Mardi 13 avril 2021

Politique

Décès du Président Pierre Buyoya : Des hommages et un silence…

20/12/2020 Commentaires fermés sur Décès du Président Pierre Buyoya : Des hommages et un silence…
Décès du Président Pierre Buyoya : Des hommages  et  un silence…
Le président Buyoya promettait de se défendre dans le dossier Ndadaye

Aucun mot de la part des autorités burundaises. La mort de l’ex-chef de l’Etat, Pierre Buyoya, est passée « inaperçue » même sur les chaînes d’informations nationales.

« Le décès de l’ancien Président @PierreBuyoya se confirme, il n’y a plus aucun doute », a écrit sur Twitter Willy Nyamitwe, Conseiller Principal en communication du président de la République. Depuis, silence radio de la part de Gitega. Même la Radio Télévision nationale du Burundi (RTNB) a annoncé sa mort après les informations sportives. « Une info de moins de 15 secondes, une brève, comme on dit dans le métier », a regretté un journaliste de la boîte publique.

Plusieurs personnalités ont commenté sa disparition. « Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, l’ancien président du Burundi, Pierre Buyoya, a marqué profondément la fin du 20ème siècle et le début du 21ème siècle dans son pays et au niveau du continent africain », a indiqué Jean-Marie Ngendahayo, adversaire politique acharné du défunt ex-président. « Au nom de toutes les valeurs sacrées de notre civilisation reposant sur le socle du concept sacro-saint de l’UBUNTU, je plaide pour qu’il soit loisible à sa famille de ramener sa dépouille au pays afin que tous les siens puissent lui rendre un dernier hommage et qu’il puisse reposer dans sa patrie », a plaidé Jean Marie Ngendahayo.

Le président de la Commission de l’Union africaine Moussa Faki Mahamat lui a déploré « la perte de cet homme qui a tant œuvré pour la paix dans son pays et sur le Continent. Haut Représentant du Président de la Commission de l’Union Africaine pour le Mali et le Sahel jusqu’au mois de novembre dernier, Pierre Buyoya a fait preuve d’un engagement exceptionnel dans l’accomplissement de sa mission. » Tout au long des huit années passées au service de l’Union africaine, a déclaré Moussa Faki Mahamat, Pierre Buyoya a été un infatigable promoteur de la paix dans cette région et a mis sa riche expérience d’ancien Chef d’Etat au service de cette cause à laquelle il a consacré tout son temps et toute son énergie.

« J’ai appris avec tristesse le décès de l’ancien Président burundais Pierre Buyoya. J’adresse mes sincères condoléances à la famille éplorée et au peuple frère du Burundi », a pour sa part écrit le Maréchal Idriss Deby Itno, président du Tchad. Le président malien de transition, Bah N’Daw, lui a évoqué un grand Burundais, un grand Africain, un grand Malien, un grand Sahélien qui « s’investit sans calculer pour préservation de l’intégrité territoriale et de la souveraineté du Mali tout en plaidant de manière constante et pédagogique pour la mise en œuvre de l’Accord de paix et la réconciliation. »

Au Cnared, on rappelle que le président Buyoya a négocié, au cœur de la crise de 1996 à 2000, avec son opposition politique l’«historique Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation ». Selon lui, le Burundi , l’Afrique et la communauté internationale perdent « un grand homme ». Le parti UPRONA salue la mémoire d’un grand homme politique qui laisse une empreinte dans l’histoire politique du Burundi.

Malgré ces hommages élogieux, d’autres parlent d’un « dictateur. » Ils évoquent des dossiers comme Ntega-Marangara ou le dossier Ndadaye. Sur ce dernier dossier, le Major a été condamné à une peine de prison à perpétuité. « Il n’a pas eu l’opportunité de se défendre lors de son procès au Burundi. Il promettait néanmoins de le faire dans un cadre le sécurisant. De plus, c’était son droit d’interjeter appel. Son procès était donc loin d’être clos, à fortiori sa condamnation. Demain, à titre posthume, justice sera rendue et l’homme condamné ou réhabilité » a estimé Jean Marie Ngendahayo.

Pour rappel le président Buyoya avait démissionné au poste de Haut-Représentant de l’Union africaine au Mali et au Sahel suite à cette condamnation à perpétuité dans le dossier de l’assassinat du premier président démocratiquement élu, Melchior Ndadaye. Le président Pierre Buyoya avait 71 ans.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Hippocrate au secours !

« Dans toute maison où je serai appelé, je n’entrerai que pour le bien des malades. » Cet extrait du serment d’Hippocrate « échappe » à certains praticiens du corps soignant. Iwacu a mené une enquête en rapport avec le traitement des patients dans (…)

Online Users

Total 1 014 users online