Vendredi 21 juin 2024

Politique

Butaganzwa : l’administration pointée du doigt après la découverte d’un cadavre

16/12/2013 8

Le corps sans vie de Berthe Kanani a été retrouvé, ce vendredi 13 décembre, dans la rivière Nyamabuye en commune Butaganzwa (Ruyigi). La famille de la victime accuse l’administration locale de complaisance voire de complicité.

Berthe Kanani, le lendemain (25 mai 2013) de l'assassinat de son fils par deux militaires ©Iwacu
Berthe Kanani, le lendemain (25 mai 2013) de l’assassinat de son fils par deux militaires ©Iwacu

«C’est la faute aux autorités locales!», s’exclame en pleurs Imelde Bangirimana devant la dépouille nue de sa belle-mère, Berthe Kanani. Le cadavre de cette sexagénaire vient d’être retrouvé dans la rivière Nyamabuye à la frontière de la commune Butaganzwa et la province Rutana. Un endroit difficilement accessible car on voit des champs de canne à sucre à perte de vue. Pour sortir le corps de la rivière, les habitants de la sous­colline Nyangondo n’ont pas eu la tâche facile. On pouvait voir que la victime y a passé beaucoup de jours, le corps était en état de putréfaction.

D’après la famille de la victime, Berthe Kanani a été enlevée dans la nuit du 4 décembre. Comme l’indique son petit-fils d’environs 7 ans avec qui elle dormait, trois hommes ont fait irruption dans la maison et ont entraîné sa grand-mère dehors. «C’est l’enfant qui nous a réveillé à 5 h du matin pour nous dire que sa grand-mère a été enlevée.», indique un voisin. Deux noms sont sur toutes les lèvres : Gabriel Nimpagaritse, un démobilisé, et un certain Sylvestre. Des noms que confirme le petit-fils. « Ils ont été payé 700.000 Fbu pour la tuer », souligne E.H., un habitant de cette colline. Selon un neveu de la victime, Berthe Kanani avait des différends fonciers avec les enfants de son mari. Il soupçonne ses beaux­fils d’être les commanditaires de son meurtre.

Les autorités collinaires accusées de complicité

Les membres de la famille de Berthe Kanani ne décolèrent pas. Pour eux, les élus collinaires sont complices de ce crime ou ils ont fermé les yeux pour protéger les coupables. «Nous avons donné l’alerte, le matin même de sa disparition, mais ils sont restés les mains croisées.» Et un voisin de la victime de relever : «C’est quand même bizarre qu’une personne disparaisse et que la police ne soit pas alertée »

Le chef de colline Titi réfute ces accusations. D’après lui, ils en ont parlé à l’administrateur communal Butaganzwa, Abraham Ndikumana. Ce dernier souligne qu’on lui a signalé cette disparition, deux jours après l’enlèvement. Du côté de la police, elle indique qu’elle en a eu connaissance lors de la découverte du cadavre. «Si l’alerte avait été lancée plus tôt, on aurait pu la secourir », souligne Benjamin Nduwayo, porte-parole du commissariat de police de Ruyigi. Toutefois, il souligne qu’aucun suspect n’ait encore appréhendé car «les enquêtes continuent.»
Signalons qu’il y a environ sept mois, Berthe Kanani avait perdu un fils, Vénérand Ndikumana, alias Fyengure, abattu par deux militaires, le 24 mai, à cause de 5 litres de «Kanyanga».

Forum des lecteurs d'Iwacu

8 réactions
  1. Gondwanais Lamda

    Ivyo bintu tuzobivamwo gute? Il faut mobiliser l’opinion Nationale et Internationale, Il faut que tous ceux qui aiment ce pays se mettent ensemble pour faire tomber le pouvoir de Bujumbura. Pour ce faire nous devons être stratèges et eviter de tomber dans des pièges inutilement. Sinduhije nomuhaye ijwi none yaravuze nabi kwi radio. Nzoriha uwundi wo muri opposition bien sure. Que Dieu Protège le Burundi

  2. Mwaro

    serait enlevée par les démobilisés, vrai car ils continuent à se comporter comme des combattants sous la bénédiction du pouvoir.Excusez je parle des démobilisés issu du CNDD FDD

  3. King James

    Akataraza karahinda!!! Dushigire mutama Sinduhije twirukane Cndd, turonke amahoro!!

  4. nwari

    Ariko turakenyeye tumarane’ imisi yose uwapfuye’ ncanke abana babiriwe kuguvu’etc none leta yagiye he?abarundi turamaramaje igihugu ca twibarutse

  5. Datus

    Ca m’énerve de voir qu’une personne peut disparaître comment ça et que les autorités locales et la police ne le sachent pas! Si on était dans un état de droit les coupables en payeraient le prix mais voyant ce qui se font tous les jours je n’ai plus d’espoir!!!!!

  6. Ndero

    Birababaje!
    Ibi bintu tuzobivamwo gute?

  7. Les comites collinaires de securite sont a interroger sur leur responsabilite!Quid a l’admicom Ibrahim apres avoir ete renseigne de cette disparition?

    c’est dommage!!!!!

  8. Kabizi

    Honte à ma Chère Patrie! Les descendants de Caïn continuent à exercer leur sale besogne!
    Que le Bon Dieu protège mon pays!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La mobilisation des « radins » pour les quatre bougies de Neva

Comme il se doit en pareille situation, les festivités marquant les quatre ans au pouvoir du président Evariste Ndayishimiye, organisées à Nyabihanga, en pleine province de Mwaro, une contrée de citoyens jouissant à tort ou à raison d’une légendaire réputation (…)

Online Users

Total 1 836 users online