Mercredi 12 mai 2021

Économie

Cibitoke : la disette oblige plus de 35 familles à quitter le site de Kamakara

06/07/2017 7

Depuis deux mois, la précarité alimentaire règne dans le site Kamakara en commune Rugombo. 39 familles ont jugé bon de plier bagage pour fuir cette situation. L’administration se dit préoccupée et appelle l’intervention des bienfaiteurs.

Les habitants du site Kamakara crient famine

Situé à moins de 6 km du chef-lieu de la commune Rugombo, en province Cibitoke, le site de Kamakara héberge actuellement 353 familles, c’est environ 1.459 bouches à nourrir.

D’après un octogénaire rencontré sur place, une grande partie de ces sinistrés habitant dans ce site est composée des déplacés de guerre, de rapatriés, de démobilisés et des Batwa.

Cette population aujourd’hui en détresse affirme ne pas avoir aucune assistance. «En moins de deux mois 39 ménages, c’est environ 169 personnes, sont déjà partis pour la République démocratique du Congo craignant pour leur vie suite à la disette», se lamente Emmanuel Nzobonimpa, responsable de ce site de Kamakara.

Selon lui, suite à cette précarité alimentaire, le nombre des départs risque d’augmenter si rien n’est fait. «Pour le moment, certains habitants du site commencent à vendre les tôles de leurs maisons pour s’acheter de quoi se mettre sous la dent», constate amèrement un sinistré vivant dans ce site.

La plupart des enfants ont abandonné l’école comme l’indique un sexagénaire rentré de la Tanzanie vers la fin des années 2000. « Un enfant qui dort le ventre vide ne peut pas aller à l’école le lendemain. »

SOS

Les informations collectées sur place montrent que les habitants de ce site se trouvent dans une situation d’extrême précarité. Les défenseurs des droits de l’Homme rencontrés appellent toutes les âmes charitables à venir en aide à cette population sinistrée.

«On ne peut pas parler de dignité à l’égard de ces habitants au moment où même le strict minimum de vie n’est pas respecté». Pour ces défenseurs des droits de l’Homme, le droit à l’alimentation et à l’éducation est universel pour toute personne

Même son de cloche du côté de l’administration communale de Rugombo, Firmin Habumuremyi, conseiller technique chargé des affaires sociales et administratives reconnaît que ces populations vivent dans des conditions déplorables. Il indique cependant que la commune n’a pas de moyens pour venir en aide à ces sinistrés. Cet administratif appelle les bienfaiteurs à voler au secours de cette population frappée par la disette.

Forum des lecteurs d'Iwacu

7 réactions
  1. DÉDE

    Hélas !!! J’ai eu la chance de visiter ce beau pays en 2011. Avec tous ces jeunes si courageux .Je vous souhaite du courage que le Dieu tout puissant vous garde. Je suis avec vous de tout mon coeur

  2. Jereve

    Déjà circulent des posters du Président, tout sourire, tenant en ses mains une petite pancarte avec des slogans « Turabararitse muterere Amatora 2020… » et des coordonnées bancaires bien mises en évidence. Pourquoi ne pourrions-nous pas faire de même pour mobiliser les aides aux plus nécessiteux ?

    • Vuma

      La priorite ici n’a jamais ete “le bonheur des demunis”…..Oui, les fonds seront collectes (de gre ou par force???) pour l’election mais pas pour aider nos compatriotes!

  3. MANA

    Oh Seigneur, que le message arrive aux oreilles du père de la nation pour une intervention rapide. Comme tout va bien ailleurs, que le reste de la population aide ces pauvres gens.

  4. umnyobe257

    famine,terreur,desespoir voila le resultat du mandat de trop.
    on etait deja le pays le pauvre au monde,pourtant il en reste pour applaudir et demander un quatrieme mandat.

    L’afrique qui organise son propre malheur
    Pauvre de nous

    • Uwayo Béata

      @umnyobe257
      On était déjà le pays plus pauvre au monde, et les aides qu’on reçoit depuis l’indépendance ont servi à quoi avant qu’il y est ce mandat de trop?

      • Yves

        @Béata : avant, le Burundi était un pays pauvre. Aujourd’hui, c’est un pays sinistré. See the difference ?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La fête et la Covid-19

Au Burundi, le 1er mai, la journée internationale du travail a été célébrée avec faste pour honorer « ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons », pour reprendre les mots de (…)

Online Users

Total 1 834 users online