Mardi 16 juillet 2024

Politique

Vugizo : une réunion du CDP perturbée et les drapeaux arrachés

09/07/2024 0
Vugizo : une réunion du CDP perturbée et les drapeaux arrachés
Le président du CDP dénonce l’intolérance préélectorale

Alors que les partis politiques burundais se préparent à la course pour les législatives et les communales de 2025 sans oublier la présidentielle de 2027, une réunion du parti CDP (Conseil des patriotes) a été perturbée ce dimanche, le 7 juillet 2024 par l’administrateur communal de Vugizo, dans la province de Makamba et les Imbonerakure, jeunes du parti au pouvoir. C’est ce que dénonce Anicet Niyonkuru, le président dudit parti via son compte X.

« L’administrateur communal a refusé que la réunion se tienne au centre de la commune Vugizo. Selon lui, il y avait une autre activité prévue. À notre surprise, l’endroit était vide. Nous sommes partis loin du centre mais là aussi l’administrateur communal nous a fait savoir que c’est occupé », déplore le président du CDP.

Anicet Niyonkuru indique qu’il a dû faire recours au gouverneur de la province Makamba, pour une intervention mais Tantine Ncutinamagara n’a fait que « défendre l’administrateur communal » arguant qu’il ne peut y avoir de « réunions de deux partis sur une même colline en même temps ». Cependant, regrette M. Niyonkuru, il n’y avait pas de réunion prévue. Et de préciser que « la réunion s’est tenue loin du centre ».

D’après lui, plus de 300 participants ont été bloqués par un groupe de jeunes Imbonerakure au niveau de Matyazo et Gikuzi, deux collines de la commune Vugizo. « Ils venaient des quatre collines de la zone Gishiha. Seuls six jeunes filles qui sont passées par les marais sont parvenues à nous rejoindre ».

Cette situation s’est produite alors qu’à la veille de cette réunion un autre incident avait eu lieu dans la soirée. « Dans cette commune de Vugizo, des drapeaux du parti CDP ont été arrachés dans la nuit de samedi à dimanche », informe M. Niyonkuru. « C’est vraiment navrant de constater qu’après avoir remplacé les drapeaux arrachés, ces inconnus ont réédité leur forfait dans la nuit de ce dimanche à lundi ».

Un avenir politique incertain

D’après le président du parti CDP, cette situation augure une période préélectorale très tendue et un très mauvais climat pré et postélectoral. « C’est une intolérance politique que nous mettons sur l’éducation politique du parti au pouvoir envers sa jeunesse d’abord et un manque de directives claires des hautes autorités envers l’administration de base », déplore Anicet Niyonkuru.

Par exemple, explique-t-il, l’administrateur communal ignore que les partis politiques ne demandent pas de permission pour tenir leurs réunions, ils informent. « C’est pourquoi, quand on informe, la première tendance est de dire non ».

Le président du CDP demande au parti au pouvoir et à la haute structure de l’Etat de donner des instructions claires vis-à-vis de la jeunesse et des administratifs locaux, pour barrer la route à ces actes d’intolérance politique. « Sinon, l’avenir proche n’est pas sûr ».

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Dépités par nos députés

En décembre dernier, une députée a revendiqué, lors d’une séance de questions au ministre de l’Énergie, une station-service réservée uniquement aux élus, se plaignant d’être méprisée lorsqu’elle devait faire la queue. Ces propos ont profondément choqué l’opinion publique et ont (…)

Online Users

Total 2 068 users online