Dimanche 21 juillet 2024

Société

Buyenzi : Des garages improvisés existent toujours

13/12/2018 Commentaires fermés sur Buyenzi : Des garages improvisés existent toujours
Buyenzi : Des garages improvisés  existent toujours
Des garages hors normes existent encore à la 5ème avenue de Buyenzi.

L’ultimatum de dégager des épaves de véhicules des avenues de Buyenzi a expiré le 1er décembre. Une injonction qui peine à être exécutée.

La situation n’a pas beaucoup changé à la 4ème avenue, de la zone Buyenzi, commune Mukaza, au centre de Bujumbura. Des vieux véhicules de type Hiace, Coaster … y sont garés aux abords des avenues. Les uns y sont visiblement délaissés depuis longtemps. D’autres sont en attente d’être réparés.

Pour se conformer à l’ultimatum du maire de la ville de Bujumbura, certains propriétaires ont préféré les démonter. Des tas de pare-brises, de vieux pneus et moteurs, des portières usées … sont observables devant des habitations. Une autre partie est déposée dans ou au-dessus des caniveaux.

D’autres mécaniciens ou propriétaires ont placé ces véhicules à l’intérieur des parcelles ou dans de rares garages clôturés. « Nous payons 1500BIF par jour », confie un mécanicien croisé à la 5ème avenue.

Cet homme estime que cette décision du maire est injuste : « C’est déjà plus de 15 ans que je suis mécanicien. Et nous avons toujours travaillé ici en pleine route. Pourquoi vont-ils nous chasser aujourd’hui ? »

Abdul, un autre mécanicien, considérait ces garages improvisés comme des écoles de métier : « Des milliers de mécaniciens sont passés par ici. C’est ici qu’ils ont appris comment démonter un moteur, réparer n’importe quelle partie d’un véhicule.»

Au lieu de lancer des ultimata, propose-t-il, la mairie devrait les aider à chercher où installer des garages très spacieux. « Au cas contraire, qu’on nous accorde assez de temps pour nous organiser, peut-être en coopérative pour trouver où nous installer.»

Ce père de famille craint, en outre, que beaucoup de jeunes se retrouvent désœuvrés : « Ils venaient, le matin, et pouvaient rentrer avec au moins 10 mille BIF voire plus par jour. Et petit à petit, ils apprenaient le métier de mécanicien.»  Et de lancer : « Qu’on nous laisse tranquilles pour faire vivre nos familles.»

Détermination de la mairie

« Nous sommes déterminés à le faire. On va passer à l’action », avertit Freddy Mbonimpa, maire de la ville de Bujumbura. Contacté, mercredi 5 décembre, il fait savoir qu’une réunion a été tenue à l’intention des concernés. « Nous n’avons aucune intention de les empêcher de travailler, mais nous voulons protéger nos avenues.»

Il remercie ceux qui ont répondu favorablement à son appel. Pour les autres, un consensus provisoire a été trouvé. Il s‘agit de ranger les véhicules en réparation ou en attente dans un seul sens des avenues. « Et le soir venu, les propriétaires doivent les ramener chez eux ou les garer à l’intérieur de parcelles ».

Le maire de la ville de Bujumbura annonce qu’une opération d’inventorier tous les vieux véhicules encore garés-là est en cours. Quant aux services municipaux, ils sont en train de confectionner des pancartes de stationnement réservé.

M. Mbonimpa souligne que la mairie va déplacer toutes les épaves : « Les dépenses y relatives seront remboursées par les propriétaires des parcelles devant lesquelles ils étaient garés. »

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 728 users online