Jeudi 22 février 2024

Culture

Caravane du livre : les jeunes appelés à aimer lire pour améliorer leurs connaissances

19/08/2023 1
Caravane du livre : les jeunes appelés à aimer lire pour améliorer leurs connaissances
Jean-Népomucène Bunoko : « Une personne qui ne lit pas est facilement manipulable »

Dans une caravane du livre et de lecture organisée du 14 au 17 août en commune Rugombo, province Cibitoke au nord-ouest du Burundi, 24 élèves en vacances et 16 parents ont appris les techniques de lecture. Des écrivains burundais racontent les avantages de la lecture et encouragent les jeunes à aimer la lecture.

« La promotion de la lecture en milieu scolaire et en famille est une réponse face à un défi criant d’un taux de réussite très bas dans les examens nationaux notamment l’examen d’Etat session 2021 où le taux de réussite dans la province scolaire de Cibitoke est 16,7 % », a indiqué Longin Ndayikengurukiye, directeur de l’Alliance Franco-burundaise de Gitega, lors des cérémonies de clôture de cette caravane, ce jeudi 17 août.

Selon lui, une des causes de ce faible taux de réussite est l’absence et la rareté des ressources documentaires, et surtout de la bonne pratique de la lecture.

Il estime que la lecture est une bonne façon de s’enrichir sans voler personne : « La lecture augmente les connaissances, développe l’orthographe et améliore l’intelligence émotionnelle ».

Pour Jean-Népomucène Bunoko, écrivain burundais, il faut nourrir l’esprit par la lecture pour développer l’intelligence, la connaissance et la sagesse : « L’esprit qui n’est pas connecté à la lecture s’atrophie incurablement. Des gens qui ne se cultivent pas à travers la lecture courent le risque de voir le doigt au lieu de contempler la lune montrée par ce doigt ».

A travers la lecture, explique-t-il, c’est voyager, aller à la découverte d’autres cultures et d’autres peuples tout en restant assis chez soi. Pour lui, un lecteur devient citoyen du monde : « Il n’est pas dépaysé. Il découvre le monde métaphysique, au-delà de ce que nous pouvons voir, imaginer ».

Selon lui, lorsque quelqu’un n’est pas nourri par la lecture, les idées sont figées : « La révolution dans les idées et le changement des paradigmes en pâtissent. Il est toujours enfermé dans les mêmes idées, rangé dans la même direction. Il n’évolue pas ».

Cet auteur des romans, Et ce cadavre,  et Corbillard ou la folie du sexe, rappelle que l’esprit critique n’est pas garanti pour une personne qui ne lit pas, ce qui fait qu’elle est facilement manipulable : « Elle suit tout ce qui est dit, tout ce que l’on entend. Elle tombe dans le fanatisme, le suivisme. L’esprit partisan gagne du terrain. Les mentalités n’évoluent pas. Cela est la mère de certaines bêtises ».

Pour lui, lorsqu’on ne lit pas, on cherche à convaincre par l’argument de la force au lieu de convaincre par la force des arguments. Et de recommander aux parents d’aimer lire et d’encourager leurs enfants à la lecture dès le bas âge : « Lisons les livres pour que notre cerveau reste toujours éveillé. Aidons nos enfants en leur donnant le modèle ».

Latifa Ndarishize, 14 ans, témoigne que la lecture fait du plaisir. A travers la lecture, cette jeune amateure du livre s’amuse, cherche des informations, tire de nouvelles expressions, ce qui lui permet d’améliorer les connaissances linguistiques. Elle invite les autres élèves à aimer lire.

L’internet, un atout pour les amateurs du livre

L’écrivain Jean-Népomucène Bunoko regrette que la lecture fait aujourd’hui face au monde des écrans qui éloigne les lecteurs du livre papier. Il cite Bruno le Maire, ministre français des Finances, disant : « Les écrans vous dévorent, le livre vous nourrit ».

Pour cet écrivain burundais, lorsqu’on devient esclave des écrans, son esprit n’est pas libre : « Les écrans nous vident tandis que les livres nous remplissent. Quand nous ouvrons un livre, l’esprit est libéré ».

Même avis avec Jeanne d’Arc Nduwayo, auteur du livre « Les paillettes ». Elle soutient qu’avec l’internet, on n’est pas quelques fois concentré pour la lecture : « Au moment où on fait la lecture, on a tendance à répondre aux appels et aux messages sur les réseaux sociaux. Ainsi, on ne jouit pas en suffisance l’histoire racontée dans le livre, car la lecture nécessite une concentration ».

Cependant, cette romancière explique que l’internet peut être un atout pour les amateurs du livre : « Avec l’internet, on a toute une bibliothèque dans son téléphone. Il faut profiter des e-books, des livres disponibles à l’internet, certaines gratuitement. On peut les lire n’importe où sans toutefois fréquenter les bibliothèques ». Et d’appeler les jeunes à profiter de l’internet pour lire et écrire des livres.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Liévin NSHIMIRIMANA

    Ajoutons que la littérature est l’un des chemins les plus sûrs d’accéder à la grandeur d’âme.

    En tout cas, bravo à l’équipe partie en caravane pour remettre ce message.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Démocratiser le débat sur le marché public

Brouille entre le gouvernement du Burundi et la société Sogea Satom autour des travaux de réhabilitation de la route nationale 3, tronçon Rumonge-Gitaza. Le ministre en charge des infrastructures a pris la décision de suspendre le paiement des frais additionnels (…)

Online Users

Total 1 790 users online