Lundi 26 février 2024

Editorial

De mal en pis

19/01/2024 4

La dernière correspondance ( tout comme les précédentes ( adressée au principal parti d’opposition burundaise par le ministre de l’Intérieure, du Développement communautaire et de la Sécurité publique, semble sonner comme ce grincement de verrous des portes métalliques, ces cliquetis des clés et des cadenas de geôles.

Le ministre reproche ou accuse la représentation légale de ce parti de « coalition et d’association avec les organisations terroristes’’, des mouvements ou regroupements d’acteurs sociopolitiques burundais en exil et d’autres restés au pays, engagés à réhabiliter l’Accord d’Arusha. Apparemment, c’est un « crime ».

Ces alliés défenseurs de cet accord ont tenu, par la voix de leur émissaire, l’Honorable Léonce Ngendakumana, un des ténors du Frodebu, à prendre à témoin la Communauté internationale et à avertir les garants de ce pacte de la dérive du pouvoir actuel au Burundi.

Ces opposants crient au scandale et évoquent un rétrécissement de l’espace politique, clamant haut et fort qu’il ne reste que quelques pas vers le verrouillage. Une descente aux enfers de l’arbitraire, à une année des élections.

Autre inquiétude soulevée : le timing. Au moment où les 7 commissaires de la Commission électorale nationale indépendante dernièrement nommés prêtaient serment, la correspondance du ministre à la représentation légale du CNL était probablement dans le signataire puisqu’elle a été envoyée à son destinataire juste après ces cérémonies. Ou peut-être que le sort était déjà scellé depuis longtemps.

Ce n’est pas tout comme inquiétude ou épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête du CNL et de sa représentation légale. Dans sa correspondance, le ministre de l’Intérieur fait une mise en garde : « Ils doivent répondre des conséquences découlant de cette coalition ou association avec les terroristes regroupés au sein de cette organisation illégale conformément à la loi ».

Un avertissement vague, un peu fourre-tout, qui n’augure rien de bon. Il faut s’attendre à des rebondissements, de nouvelles tournures. D’ailleurs les ’’dissidents’’ du CNL, naturellement honnis par Agathon Rwasa, mais qui se réclament être la représentation intérimaire de ce parti, se frottent déjà les mains.

Pareil pour l’Hon. Léonce Ngendakumana, membre historique et respecté du Frodebu, la représentation légale de son parti qui semblait comprendre son initiative, s’en éloigne aujourd’hui. M. Ngendakumana se retrouve presque lâché. Que nous réserve demain ?

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Jereve

    J’espère que les autorités ne prennent pas à la légère le poids et la dangerosité des mots lorsqu’ils sont utilisés sciemment pour anéantir un adversaire, une personne considérée comme ennemie ou simplement comme le méchant loup de La Fontaine qui a inventé tous les maux imaginables contre l’innocent agneau pour justifier qu’il était en droit de le manger.
    Juste quelques mots qui ont fait beaucoup de victimes dans le passé et qui résonnent encore dans nos oreilles : umumenja, mulele, mujeri, terroriste, tribalo-terroriste, génocidaire, vous pouvez en rajouter… Une nation blessée qui essaie de penser et guérir ses plaies mérite qu’on tourne la langue beaucoup de fois avant de lâcher le mots assassin.

  2. Kibinakanwa

    Partis de pacotille.
    Le Frodebu et l’Uprona deveaient montrer qu’ils sont dans l’opposition

  3. Jean Pierre Hakizimana

    C’est parti. Rwanda Vs Burundi & RDC. Et après, les membres des autres partis politiques accusés de travailler avec les organizations terroristes? Si L’hon Léonce Ngendakumana peut être accusé de collaborer avec ceux qui faire du mal au Burundi, donc personne n’est a l’abri.

    Je vais spéculer et mettre à table une autre option: Les hommes fort du Burundi veulent virer vers la Russie! Observe les programmes économiques du grand!

    La où je suis on dit toujours que  » If you think things can’t get worse, think again »

  4. hakizimana jean capistran

    Que le Seigneur tout puissant aide le burundi et eclaire toujours nos leaders vers le chemin de la paix, de la cohabitation politique pacifique pour garantir et aller vers la prosperite du burundi. Tout ce que je demanderais au journal iwacu c’est de nous balancer le contenu de ce fameux decument de l’honnorable Leonce NGENDAKUMANA.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Online Users

Total 1 167 users online