Mardi 23 avril 2024

Archives

Cankuzo : les feux de brousse ravagent le parc de la Ruvubu, dévasté à 80%

05/05/2013 Commentaires fermés sur Cankuzo : les feux de brousse ravagent le parc de la Ruvubu, dévasté à 80%

Depuis juillet, le parc national de la Ruvubu a pris feu. Sa superficie est déjà dévastée à 80%. L’inspecteur des forêts à Cankuzo affirme qu’il est difficile d’éteindre ces feux, les moyens faisant défaut.

<doc5079|left>Le Parc national de la Ruvubu s’étend sur 50 800 hectares de superficie. Elle ronge une grande partie de l’Est et une petite partie du Nord du Burundi. Cette étendue est partagée entre quatre provinces : Cankuzo, Ruyigi, Muyinga et Karuzi. C’est la province Cankuzo qui en possède la plus grande partie, soit 23 000ha. C’est dans cette même partie où il y a une forte concentration d’animaux. La province de Ruyigi possède 13100ha alors que la province de Muyinga en a 9 600ha. La plus petite partie de l’étendue du parc revient à la province de Karuzi qui n’a que 5 000ha de ce patrimoine national.

Sur tous ces côtés, on assiste, impuissant, aux feux de brousse.
Selon l’inspection provinciale des forêts à Cankuzo, 80% du parc est dévasté. Rénovât Niyomwungere, inspecteur provincial des forêts à Cankuzo, estime qu’il impossible pour la population d’éteindre le feu.  « Pour éteindre ce feu, il faudrait des avions », indique- t-il.

Des conséquences néfastes

Selon l’inspecteur, les animaux continuent à fuir les feux de brousse et certains ne reviennent plus. Et, il mentionne ces animaux: les hippopotames, les buffles, les cobe défassa ({Indonyi}), les sisatunga ({Inzobe}), les guibe harnachés ({Impongo}), les cobe de roseau ({Isasu}), céphalophe de grimpe ({Ingeregere}), lièvre. On y trouve également des carnivores comme le chacal, le serval ({Icuya}), le léopard et d’autres petits animaux. Les omnivores n’y manquent pas, il y a des phacochères, des potamochères.

Dans la rivière de Ruvubu qui fait aussi partie du parc, on y trouve des crocodiles et 14 espèces de poissons. D’après l’inspecteur, il y a dans les grands arbres du parc les primates comme les babouins, les grivets, les cercopithèques et les colobes rouges. A côté de toutes ces espèces, poursuit-il, il y a 112 espèces d’oiseaux migrateurs et sédentaires. «Toutes ces variétés d’animaux risquent de disparaître », constate Niyomwungere.

D’après un agent de l’Institut national pour la conservation de la nature (INCN), les feux de brousse poussent les animaux à fuir vers les rives de la rivière Ruvubu où il y a de l’humidité. Alors, les braconniers en profitent pour installer des filets en fils barbelés et les animaux tombent dans ces embuscades. Ces pièges sont surtout fréquents sur la partie de la province Karusi, selon le même agent.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 2 984 users online