EN

Société

Catastrophes naturelles : 12 morts et plus de 30 blessés dans les quartiers nord de Bujumbura

22/12/2019 Mariette Rigumye Commentaires fermés sur Catastrophes naturelles : 12 morts et plus de 30 blessés dans les quartiers nord de Bujumbura
Catastrophes naturelles : 12 morts et plus de 30 blessés dans les quartiers nord de Bujumbura
Les habitants de Uwinterekwa en pleine activités de sauvetage

Les eaux en furie du ruisseau Cari séparant le quartier Nyabegere et Uwinterekwa de la zone Gihosha ont fait des dégâts dans la nuit de ce dimanche 21 décembre 2019. Dans son bilan provisoire, la police parle de plus de 10 morts, de plus de 30 blessés et de plusieurs maisons détruites.

Les pluies torrentielles de la nuit dernière y sont pour quelque chose. Dans la matinée de ce dimanche 22 décembre, la RN I est méconnaissable. La boue mélangée de pierres couvre le goudron. Les caniveaux ne sont visibles.

Les eaux des pluies en provenance des montagnes coulent de part et d’autre de cet axe principal. Les ménages de la 6ème et la 13ème rue du quartier Kamenge sont très touchés par ces eaux dévalant des hauteurs surplombant cette zone.

Dans le quartier Uwinterekwa de la zone Gihosha, c’est la désolation : toutes les rues et ruelles sont boueuses, plusieurs maisons en briques adobe sont détruites ou des murs effondrés.

Il est même difficile de reconnaitre les fondations de ces maisons dans cette localité durement touchés, c’est partout le spectre de Gatunguru de février 2014. Beaucoup de ménages ont été détruites. Des maisons ayant des fondations résistantes sont pour la plupart remplies de boues.

«C’est vers 3 heures du matin que l’on commence à entendre des éboulements de pierres provenant des montagnes. Et c’est à ce moment que les eaux des pluies envahissent nos ménages», témoigne Jean-Marie Ndayishimiye, un habitant de cette localité.

Selon son témoignage, suite aux fortes pluies, le ruisseau Cari déborde de son lit et ses eaux furieuses emportent tout sur leur passage. D’après cet habitant, tous ses biens sont partis avec ce ruisseau.

Chez Joséphine Nirera, sa voisine, ce ne sont que des pleurs. Avec le soutien des amis accourus pour la soutenir, elle essaie de dégager la boue de sa maison et de sauver le peu de matériels qu’il lui reste.

Cette mère, en sanglots, se demande où elle et ses enfants vont passer la nuit. «Dans sa promesse, une voix du Très-Haut me dira que je ne périrai pas avec les eaux», confie cette vieille dame, la soixantaine, toute bouleversée.

Signalons que les agents de la Croix Rouge, plusieurs éléments de la police de la protection civile ainsi que des militaires interviendront très tôt le matin pour faire du sauvetage. Et le ministre de la Sécurité publique et de la Gestion des Catastrophes accompagné par le maire de la ville de Bujumbura viendront réconforter ces habitants.

Le Bilan des dégats

Selon le bilan provisoire annoncé par le ministre Alain Guillaume Bunyoni, il y a déjà 12 morts et plus de 30 blessés. D’après lui, des dégâts matériels sont à signaler mais il n’y a pas encore de chiffres exacts.

Après les activités de sauvetage, le ministre de la Sécurité publique précisera qu’avec l’aide de la Croix rouge et de la population, ils vont essayer de canaliser ce ruisseau.

Le ministre Bunyoni demande aux habitants de Uwinterekwa et de l’entourage de quitter ces lieux pour l’instant. Et il lance un appel à toute personne de faire un geste de solidarité avec ces habitants. «Pour ceux qui pourraient ne pas avoir où passer la nuit, des centres d’abris provisoires sont en train d’être installés».

Le ministère de la Sécurité Publique et de la Gestion des Catastrophes annonce que la pluie de la nuit du 21 décembre a causé des inondations dans les quartiers Buterere et Carama. Mais pas de pertes humaines à signaler.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

“La liberté est la règle, la détention l’exception”

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur “La liberté est la règle, la détention l’exception”

22 octobre 2019, un mardi noir, sombre. Un jour où la vie a été bouleversée pour Agnès, Christine, Térence et Egide. Un jour qui pourrait donner raison à Michel Delpech dans sa chanson : « Il y a des jours (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 279 users online