Samedi 29 janvier 2022

Société

Décès des étudiants burundais en Russie, son ambassade à Bujumbura sort du silence

20/08/2021 1
Décès des étudiants burundais en Russie, son ambassade à Bujumbura sort du silence
L’ambassade de la Fédération de Russie au Burundi

Plus d’une semaine après la mort de Prosper Hitimana, le dernier des quatre étudiants burundais décédés en Russie en l’espace de deux ans, sa représentation au Burundi donne les raisons de ces décès. C’est à travers un communiqué sorti ce jeudi 19 août.

« Selon les résultats des expertises réalisées par les services d’enquêtes russes, les décès de Prosper Harerimana, Egide Nkengurutse et Prosper Hitimana ont eu un caractère non violent », libelle ledit communiqué.

Et de préciser que ’’Prosper Harerimana et Prosper Hitimana sont morts noyés lors des baignades’’. Quant à Egide Nkengurutse, d’après ce même communiqué, il a été terrassé par une insuffisance cardiaque.

Concernant le cas de Jolivet Makoroka, l’ambassade de Russie au Burundi confirme qu’il a été assassiné. « Après avoir effectué les analyses génétiques moléculaires et celles des empreintes, les enquêtes des autorités russes ont conclu à un crime ».

Pour le moment, assure l’ambassade de Russie au Burundi, le cas de M. Makoroka fait objet d’un contrôle spécial du Comité d’enquête de la Fédération de Russie.

Depuis cette annonce, dans l’opinion, des interrogations fusent de partout. « Pourquoi avoir attendu si longtemps avant de donner des éclaircissements ? Qu’est-ce qui prouve réellement que les trois autres étudiants n’auraient pas été assassinés comme leur compatriote ? Est-ce que les autorités burundaises auraient été associées à ces enquêtes ?»

Contacté, le ministère des Affaires étrangères du Burundi a promis de donner plus de détails incessamment. Pour rappel, pour ces quatre décès, l’ambassade du Burundi en Russie, n’avait pas jusqu’ici, donné les « probables » causes de ces décès. De quoi susciter des interrogations de la part des familles des défunts.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. JIGOU MATORE

    1. On retient que deux sont morts par noyade en se baignant. Plusieurs questions:
    – où avait lieu la baignade, dans une piscine? Un lac? Une rivière?
    – la sécirité des nageurs? Y avait-il un maitre nageur pour le sauvetage?
    Si oui, a-t-il entrepris quelque tentative de sauvetage?
    – dans quel cadre se déroulait la baignade? Etait-ce une séance encadrée ou guidée par un entraineur ou un formateur?

    Personnellement- pour ne pas parler au nom du public qui ne m’a
    pas mandaté, je ne suis pas du tout convaincu des explications données par l’Ambbassade Russe au Burundi. La lumière autour des questions ci-haut posées est nécessaire. Au Ministre des relations exterieures de suivre la questions de près et d’éclairer l’opinion, sinon il y a vraiment anguille sous roche?!
    2. Pour celui prétendument terrassé par une crise cardiaque, l’opinion a soif de savoir les circonstances de cette mort: où?Quand? Comment? Pourquoi?
    Sans répondre à toutes ces questions, l’opinion risque d’interpreterr les 4 cas commes des cas de crimes un point et un trait.
    Quatre morts en deux ans?! C’est étrange!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Recrutement. Une épine dans le pied des entreprises publiques

Les défis soulevés par les directeurs généraux de la Régie nationale des postes (RNP) et de l’Office national des télécommunications (ONATEL) lors de la visite de la ministre en charge de la Communication sont énormes. D’aucuns se demandent si ces (…)

Online Users

Total 4 201 users online