Vendredi 02 décembre 2022

Politique

Crise de 1972 : « Dépassionnons le débat sur le Rapport de la CVR »

29/12/2021 3
Crise de 1972 : « Dépassionnons le débat sur le Rapport de la CVR »
Le chef de l’Etat : « Il faut éviter toute globalisation »

Dans sa conférence publique animée ce mercredi 29 décembre, le Chef de l’Etat s’est exprimé sur le Rapport de la CVR qualifiant les crimes à grande échelle commis par le régime de Michel Micombero de génocide contre les Hutu. « Il n’y a pas d’ethnie qui a massacré une autre », a-t-il déclaré.

« Il n’y a pas d’ethnie qui a commis un génocide au Burundi mais toute la responsabilité des massacres perpétrés au gouvernement de l’époque. Il a failli à sa mission. Et d’ailleurs les quelques dignitaires de ce régime encore en vie ont témoigné », a tenu à préciser le président de la République, Evariste Ndayishimiye.

Il appelle tous les Burundais à éviter la globalisation. « Le travail de la CVR n’est pas fini, il y a eu des tueries avant 1972 et même après il y a eu des massacres de Burundais, il ne faut pas que les gens perdent de vue ces autres événements sanglants qui ont emporté des vies. Tus les Burundais devraient pleurer. Le Burundi a perdu à cause de l’irresponsabilité d’un régime ».

A la question de savoir si la CVR ou le gouvernement burundais sont compétents pour qualifier les massacres perpétrés en 1972 par le pouvoir du président Michel Micombero, de génocide, le chef de l’Etat Evariste Ndayishimiye a précisé que Gitega compte informer la Communauté international sur ce qui s’est passé au Burundi.
« Mais la responsabilité première revient au gouvernement, le Burundi est un Etat souverain et indépendant et notre Code pénal est clair, le génocide est un crime punissable par la loi burundaise. Ce n’est pas l’ONU qui viendra punir ceux qui ont commis ces massacres », a-t-il tenu à préciser.
« Il faut que la vérité soit connue, éclate au grand jour. Il ne faut pas que nos enfants héritent des mensonges, il ne faut pas qu’ils vivent ce que nous avons enduré », a conclu le président de la République.

CVR

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. haushimana leopld

    j,aimerais des informations de votre journal

  2. Mbabarira

    Mais pourquoi donc tournons-nous en rond : les problèmes sont connus, les auteurs sont connus ! Et la justice ? Ou alors c’est confirmer que chez nous, ceux qui sont au pouvoir chassent les supposés adversaires jusqu’à leur mort ?

  3. Kira

    Les crimes de sang, les crimes contre l’humanité et les atteintes graves à la dignité humaine sont IMPRESCRIPTIBLES. Connaître la vérité, c’est bien. Rendre la justice c’est encore mieux. La vérité sans la justice, c’est l’impunité. La justice sans la vérité, c’est un règlement de compte. On ne peut pas demander aux Burundais de choisir entre la peste et le choléra. On ne peut pas non plus exonérer les auteurs de crimes de sang au seul motif qu’ils sont déjà affligés par le poids de l’âge(ceci rejoint ce que je disais au début de ce message: ce serait consacrer l’impunité). Enfin, on ne peut non plus évoquer un génocide sans rien dire de ses concepteurs et de ses exécutants(la machine idéologique et administrative qui a commis l’innommable)comme on peut le lire ailleurs sur ce site. Le dramaturge allemand Berthold Brecht disait fort justement qu »’en tout temps, il faut chercher à donner au mal un nom et une adresse postale »

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Vaciller mais avancer

Pour un journaliste, savoir que son travail est accessible à ses auditeurs, ses lecteurs ou téléspectateurs est très important. Pendant plus de cinq ans, on nous lisait comme par effraction. Pour rappel, depuis le 10 octobre 2017, les lecteurs d’Iwacu (…)

Online Users

Total 1 612 users online