Culture

Corbillard ou la folie du sexe : la fin des tabous ?

13/06/2017 Martine Nzeyimana 6

Frère Jean-Népomucène Bunoko entraîne avec désinvolture le lecteur dans une réflexion sur la morale sexuelle où amour, libertinage, et viol s’entrechoquent.

Jean-Népomucène Bunoko : « Il faut libérer la parole et dire les choses telles qu’elles sont. »

«A cette époque, l’amour des jeunes gens tournait autour du sexe. Les amours ratés s’exprimaient par la violence, les avortements, les incestes, les masturbations masochistes et les maladies mentales», lit-on dans un passage de la quatrième de couverture de Corbillard ou la folie du sexe.

Kangeni et Cingono, personnages principaux du roman, s’aiment d’un amour inconditionnel, « réfléchi, fidèle et sincère. » Cet amour sera étouffé dans l’œuf par des coutumes, des jalousies meurtrières, des coups bas et des mesquineries de tout genre. Kangeni décide alors d’aller à la recherche de son amoureux, chassé du village Kari où elle habite.

Yepayepe, une folle de Kari, témoin de ce périple passionnel, en parle avec une lucidité inébranlable à son ombre. Son récit dure 30 jours, tenant en suspens le lecteur jusqu’à la dernière page.

« J’ai voulu mettre à nu les méandres d’un amour désordonné. Si le sexe est bien utilisé, il donne la vie. Dans le cas contraire s’en suivent des viols, des incestes», assure Frère Bunoko, expliquant ainsi le choix du titre. Dans ces deux cent cinquante-huit pages, le corbillard acheminera des victimes de cette « folie du sexe. »

Né à Bujumbura, Jean-Népomucène est prêtre chez les Frères Dominicains depuis quatre ans. Formé en théologie morale, il s’intéresse aux questions liées à la morale sexuelle. Il est chargé des recherches au Centre Ubuntu. Corbillard ou la folie du sexe est son second livre après Et ce cadavre paru aux éditions Harmattan en 2014.

Tout direFrère Bunoko estime qu’en écrivant cet ouvrage, le bien de l’amour est démontré, mais aussi les limites de ce dernier, l’importance du sexe… « Toute personne qui feuillettera ce livre se rappellera que l’amour ne se force pas, qu’il ne se partage pas, qu’il faut comprendre ses arcanes pour ne pas sombrer dans le suicide.»

Koboroto, un des personnages, se plante un sabre en plein cœur le jour de ses noces, après avoir pris un râteau. Kangeni est en effet éperdument éprise de Cingono auquel elle est liée par un pacte.

«C’était une époque maudite. Une mère et une fille pouvaient partager un même homme, un garçon et son père une même fille. Souvent Dieu était appelé à témoigner quand les dévergondées atteignaient le paroxysme du plaisir… », peut-on lire dans l’un des extraits chocs du roman.

Pour l’auteur, les hommes d’Eglise sont aussi confrontés aux questions liées à la morale sexuelle. « Il faut libérer la parole et dire les choses telles qu’elles sont.» Il affirme que son oeuvre est une fiction, tout en reconnaissant avoir mené des recherches à Bujumbura et s’être inspiré des réalités de la Côte d’Ivoire où il a fait une partie de ses études.

«L’amour est un voyage parfois long, plein de difficultés. Mais Kangeni a préféré la folie à l’infidélité», conclut-il.

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Inyishu

    40milles

  2. SIEMPRE HAGURUKA

    Où peut-on se procurer ce livre? Merci! J’ai connu l’auteur pendant les études secondaires et en une heure de temps il savait pondre une pièce de théâtre magistrale.

  3. GILBERT

    C’est bon avec nous les jeunes d’Aujourd’hui

  4. Bravo Père Bunoko.

  5. Adam

    Le livre se trouve chez les Dominicains en face de l’Hôtel Amahoro

  6. Gloria

    A combien s’achète le livre et où peut-on le trouver? Merci!

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

La confusion

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur La confusion

Après une réunion en toute discrétion dans la capitale kényane entre une délégation du Cnared et l’institution de l’ombudsman burundais Iwacu a révélé qu’un « certain compromis » s’est dégagé sur un bon nombre de points importants. Sans médiateur mandaté (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 307 users online