Santé

Dépistage massif de la Covid-19 : une campagne massivement répondue

07/07/2020 Jérémie Misago Commentaires fermés sur Dépistage massif de la Covid-19 : une campagne massivement répondue
Dépistage massif de la Covid-19 : une campagne massivement répondue
Des médecins en train de faire le prélèvement pour un test au Covid-19

Le ministère de la Santé a débuté, lundi 6 juillet en mairie de Bujumbura, la campagne de dépistage de masse de la Covid-19 sur trois centres. Partout, les gens ont afflué en masse. Reportage.

Des jeunes filles et garçons affluent petit à petit. Des femmes et hommes aussi. Vers 12h30, ils sont des centaines à l’Ecole technique supérieure de Kamenge, ETS. Ils attendent le dépistage. Au centre, se laver les mains est la première étape. Il faut ensuite recevoir un masque. Toute personne est accueillie dans un espace d’attente avant de se diriger vers le lieu d’identification. Un tube et une bandelette sont donnés pour prélèvement. Dans ce processus, la distanciation physique est assurée.

Des équipes médicales sont à l’œuvre. Deux médecins portant des équipements de protection dont des visières de protection s’occupent des prélèvements. Vers 13h, 160 personnes sont déjà dépistées. Plusieurs dizaines attendent leur tour.

Ceux qui sont venus se faire dépister se disent soulagés. Ils vont connaître leur état de santé par rapport à la pandémie. « Après l’appel du ministère de la Santé, je suis venu me faire dépister pour me rassurer que je ne suis pas positif au Covid-19. Cela va me permettre de savoir mon état de santé », raconte un jeune homme, habitant de la commune de Ntahangwa.

Même son de cloche chez M.N. Cette dame fait savoir que la toux sèche et la ‎fatigue sont des symptômes qui l’ont poussée à aller se faire dépister. « L’objectif et de savoir mon état de santé pour me faire soigner et protéger ma famille et mes voisins ».

Un test et traitement gratuit

Il est 13h15. Le deuxième centre de dépistage : L’Hôtel Source du Nil ex-Méridien, au centre de la ville de Bujumbura. Le nombre des prélèvements s’élèvent à 115. Mais là, contrairement au premier centre, il n’y a pas beaucoup de monde. Deux personnes seulement sont en attente.

Au sud de la capitale économique, en commune Muha, le centre de dépistage a été aménagé au terrain de la paroisse catholique de Kanyosha. A 14h20, 154 personnes sont dépistées. Des dizaines sont en attente. Ils sont principalement des jeunes filles et jeunes garçons à venir se faire dépister

Dr Thaddée Ndikumana : « Si le diagnostic est précoce, le traitement est facile et la guérison devient spontanée »

Thaddée Ndikumana, ministre de la Santé, se félicite que la population a massivement répondu à ce rendez-vous. « Nous avons été agréablement surpris par la réponse de la population car nous avions tablé sur 250 personnes par jour au niveau des trois communes. Mais à 14h, nous avons déjà prélevé plus de 419 ».

Selon lui, tous les échantillons sont acheminés à l’Institut national de santé publique, INSP pour analyse. « Les équipes chargées d’analyser doivent travailler assidument pour que les résultats soient disponibles dans les 24h». Le ministre Thaddée rappelle que le ministère dispose d’un système de détection, de traitement et d’isolement. « Si le diagnostic est précoce, le traitement est facile et la guérison devient spontanée. Tous ceux sont testés positifs sont mis directement sur le traitement qui est gratuit ».

Il se dit satisfait que cette journée ait débuté sans difficulté. Le ministère s’y était préparé à l’avance. Il tient à remercier le gouvernement du Burundi et ses partenaires techniques et financiers pour avoir financé cette compagne.

D’après le ministre de la Santé, à l’intérieur du pays, le début de dépistage de masse est prévu pour la semaine prochaine. Chaque province est dotée d’un centre de dépistage. « Si le diagnostic est précoce, le traitement est facile et la guérison devient spontanée », assure Thaddée Ndikumana

Programmée sur trois mois, cette compagne débute de 8h à 16h tous les jours ouvrables. Depuis le début de la pandémie, 3000 cas suspects ont été suivis. Parmi eux, 191 sont testés positifs au covid-19. Le taux de guérison est de plus de 70% selon le ministère de la Santé publique. On déplore un seul décès.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une ère nouvelle s’est ouverte à Kayogoro pour la presse ?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Une ère nouvelle s’est ouverte à Kayogoro pour la presse ?

Une équipe de reporters d’Iwacu rentre de plusieurs jours d’investigation dans le sud du Burundi. Une affaire défraie la chronique. Des policiers, des autorités à la base, des jeunes Imbonerakure sont accusés d’extorsion de fonds et d’assassinats. Les victimes sont (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 528 users online