoir touché sur un clavier, c’est de sa faute?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La Crédibilité de la Ceni en Jeu

Le train des élections de 2025 (communales et législatives) et de 2027 (présidentielles) est déjà en marche. La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) se dit à l’œuvre. Depuis février, elle a déjà mené plusieurs activités. Le nouveau Code Électoral a (…)

Online Users

Total 3 721 users online