Mardi 18 juin 2024

Économie

Corridor central, l’avenir des échanges dans la région ?

09/11/2017 6

Avec une enveloppe de 600 millions USD, la Banque mondiale s’investit dans l’amélioration des infrastructures de transport sur le lac Tanganyika. Des opérateurs économiques restent dubitatifs.

Des bateaux accostés au port de Bujumbura.

« Le développement des infrastructures de transport sur le lac Tanganyika, une fois réalisé, réduira de 40% le coût total des marchandises qui transitent par le corridor central», a déclaré, Dieudonné Dukundane, secrétaire exécutif du corridor central.

C’était lors d’une conférence de presse, mardi 31 octobre, à la suite de la signature de l’accord dudit projet. Ce dernier a été conclu entre le secrétaire général de l’EAC, le secrétaire exécutif du corridor central et le représentant de la Banque mondiale.

Ce financement sera utilisé dans l’amélioration des ports de Bujumbura, de Kigoma, de Kalemie et d’Uvira. Les marchandises qui empruntent le corridor central atteignent 15 millions de tonnes par an. «Seul 20% de ces marchandises transitent par la voie lacustre. Le reste emprunte la voie routière Dar Es Salaam-Kobero-Bujumbura. Celle-ci est plus longue et plus chère.»

Il explique cette situation par le fait que la voie ferrée reliant le port de Dar-Es-Salaam au port de Kigoma a été endommagée au cours des douze dernières années. Elle a été réhabilitée au cours de cette année.

M. Dukundane souligne que le développement des échanges par voie ferroviaire et par voie lacustre exige des infrastructures appropriées notamment des trains, des bateaux et des ports biens aménagés susceptibles d’accueillir de gros bateaux. Et de conclure : « Les infrastructures de transport constituent un levier de développement. »

Libérat Mfumukeko, secrétaire exécutif de l’East african community (EAC), fait savoir que ce financement constitue la deuxième phase de ce projet. La première a été exécutée autour du lac Victoria pour un montant de 700 millions de dollars. «Les infrastructures ont été améliorées de façon sensible. »

« Le transport lacustre exige un capital suffisant »

« La réhabilitation du chemin de fer Dar-Es-Salaam-Kigoma et l’amélioration des infrastructures de transport sur le lac Tanganyika ne suffiront pas pour la facilitation des échanges commerciaux », estime Nestor Sindayigaya, importateur des denrées alimentaires.

Les importateurs ont besoin d’une facilitation sinon d’une simplification du processus de dédouanement côté tanzanien. « Le dédouanement des marchandises est plus facile au port de Mombasa qu’à celui de Dar Es Salaam. Cela incite les importateurs à faire transiter leurs marchandises par le corridor nord qui est cher.» Le transport par voie lacustre exige un capital suffisant, c’est-à-dire avoir plusieurs conteneurs de marchandises pour remplir le bateau. D’où l’utilisation de la voie routière.

Gilbert Niyongabo, professeur des sciences économiques à l’Université du Burundi, soutient que la réhabilitation du chemin de fer Dar-Es-Salaam-Kigoma constitue l’avenir des échanges dans la région. « La voie ferroviaire est plus rapide que la voie routière et présente moins d’accidents. Les wagons transportent beaucoup plus de marchandises que les camions.» Sur la voie routière, les camions font plusieurs arrêts. « Au moins huit arrêts sur le sol tanzanien alors que la politique commerciale actuelle exhorte un arrêt par frontière. Ceci augmente les coûts de transport.»
Pr Niyongabo indique que les importateurs burundais qui utilisent le corridor central disposent de deux options : « La première est la voie routière Dar-Es-Salaam-Kobero-Bujumbura. » Mais il signale qu’elle est la plus longue (environ 1600 km) et la plus coûteuse. La seconde, poursuit-il, est la voie ferroviaire Dar-Es-Salaam-Kigoma puis une voie lacustre qui relie le port de Kigoma à celui de Bujumbura.

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. eric

    cher james pardon de mon francais je suis deneu anglophone depius l’assassinat plutot la tuerie immorale de cher ndadaye.
    Shame!!! tuerie tuerie. pour amener aparteid !! le moment est finit .
    les jeunes devraient travailler au lieu de perdr4e le temps a iwacu 24/24.
    le rwanda la ou je suis maintenant , il faut voir comment les jeunes travaillent!!
    ils ne pensent meme pas de la politic mais vs burundais tout qui bouge vous avez de quoi a dire .shame
    vous ne donner meme pas le temps a nkuruniza
    Ni mugabe ni nkurunziza ni rwagasore ni lumumba aussi longtemps que vosu ne voyez pas que c’est les complots blancs donc VRAIMENT VRAIMENT c’est etre maybe avaigle ignorant ou racist
    Rwnda recoit millions de dollar gratuit et burundi 0dollar et vous disez que c’est nkurunziza qui le fait!!!shame

    SVP: just try to get my point than looking at nonsense mistakes

  2. eric

    Le burundi entre dans une phase de paix longe avant de voire un boom economic jamais vu.

  3. eric

    Mr James,Le burundi entre dans une phase de paix que vous n’avez jamais vue.
    Il faut accepter que certains pays ont besoin d’un president fort pour avoir discipline ,la paix et la stability d’abord et puis investment massive .qui produira des infrastructures sociales ,institutionales et surtout economic necessary pour la « democratie pure » .I mean a’occident .
    c’est bien que nkurunziza et kagame finissent leur temps au meme annee 2034
    Il nya pas un pays qui se developpe avec les devices des ONGs.On vivait a partir des ONGs et ne vous en fait pas de la situation actuelle .Nous sommes dans la brousse comme les israeliens venant de l’egypte.
    Ce qui me soulage c;est que Dieu est dans notre pays et je vous le dit le burundi a ete independant en 2015.Rwagasore a essayer mais n’a pas finit.

    Pour le corridor central.c’est une tres bonne voix.
    import and export sera trop developper mais avce le temps. Il nous faux seulemement une usines de bateaux et la facilitation des competions de transport dans les eaux

    • James

      @Eric
      Je suis prêt à avoir des leçons mais, encore, faudrait-il que vous parliez un langage compréhensible au propre comme au figuré. Au propre parce que si vous parlez créole, honnêtement je dois avouer que je ne le comprends pas. Au figuré parce que le fond de votre leçon laisse transparaître une incohérence, du coq à l’âne en puissance, digne d’un négationniste d’une autre ère si vous croyez que vous avez fait mieux que Rwagasore et si votre palmarès se matérialise par vos prestations d’à partir de 2015.

  4. Kisigos

    Une économie sans exportation; à quoi serviront ces histoires de corridors ? Importer peut être mais une économie sans devises; vraiement ça fait mal !!

  5. James

    L’avenir des échanges n’a jamais dépendu des corridors mais bel et bien des gestionnaires. Si vous changez de corridor sans changer la conscience du devoir de servir de ces gestionnaires, plus tard votre discours sera réduit au vieil adage qui dit: « Umuvuduko w’isake ntiwayibujije kwituma mu nzu. » Ainsi, je vous conseillerais d’adopter une morale, un code de conduite et un éthique dignes de ces noms et vous confiner à l’intérieur de ces valeurs pour que vos souhaits soient, un jour, une réalité.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Séance terminée, on rentre à pied !

Bon gré mal gré, la pénurie de carburant s’invite à l’hémicycle de Kigobe. Une courte vidéo fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux. En pleine séance, un député a rappelé à ses collègues de penser à ceux qui rentrent (…)

Online Users

Total 1 836 users online