Vendredi 24 mai 2024

Société

COSSESONA, pour un avenir radieux ?

02/01/2020 Commentaires fermés sur COSSESONA, pour un avenir radieux ?
COSSESONA, pour un avenir radieux ?
Victor Ndabaniwe : «Nous mettons en garde ceux qui nous diabolisent, qu’ils ne sabotent pas nos programmes ! »

Pour les leaders syndicaux de la Coalition Spéciale des Syndicats des Enseignants pour la Solidarité Nationale(COSSESONA), la cotisation mensuelle de 500 BIF prélevée sur le salaire des enseignants est un esprit de solidarité nationale pour aider les plus nécessiteux. L’initiative divise.

A Gitega, devant les enseignants, les directeurs d’écoles, les directeurs communaux et provinciaux de l’éducation, les dirigeants de COSSESONA n’ont  pas lésiné sur les moyens.

Durant deux jours successifs, ils ont tout expliqué. Passant des réalisations de la Fondation pour le Logement du personnel de l’Enseignement (FLE), de l’épargne des enseignants, ils ont fixé une cotisation mensuelle  de 500 BIF par chaque enseignant dans le but d’être un exemple de citoyenneté. Ces responsables n’ont pas tari d’éloges pour la contribution du personnel enseignant qui d’après eux, sera bénéfique à tout le monde.

« Aujourd’hui, les syndicats des enseignants ont tout fait pour améliorer la vie socioprofessionnelle de nos membres. Nous avons aussi  mis en place  un cadre légal et réglementaire pour assister la population victime des aléas climatiques, l’assistance aux enseignants en situation critique, plus particulièrement ceux ayant besoin des soins de santé qui exigent le déplacement vers l’étranger», se félicite Victor Ndabaniwe, président de COSSESONA.

N’ignorant pas que tous les enseignants ne sont pas d’accord avec lui, Ndabaniwe prévient : « Nous mettons en garde ceux qui nous diabolisent, de ne pas saboter nos projets et  nos réalisations. Personne n’est contraint de nous suivre, ils  peuvent faire ce que le droit leur permet».

Serge Ngendakumana, président du Conseil National de Dialogue Social (CNDS) de renchérir : « Cette contribution est un signe de solidarité envers le public et envers l’enseignant lui-même. Avec cet argent, il y’aura un fond pour venir en aide  à ceux qui sont hospitalisés et qui sont incapable de payer les frais mais aussi  les victimes des aléas climatiques ! »

Dans cette réunion de Gitega, l’épargne de FLE était aussi à l’ordre du jour. « Elle  épaule les enseignants à accéder à un logement décent sur base des crédits octroyés à des taux d’intérêts réduits. Elle n’est pas obligatoire comme les uns le prétendent. Ceux qui le veulent peuvent se retirer », assure ce président de COSSESONA.

« Touche pas à mon salaire ! »

Malgré ces bonnes intentions proclamées par ce consortium des syndicats, pas mal d’enseignants n’épousent pas les idées du COSSESONA et ses dirigeants. Pour les uns, c’est un programme louable, pour les autres, c’est du détournement des fonds. « Ma seule inquiétude, c’est la gestion de ces milliards  sinon l’initiative était bonne », dira une enseignante de Mutaho.

Dans un autre camp, les propos sont plutôt virulents. « Si un groupe de personnes se donnent le pouvoir de gérer notre salaire, c’est du vol pur et simple », affirme un enseignant de Gitega.

Pour lui,  le gouvernement se suffit lui-même avec le ministère de la Solidarité. Et ce n’est pas aux enseignants qui touchent un salaire de misère de supplanter les organes de l’Etat. « Nous contribuons aux élections, nous cotisons dans l’INSS et la Mutuelle de Fonction Publique, etc. Pas question alors de continuer  de toucher encore une fois  à mon salaire », ajoute un autre enseignant interrogé.

Tandis que certains ne veulent pas entendre parler de ces cotisations qu’ils considèrent comme obligatoires et injustifiées, les autres jugent le COSSESONA de rouler pour le gouvernement. « Au lieu de lutter pour les droits des enseignants qui sont les moins payés par rapport aux autres fonctionnaires, ils s’occupent de la politique et du clientélisme.  C’est un groupe de gens qui se réclament syndicalistes alors  qu’ils veulent s’enrichir sur notre dos », charge un autre invité à cette rencontre.

Et pour les crédits aux logements, beaucoup  sont allés  même loin  en pointant du doigt l’opacité qui règnerait dans le choix des bénéficiaires. Parmi les perspectives d’avenir, ces leaders syndicaux  envisagent de voir à la hausse dès janvier prochain, l’épargne  qui est de 5.000 BIF par enseignant. «La FLE ne serait pas en mesure de servir tous les enseignants si l’épargne n’augmente pas ».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La Crédibilité de la Ceni en Jeu

Le train des élections de 2025 (communales et législatives) et de 2027 (présidentielles) est déjà en marche. La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) se dit à l’œuvre. Depuis février, elle a déjà mené plusieurs activités. Le nouveau Code Électoral a (…)

Online Users

Total 4 218 users online