Société

Cibitoke/Rugombo Contraints à travailler dans les champs en RDC

23/01/2020 Jackson Bahati Commentaires fermés sur Cibitoke/Rugombo Contraints à travailler dans les champs en RDC
Cibitoke/Rugombo Contraints à travailler dans les champs en RDC
A l’oeuvre dans les champs congolais pour pouvoir rembourser les crédits des banques.

Ces anciens occupants de terres appartenant autrefois à l’industrie agroalimentaire de Rugofarm dans la commune Rugombo ont fui le pays par peur de la prison. En RDC, ils cultivent des terres pour trouver les frais à rembourser aux banques contractées avant d’être expropriés par l’État.

Arrivé à la rivière Rusizi séparant la commune Rugombo de la province Cibitoke et le groupement d’Itara-Luvungi en République Démocratique du Congo, on observe un mouvement de Burundais qui migrent vers ce pays avec leurs enfants et leurs biens. De l’autre côté de la frontière, d’autres Burundais sont déjà à pied d’œuvre en exploitant les terres congolaises.

Le kirundi est parlé dans les champs de riz, maïs, haricots, champs en bon état occupés par les Burundais dont la plupart ont fui la province Cibitoke après avoir été expropriés par l’Etat burundais.

Selon ces Burundais rencontrés sur place, ils ont fui la province Cibitoke il y a deux mois de peur d’être emprisonnés car, en exploitant ces terres, ils avaient contracté des crédits auprès d’institutions financières. D’après Elysée Ndenzako, un Burundais trouvé au champ du riz qui a été exproprié de son champ de 10 hectares, il avait contracté un prêt dans une banque. Ce père de 6 enfants âgé de 56 ans a jugé bon de quitter la province  Cibitoke vers le Congo dans le groupement d’Itara-Luvungi, plaine de la Rusizi territoire d’Uvira, afin de voir comment travailler et gagner de l’argent à rembourser.

Travail apprécié

Ces Burundais ont déjà exploité beaucoup de terres en RDC, surtout dans les groupements d’Itara-Luvungi, Kakamba, Luberizi et Sange dans la plaine de la Rusizi. Les autorités locales de ces groupements saluent leur dynamisme.

Un des chefs coutumiers du groupement de Kakamba, Jadot Sogoti Rusimbi promet son soutien et apprécie le fait qu’ils ne présentent aucun danger pour la sécurité du pays. Ces autorités congolaises appellent à nouveau les Burundais qui veulent vivre au Congo en cultivant à s’y rendre et surtout ceux qui veulent exploiter ces vastes étendues de terres car le pays va profiter de l’augmentation des vivres.

Béatrice Nyabenda, directrice provinciale de l’environnement, agriculture et de l’élevage à Cibitoke demande aussi à ceux qui exploitent actuellement cette ancienne propriété de l’industrie agro-alimentaire Rugofarm de respecter les normes de l’État de peur d’être expulsés de ces domaines.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Chose promise, chose due. Depuis la prestation de serment des ministres du nouveau gouvernement, le Président Evariste Ndayishimiye s’est engagé à combattre résolument la pandémie du coronavirus, « le plus grand ennemi du peuple burundais ». A peine une semaine (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 346 users online