Samedi 24 février 2024

Économie

Cibitoke /Ruhwa : une mesure qui fâche

12/01/2017 9

Elle exige des Burundais vivant à la frontière de Ruhwa de présenter des documents de voyage pour se rendre au Rwanda. Alors qu’avant, la CNI suffisait.

La frontière de Ruhwa accueille peu de passagers.
La frontière de Ruhwa accueille peu de passagers.

Depuis deux semaines, la police rwandaise à la frontière de Ruhwa exige de tout Burundais qui veut entrer dans ce pays des documents de voyage : passeports, laissez-passer ou carte CEPGL. Avant, les habitants sur la frontière de ces deux pays pouvaient circuler avec la seule carte nationale d’identité.

Les habitants de la colline Rukana estiment que cette mesure impacte le bon voisinage qui existait entre les Rwandais et les Burundais vivants à la frontière de Ruhwa.

« Avant cette mesure, nous allions au Rwanda avec nos cartes nationales d’identité (CNI) seulement. Tout le monde se sentait à l’aise », précise Michel Ndayegamiye, un commerçant du tabac local rencontré sur la frontière.

Ce sexagénaire indique qu’il ne peut pas acheter son passeport ou un laissez-passer faute des moyens.
« Il n’y a aucune raison de se munir de ces documents qui coûtent très cher », ont indiqué les commerçants et agriculteurs qui vendent leurs produits vers le Rwanda.

Ces Burundais privés de se rendre au Rwanda demandent la décentralisation des services chargés de l’octroi des documents de voyage car se rendre à Bujumbura leur coûte cher.

Aux autorités burundaises et rwandaises, poursuivent ces habitants, ils doivent revoir cette mesure pour l’intérêt des Burundais et Rwandais.

La Pafe préoccupée

« Cette décision a été prise par les autorités policières du Rwanda à notre insu », fait savoir un officier de la police de l’air et des frontières et des étrangers (Pafe) rencontré sur place.

« L’on ne voit pas la raison qui a poussé les autorités rwandaises d’agir ainsi car les relations ont toujours été bonnes entre les Rwandais et les Burundais frontaliers. »

Cependant, ajoute-t-il, en attendant que la situation se normalise, les Burundais qui veulent aller au Rwanda sont appelés à se munir des documents exigés.

Forum des lecteurs d'Iwacu

9 réactions
  1. Murenzi

    Personnellement, je comprends les autorites rwandaises. J’espere que les DD finiront par comprendre qu’ils nous font du mal (nous citoyens), mais qu’ils ne sont pas eternels: ils devraient penser a leur heritage.
    … En meme temps ils verront la de la matiere a pleurer, a accuser… et une occasion a se faire de l’argent en vandant ces papiers (auquels theoriquement nous avons tous droit.)

  2. Jereve

    Les relations entre frontaliers ont été toujours bonnes, nous dit-on, jusqu’au jour où les hautes autorités ont décidé de tout gâcher. Maintenant, les petits gens trinquent alors que les grands chefs sont hors d’atteinte. Un exemple qui illustre bien le clash entre la volonté des dirigeants et l’aspiration des dirigés.

  3. Congo

    La souveraineté d un peuple n exclut en rien son interdépendance avec un autre peuple. Ce sont les petits gens qui trinquent. Arrêtons la paranoïa contre le Rwanda.

  4. Ruzoviyo

    Eh oui la reciprocite s impose…ce sont les autorites burundaises qui ont manifeste leurs desir de compliquer tout ce qui est relation frontaliere entre le Rwanda et le Burundi. Il faut pas alors crier ngo ntibabamenyesheje. ..

  5. Bakari

    None EAC imaze iki ababanyi badashobora kugenderanira? Nibagifute maze!

    • Madjer

      Est-ce vraient la solution?

  6. KABADUGARITSE

    Aho hari kera Mpinga-Kayove itaraba Mpinga-Kayovye … , dirait Gaspard Barumwete.-

    • Kabingo Dora

      Eh ben voilà , je n’en suis pas étonné car ce sont les burundais qui les ont provoqué en empêchant les bus de transport des personnes et des marchandises de venir au Burundi. C’est bien joué de la part des Rwandais . On récolte ce qu’on a semé.
      Et la solution ? Les Burundais devraient lever leur mesure d’interdiction des bus de transport au Burundais , vous verrez alors que les Rwandais feront de même .

      • Kagabo

        Non, monsieur ils vont transportés jusqu’à la frontière et les Bus du Burundi prendront la releve sur le territoire burundais. Non, le laisse aller, c’est là où nous nous sommes fait ratrapper.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 1 614 users online