Vendredi 06 août 2021

Politique

Cibitoke : le cachot du commissariat saturé

05/10/2017 3

Les lenteurs judiciaires dans le traitement des dossiers en sont les principales causes.

Situé au chef-lieu de la province de Cibitoke, le cachot du commissariat provincial de police abrite pour le moment plus de 60 détenus alors qu’il a une capacité d’accueillir 30 personnes.

Le parquet de Cibitoke appelé à traiter rapidement les dossiers des détenus. Le parquet de Cibitoke appelé à traiter rapidement les dossiers des détenus.

L’ un des détenus fait savoir que les détenus sont obligés de se relayer la nuit pour dormir. « Il est difficile de se frayer même un petit passage pour aller à la toilette. Certains sont obligés de se coucher dans le corridor qui donne accès aux sanitaires. »Ils craignent des maladies des mains sales.

Une parenté d’un détenu qui vient de Bukinanyana ne cache pas son amertume. « En plus des longues distances à parcourir, nous sommes las de voir nos proches prolonger leur séjour sans que leurs dossiers soient traités. » Cette jeune maman dénonce en plus la pratique de corruption exigeant à chaque détenu qui entre au cachot une somme de 50 mille francs burundais communément appelée « bougie ».

Lenteurs des dossiers

Les délais de détention souvent dépassés sont dénoncés par les défenseurs des droits de l’homme. Ces derniers conseillent plutôt d’accélérer les procédures à partir de la phase juridictionnelle jusqu’au prononcé du jugement.

« Les professionnels devraient s’organiser pour accomplir leur travail en vue d’éviter les retards dans le traitement des dossiers », indique l’un d’eux.

Une source au parquet de Cibitoke indique que ce cachot accueille les détenus en provenance des 6 communes de la province. D’après elle, il est urgent de procéder à l’extension de cette maison de détention.

Le cachot du commissariat de police de Cibitoke avait été réhabilité par le CICR il y a 5 ans, mais se trouve à présent dans un état piteux.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. MUKAMA

    “…Le cachot du commissariat de police de Cibitoke avait été réhabilité par le CICR il y a 5 ans” ! Vous rigolez ou quoi ? Nous n’avons plus besoin de ces étrangers qui violent notre indépendance n’est-ce pas ?

  2. Wouter

    Ce n’est pas normal tout cela, on paye pour entrer en prison! Et si On refusait de payer on serait refusé ?? Alors oui Il ne faut pas payer comme cela on est viré de la prison!!!

    • Mafero

      Les gens au pouvoir sont super dans l’art de se créer du magot facile! Imaginez-vous 50.000 BIF pour se payer une place dans un cachot qui a été construit par le CICR.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Diaspora bla-bla

J’ai envie d’emprunter quelques mots à feu président tanzanien, Pombe Magufuli : « Acha maneno ! Hapa kazi tu ! » (Trêve de paroles, il faut joindre l’acte à la parole.) C’est ce que j’ai envie de dire à nos (…)

Online Users

Total 1 015 users online