Vendredi 19 avril 2024

Société

Des conditions carcérales qui font froid dans le dos

20/02/2024 Commentaires fermés sur Des conditions carcérales qui font froid dans le dos
Des conditions carcérales qui font froid dans le dos
Sixte Vigny Nimuraba : « La CNIDH a effectué 355 visites dans les cachots de différentes provinces du pays en 2023. »

Le 12 février 2024, dans sa présentation du rapport annuel de la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (CNIDH), le président de la commission a informé les députés qu’il a visité plusieurs cachots du pays. Leur surpopulation interpelle notamment au niveau des cachots de la Police judiciaire et des parquets.

Sixte Vigny Nimuraba, président de la CNIDH, a confié devant les députés au Palais des congrès de Kigobe que par exemple lors d’une visite au cachot du Commissariat de police de Kirundo au chef-lieu de la province le 8 août 2023, celui-ci contenait 175 détenus dont 3 enfants alors qu’il n’a qu’une capacité d’accueil de 30 personnes. « Donc, un dépassement de 623 % », a-t-il déploré. En date du 19 septembre de la même année, dans le cachot du Commissariat de la mairie de Bujumbura, la CNIDH a découvert un cachot de 398 détenus alors qu’il ne devait pas dépasser 46 personnes, soit un dépassement de 865 %. Le 25 du même mois, le cachot du Commissariat de Kabezi de 2 m sur 2 m détenait 16 personnes.

Des détenus relaxés

Le président de la CNIDH a fait savoir que sa commission a effectué 355 visites dans les cachots des différentes provinces du pays en 2023. Elle a trouvé plus de 4 700 personnes détenues. « Parmi elles, 1 324 ont été relaxées suite à la demande de la CNIDH », s’est félicité Nimuraba. Il s’agit de 1 052 hommes, 147 femmes, 120 garçons et 7 filles, soit 28,15 % des détenus. « Une partie était incarcérée pour des infractions mineures tandis qu’une autre était jetée au cachot illégalement. »
Sixte Vigny Nimuraba a déclaré que ce sont surtout les cachots qui sont sur les chefs-lieux des provinces qui sont les plus concernées par la surpopulation carcérale. Son explication est que les détenus qui attendent la confection de leurs dossiers se voient être rejoints par d’autres en provenance d’autres cachots.

En 2023, au moins 761 personnes ont déposé leurs plaintes à la CNIDH dont 604 ont été acceptées. « D’autres ont été rejetées, car la CNIDH n’était pas compétente pour les accueillir. Ils ont été toutefois orientés vers des institutions compétentes. », précise Nimuraba.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 2 945 users online