Dimanche 21 avril 2024

Société

Centre Talitha koum: Osons parler de l’autisme au Burundi

30/04/2023 4
Centre Talitha koum: Osons parler de l’autisme au Burundi
Jeanne Nduwiyingoma (Burundi) et Rosine Duquesne (Rwanda) deux jeunes mamans engagées pour briser les tabous autour de l'autisme

Dépister, prendre en charge les enfants autistes et surtout briser les tabous. C’est le pari de Talitha koum, un jeune centre qui prend en charge les enfants autistes à Bujumbura.

Ce samedi 29 avril, le centre a organisé à son siège un  » Barbecue Fundraiser » pour « parler de l’autisme et collecter des fonds pour une meilleure prise en charge des enfants atteints de ce trouble.

« Il faut briser les tabous autour de l’autisme au Burundi ! », explique Jeanne d’Arc Nduwingoma, directrice du centre.

« Dans notre pays, l’autiste est considéré comme un retardé mental , un débile mental ». L’enfant autiste est affublé d’ autres termes que je ne veux pas répéter. Pourtant, ces enfants ont des atouts particuliers. Je peux vous dire que le monde a connu des autistes célèbres », raconte avec passion Jeanne d’Arc Nduwingoma.

En effet, plusieurs personnalités célèbres, telles le savant Albert Einstein, physicien à l’origine de la théorie de la relativité, Marie Curie, la célèbre physicienne qui a obtenu en 1903 le prix Nobel de physique, Bill Gates, etc., ont été diagnostiqués autistes asperger.

Ce samedi, plusieurs personnes sont venues soutenir le centre à l’occasion de la clôture du mois d’avril dédié à l’autisme.

Selon toujours la directrice du centre, « l’autisme n’est pas une maladie, c’est un handicap dont les manifestations sont décrites sous l’intitulé de trouble du développement d’origine neurologique. L’autisme se manifeste principalement par une altération des interactions sociales et de la communication et par des intérêts restreints et répétitifs. »

D’après Aurélie Gahimbare, représentante de l’association des familles qui ont des enfants autistes , ces derniers comprennent et interprètent à leur manière les données qu’ils reçoivent. «  Souvent, les familles de ces enfants sont perdues ou déboussolées face à ce handicap ».

Au cours de ce mois dédié à l’autisme, le centre a organisé des dépistages gratuits et accompagne ceux qui sont dépistés positif.

Mais le jeune centre est confronté à de nombreux défis, notamment la cherté de la prise en charge des enfants autistes.

Le centre espère briser le tabou qui entoure l’autisme au Burundi et recommande une prise en charge précoce des enfants atteints et leur intégration dans les écoles dites standards.

Malgré tous ces défis, Aurelie Gahimbara est confiante : « Si ces enfants sont pris en charge précocement, ils évoluent bien et peuvent même contribuer au développement comme tous les autres.»

Le nom Talitha koum est d’origine hébreu et signifie «mon enfant lève-toi et marche.»

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Nzikoruriho Jacob

    Pourquoi ne pas se poser les questions sur la source de l’autisme?Saviez-vous que depuis l’introduction des pesticides importés les cas de cancer et autisme n’ont fait que progresser au Burundi et en Afrique?Je vous invite à l’article suivant: https://nation.africa/kenya/life-and-style/health/study-finds-link-between-pesticides-and-autism-997182
    Au lieu de constater seulement les dégâts c’est mieux de supprimer la source du problème.Nous importons betêment des pésticides kandi abazikora bafise umugambi wo kumara abantu.Connaissez vous les méfaits du glyphosate qui est utilisé dans notre pays comme pésticide importé?Liser l’article suivant: http://lta.iwlearn.org/the-highly-destructive-invasive-mimosa-diplotricha-is-in-bujumbura
    En conclusion je dirais que tant que nous importons betêment des pésticides,des médicaments,des vaccins sans aucun contrôle strict de ce qu’ils contiennent et les risques,les cas d’autisme ne feront qu’augmenter en plus des cas de cancer des enfants et des adultes.L’africain ne prend rien au sérieux et ne lit pas.C’est cela le drame.Abagiraneza nous tuent lentement mais sûrement avec leurs ‘produits’ pour le ‘dévelopement’.

  2. Bite

    Merci les dames fortes pour briser ce silence. Je vous soutiens 100%

  3. Telesphore NDEREYIMANA

    Nous saluons cette belle initiative de penser à l’avenir des personnes autistes au Burundi. Bravo pour tous les évènements organisés tout au long de ce mois d’avril dernier. Pas mal de gens ont été sensibilisé sur ce trouble qui était méconnu chez nous. Nous vous souhaitons d’aller de l’avant.

  4. Ndayishimiye David

    bonjour. quels don’t les grands signes presentant l’enfant en etat d’autisme?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 5 897 users online