Mardi 18 juin 2024

Société

Burundi/Médias : Le journaliste Phénias Ndayishimiye de Shima FM en garde à vue

08/08/2023 2
Burundi/Médias : Le journaliste Phénias Ndayishimiye de Shima FM en garde à vue
Le journaliste de Shima FM Phénias Ndayishimiye

Selon ses confrères de la nouvelle radio locale, Shima FM émettant au sud du Burundi, le rédacteur en chef de cette station, Phénias Ndayishimiye a passé la nuit au cachot du Commissariat de Rumonge. C’était après avoir passé plus de deux heures sous interrogatoire dans les bureaux du substitut du procureur de la République. « Il a été arrêté vers 18 heures par des policiers sans ménagement sur mandat du procureur comme un malpropre ».

Les représentants de son ancienne radio communautaire Izere FM auraient déposé une plainte, ils accusant ce journaliste de vouloir saboter cette station qui a vu une cascade de démissions avec les changements survenus à sa tête, il y a quelques mois.

D’après Jean-Bosco Kabura, le directeur de la radio locale Shima FM, qui a quitté la radio communautaire Izere FM après avoir démissionné avec toute l’équipe du service des nouvelles, il s’agit surtout des messages envoyés via le compte Facebook de Phénias Ndayishimiye demandant aux sponsors d’Izere FM d’apporter plutôt leurs appuis à la nouvelle radio Shima FM, qui posent problème.

Quand nous avons vu ces messages, explique son directeur, nous l’avons alerté, il suivait une formation au nord du Burundi et il a compris que quelqu’un a piraté son compte ou s’est introduit dans sa messagerie et a commencé a envoyé des messages bizarres.

« Il a vite alerté ses contacts qu’il vient d’être victime d’un hacker et qu’il n’est pas responsable des messages envoyés. Quand il a changé les mots de passe, ces messages ont aussitôt cessé », confie Jean-Bosco Kabura, le directeur de la radio locale Shima FM basée à Rumonge au sud-ouest du Burundi.

Interrogé, ce journaliste piraté a révélé qu’il n’avait pas désactivé son compte Facebook dans le laptop qu’il utilisait à la radio Izere FM quand il a démissionné. « Nous sommes partis laissant tout derrière nous pour fonder une nouvelle radio respectueuse et soucieuse du bien être des journalistes et de leur travail, le vrai travail de journaliste », a-t-il révélé à l’avant-veille de son arrestation.

Le directeur de la radio communautaire Shima FM demande que la justice fasse correctement son travail et que son journaliste soit libéré, « les accusations portées contre lui n’ont pas de fondements ».

Après avoir diffusé notre enquête sur les magouilles qui se font au port de Rumonge au sud-ouest du Burundi avec plusieurs cas de corruption impliquant plusieurs administratifs, aujourd’hui démis de leurs fonctions, confient la plupart des journalistes de Shima FM contactés, des menaces directes et d’autres à peine voilées ont commencé à être proférées.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Kanda

    Une autre affaire louche, qui ne joue pas pour l’image du Pays, qui n’est importante pour personne que les mafieux, encore et toujours faire taire toute voix dissonante contre les intérêts des mafieux. Je me demande pourquoi un tel dossier se retrouve en justice ! Les sponsors vont financer où ils se sentent attirés et c’est tout, le journaliste n’a pas besoin d’envoyer des messages via Facebook, sa nouvelle radio va émettre et les journalistes sont connus, ceux qui les aiment vont financer leur radio.

  2. Bite

    Oooh le Burundi est malade. On dirait qu’on en Irak.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Séance terminée, on rentre à pied !

Bon gré mal gré, la pénurie de carburant s’invite à l’hémicycle de Kigobe. Une courte vidéo fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux. En pleine séance, un député a rappelé à ses collègues de penser à ceux qui rentrent (…)

Online Users

Total 2 123 users online