Politique

CPI : prévenir les crimes et les souffrances grâce à la justice

19/07/2016 La Rédaction 9

Le monde entier a célébré ce dimanche 17 juillet la Journée de la justice internationale pour commémorer l’adoption du Statut de Rome, traité fondateur de la CPI. Le président de cet organe, Silvia Fernández Gurmendi, a livré un message.

Silvia Fernandez Gurmendi
Silvia Fernández: “Ceux qui commettent des génocides, des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité auront à faire face aux conséquences de leurs actes”

Dans les salles d’audience de la Cour pénale internationale (CPI) et dans les communautés locales, nous entendons les voix de ceux qui ont survécu à certains des crimes les plus odieux qui soient. Nous entendons des récits de pertes terribles. Des récits de souffrances humaines qui auraient pu et dû être empêchées. «J’ai perdu toute ma famille». «J’ai perdu ma dignité». «Mon seul espoir, c’est que justice soit faite».

À notre propre époque, dans des conflits qui font rage encore aujourd’hui, des atrocités sont planifiées et commises, laissant dans leur sillage des victimes de crimes généralisés ou systématiques. Des sociétés du monde entier ont été profondément marquées et divisées par des crimes tels que des attaques dirigées contre des civils, des meurtres, l’utilisation d’enfants soldats et le recours au viol comme arme de guerre. La violence en un lieu entraîne inévitablement l’instabilité dans d’autres. Pour certains, ce fait, bien qu’inquiétant, peut paraître bien lointain, mais pour des centaines de milliers d’autres, il s’agit-là de leur seule réalité.

Il y a 18 ans, le monde franchissait un grand pas en s’engageant à traduire en justice les responsables de pareils crimes. Le 17 juillet 1998, j’en ai été le témoin privilégié, à une conférence à Rome. Des nations du monde entier ont adopté ce jour-là un traité international, le Statut de Rome, pour la création de la Cour pénale internationale. Avec une détermination sans faille, des États, des représentants de la société civile et d’autres groupes partageant la même vision ont alors travaillé pour obtenir un nombre suffisant de ratifications du traité pour que la CPI devienne réalité. Elle a pour mandat de poursuivre et juger les auteurs de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et de génocide.

Il ne faut pas que des crimes restent impunis

Depuis, beaucoup a été fait pour connaître de ces crimes. La CPI s’est muée en une institution judiciaire solide. Son Bureau du Procureur a ouvert des enquêtes sur 10 conflits concernant 9 pays. Le Procureur examine en ce moment plusieurs autres conflits, étendant son action sur plusieurs continents. Des condamnations ont été prononcées pour des faits d’utilisation d’enfants soldats, de meurtres, de violences sexuelles. Grâce à la représentation légale, la Cour a permis à 18 000 victimes de participer aux procédures portées devant elle. À la CPI, nous disposons des outils pour veiller au déroulement équitable des procès. Nous sommes dévoués corps et âme à la lutte contre l’impunité et au devoir de justice vis-à-vis des victimes.

Des crimes atroces sont encore commis. Il reste encore beaucoup à faire. C’est pourquoi, en ce 17 juillet, jour anniversaire du Statut de Rome et Journée de la justice pénale internationale, nous appelons une nouvelle fois à la solidarité pour faire de la justice une réalité et pour veiller à ce que ces crimes ne restent pas impunis.

Le Statut de Rome reconnaît la menace que représentent les crimes graves pour la paix, la sécurité et le bien-être de l’humanité et il vise à contribuer à la prévention de tels crimes en traduisant leurs auteurs en justice. Il est essentiel de soutenir cet objectif. Nous avons besoin du soutien universel des États qui n’ont pas encore ratifié le Statut de Rome, de ceux qui l’ont ratifié et de tous ceux qui luttent contre l’injustice.

La CPI doit aussi pouvoir compter sur des formes spécifiques de coopération afin d’enquêter et de poursuivre les auteurs des crimes et de garantir aux victimes l’accès à la justice. Nous avons besoin de témoins qui puissent venir à la Cour et déposer devant elle pour que les juges sachent ce qui s’est passé. Nous demandons à chacun d’aider la Cour à protéger les témoins, notamment en respectant leur anonymat lorsqu’il est nécessaire. Comme nous n’avons pas de force de police propre, nous comptons sur la coopération des États pour procéder à des arrestations.

Nous avons besoin d’une réponse unifiée

Des États et des organisations nous aident également en recueillant et en conservant des éléments de preuve, en gelant les avoirs des suspects et en veillant à l’exécution des peines. Le Statut de Rome a aussi créé le Fonds au profit des victimes, qui est alimenté par des contributions d’États pour veiller à ce que des victimes puissent obtenir des réparations et un soutien. Plus de 180 000 victimes ont déjà pu bénéficier de ses programmes d’assistance.

