Vendredi 03 décembre 2021

Politique

Communes Mutumba et Nyabikere : Période post-électorale, l’intolérance politique est en veilleuse

09/12/2020 Commentaires fermés sur Communes Mutumba et Nyabikere : Période post-électorale, l’intolérance politique est en veilleuse
Communes Mutumba et Nyabikere : Période post-électorale, l’intolérance politique est en veilleuse
Eric Sindayigaya : « Nous observons une bonne cohabitation entre les partis politiques.»

La cohabitation entre les partis politiques est unanimement appréciée par les leaders de ces partis et l’administration. Le Cnl demande la pérennisation de cette situation.

« Nous observons une bonne cohabitation entre les partis politiques qui sont visibles sur terrain à savoir le Cndd-Fdd, le Cnl et l’Uprona », affirme Eric Sindayigaya, conseiller chargé des questions administratives et sociales dans la commune Mutumba.

Les jeunes affiliés aux partis politiques cohabitent pacifiquement. Ils se retrouvent ensemble dans les comités mixtes de sécurité. Selon lui, cette situation est le résultat des réunions de sensibilisation qui ont été tenues par l’administration sur toutes les collines sur la cohabitation politique après les élections.

Il exhorte les leaders des partis politiques à maintenir ce climat d’entente. Et d’inviter les membres des différents partis politiques à s’abstenir de tout acte de violence. Il les interpelle à consolider la paix et la sécurité qui sont sources du développement durable. Toutefois, il regrette que certaines formations politiques semblent avoir cessé leurs activités : « Leur visibilité sur terrain tend à disparaître sauf le parti au pouvoir.»

Une accalmie appréciée

« Contrairement à la période d’avant les élections et pendant les élections où le climat était tendu, la situation actuelle est bonne. Nos militants vaquent à leurs activités quotidiennes dans la quiétude», se réjouit Pascal Niyonzima, président du Cnl dans la commune Mutumba. Il précise que les intimidations, les harcèlements des Inyankamugayo sont en veilleuse.

Toutefois, ce leader du parti Cnl s’inquiète de la situation des militants arrêtés et incarcérés pendant la campagne électorale. Selon lui, ils ont été emprisonnés sur fond de motifs fallacieux. «Nous demandons leur libération car les chefs d’accusation qui sont à leur charge ne sont pas fondés ».

Le voisinage est bon entre les partis politiques», affirme N.B., un des responsables du parti Frodebu dans la commune Mutumba. Il parle d’un climat apaisé après les élections. « Nous avons observé un climat électrique avant et pendant les élections ». Il interpelle ses militants d’éviter toute provocation.

Mais un bémol au lendemain des élections. Ce responsable du parti de Melchior Ndadaye dénonce une discrimination qui commence à s’installer. « Nos militants ne bénéficient d’aucun avantage. Ils ne sont pas associés dans les coopératives « Sangwe ». Et de préciser que le parti au pouvoir se taille la part du lion dans tous les secteurs. Il invite l’administration à faire preuve de vigilance tout en évitant le ‘’deux poids, deux mesures’’. « Même les perdants devraient être associés dans la gestion de la vie de la commune ».

Cap sur la commune Nyabikere

Claudine Murekerisoni : « Nous demandons aussi aux leaders des partis politiques de pérenniser ce climat d’entente.»

« La paix et la sécurité règnent partout dans la commune. Les partis politiques cohabitent pacifiquement. Vainqueurs et vaincus participent ensemble aux travaux de développement. Même pendant la période électorale, il n’y a pas eu de heurts entre les différents partis politiques », indique Claudine Murekerisoni, administrateur de la commune Nyabikere.

Elle précise que les partis politiques tiennent leurs réunions dans la quiétude. En outre, les militants s’attèlent, pour le moment, aux travaux de développement. «Nous les invitons à apporter une pierre à l’édifice ».

Mme Murekerisoni ajoute qu’un climat d’entente règne aussi entre les jeunes affiliés aux différents partis politiques. Selon elle, cela est le résultat des campagnes tous azimuts sur la cohabitation pacifique. « Nous avons tenu une réunion à l’intention des responsables des partis politiques pour leur donner des orientations en rapport avec le comportement à adopter après les élections ».

Elle exhorte les jeunes à ne pas céder à la manipulation et à s’atteler aux travaux de développement. Et les invite à ne pas tomber dans la spirale des violences qui ont endeuillé le pays. Et de marteler : « Les partis politiques disparaîtront, mais le pays restera ».

Pour cette responsable administrative, les élections auront toujours lieu. Elle promet de renforcer la cohabitation pacifique. « Nous demandons aussi aux leaders des partis politiques de pérenniser ce climat d’entente ».

B.H., président du Cnl dans la commune Nyabikere, abonde dans le même sens : « Il y a une avancée significative en termes de cohabitation pacifique.» Il reconnaît que les échauffourées entre les militants des partis principaux ont cessé : « Il n’y a plus d’affrontements physiques. » Selon ce responsable, les cas d’intolérance politique vont decrescendo.

Ce dernier exhorte ses militants à faire preuve de retenue. Il interpelle l’administration de prendre des mesures visant la pérennisation de ce bon climat.

Même constat du côté du parti Frodebu. J.G, un des responsables de ce parti dans la commune Nyabikere, parle d’un climat apaisé. Il indique que son parti mène une bonne cohabitation avec d’autres formations politiques. « On a observé une accalmie après les élections ».

Interrogé sur le ralentissement des activités du parti, il indique que l’heure est à l’évaluation du déroulement des élections dernières. Selon lui, la fin des élections ne signifie pas l’arrêt des activités politiques.

Il précise que le Frodebu est en train d’adopter des stratégies pour les prochaines élections. Et d’informer : « Nous allons encore une fois mobiliser nos militants.»

CNL

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’entrée de la RDC dans l’EAC, quelles opportunités ?

Depuis son investiture, le 24 janvier 2019, le président Félix Tshisekedi s’est donné comme priorité d’axer sa politique régionale sur la coopération et l’intégration. Il s’est aussi engagé à travailler étroitement avec ses pairs afin de rétablir la paix et (…)

Online Users

Total 4 433 users online