Au-delà de notre travail quotidien, pour pouvoir atteindre nos objectifs les plus larges et faire efficacement face aux atrocités, nous aurons besoin d’une réponse unifiée et complète de la part de la communauté internationale. Nous devons démontrer que ceux qui commettent des génocides, des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité auront à faire face aux conséquences de leurs actes. Il est de notre devoir de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que les victimes de tels actes obtiennent justice. Cela ne pourra se réaliser que si les différents protagonistes nationaux, régionaux et internationaux réaffirment à l’unisson leur attachement à l’état de droit, aux droits de l’homme et à la justice. Pour dissuader quiconque de commettre de nouveaux crimes, nous devons systématiquement veiller au châtiment des auteurs de tels crimes.

Pour ceux qui ont souffert, nous réaffirmons fermement notre engagement à veiller à ce que justice soit faite. Pour notre génération et celles qui suivent, nous ferons tout notre possible pour empêcher de nouvelles souffrances. Nous demandons à tous et à toutes de se rallier à cette cause.

Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons transformer en réalité les espoirs du 17 juillet. Ce n’est qu’ensemble que nous parviendrons à construire un monde plus juste.

CPI

Forum des lecteurs d'Iwacu

9 réactions
  1. Maya

    @barumwete Alain Chris, des erreurs dans un texte rédigé au format non modifiable est tolerable! Je l’ai aussi constaté mais j’avais plus la possibilité de modifier!

  2. barumwete Alain Chris

    Salut Maya,

    Il ya beaucoup à corriger

  3. La CPI est une cour pour juger uniquement les Africains. Heureusement que les Africains on compris qu’il faut quitter cette mafia occidentale.

  4. « qu’ un des pays de l’EAC avait proposé l’envoi des contingents militaires de l’EAC pour protéger la population burundaise, une proposition qui n’a pas vu l’unanimité. Raison pour laquelle ce dossier est resté à huis clos», conclut-il. Quel est ce pays qui avait propose d’envahir le Burundi? Iwacu a peur de citer ce pays qui destabilise la sous region.

  5. Maya

    Correction: Cour au lieu de cours

  6. roger crettol

    EGO

    On peut aussi mentionner G. W. Bush, Tony Blair, Vladimir Poutine, François Hollande, et parler de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Syrie, de l’Ukraine … Et relever que – sauf erreur de ma part – ni les États-unis, ni la Russie, ni la Chine, ni le Japon, ni le Burundi, ni le Ruanda n’ont ratifié les Accords de la CPI. Parmi beaucoup d’autres pays abstentionnistes, évidemment.

    Mais cracher dans la soupe ne la rend pas forcément meilleure.

    Il s’agit avec la CPI, d’une tentative de rendre une solution violente des conflits moins alléchante pour les acteurs qui ne s’embarrassent pas trop de scrupules. Quant à moi, je trouve l’idée louable.

    J’aime à penser que si un policier devait m’arrêter, il hésite un long moment avant de céder à ses penchants sadiques et de se mettre à me torturer sous le prétexte futile que j’ai, précisément, le nez *trop* au milieu de la figure. Je dois avoir l’esprit pervers, pour me complaire à penser de la sorte.

    Et j’ai encore en mémoire la scène vue à la télévision en septembre 2001, où deux clowns, l’un hagard et l’autre égrillard, parlaient de porter la guerre dans un pays qui n’avait pas besoin de ce problème supplémentaire. Oui, la CPI a encore du travail devant elle.

    Qui, dans la salle, a osé chuchoter qu’on a les dirigeants qu’on mérite ?

    JerryCan

  7. Maya

    CPI est une cours de justice sans justice. Que dites-ils des violences policières contre la minorité noire aux USA? Que feront à Georges Bouche et à Tony Blair pour les bombardements en Irac? Que feront-ils à Nicolas Sakozi pour la mort du Muhamar Kadaffi? Que feront-ils de l’agresseur qui a agressé le pays de Joseph, tuant des millions des innocents y compris les réfugiés malgré les conventions des UN qui les protèges? On dit, je cite: “Tous les hommes sont égaux devant la loi. Paradoxalement, la même loi confère expressement l’iminuté et amnitie les uns et punie les autres! Voilà la justice du monde!

  8. roza kamikazi

    Vive la CPI, mbe ko ariyo yonyene ivugira abarenganywa wewe rindira abigira imana muri iyisi cpi irababona, urazi amabi igihugu cacu kimaze kubona rindira we gusa tuzoteba dushikigwe na bosnie barashikiriwe.

  9. OYA

    Attrapez en premier Sarkozy et son ami BHL pour la destruction de la Lybie et l’assassinat de Mouamar Kadhafi, et je commencerai à croire en la CPI.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a annoncé aux hauts responsables du ministère la tolérance zéro à quiconque se rendra coupable de la corruption et de la criminalité, priorité du gouvernement. Il a aussitôt joint l’acte à la (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 131 users online