Jeudi 25 avril 2024

Politique

Bujumbura manifeste contre la résolution HRC33

01/10/2016 11
Des OSC contestent la résolution HRC33 devant le bureau du représentant du Haut- commissaire aux droits de l’Homme.
Des OSC contestent la résolution HRC33 devant le bureau du représentant du Haut- commissaire aux droits de l’Homme.

Des organisations de la société civile proches du pouvoir se sont donné rendez-vous, ce samedi 1er octobre, devant le bureau du représentant du Haut-commissaire aux droits de l’Homme pour protester contre la résolution sur le Burundi, adoptée la veille à Genève. Taxis-vélos, motards, femmes et Imbonerakure s’étaient joints à eux.

Trois noms reviennent comme un leitmotiv dans la bouche des manifestants : « Maya, Pablo et Christophe », les experts indépendants qui ont présenté le rapport des Nations unies dénonçant les crimes commis au Burundi. Ce rapport est également rejeté par Bujumbura, ce dernier le jugeant « biaisé. »

« Organisations de la société civile, nous rejetons fort toutes les décisions qui détruisent et divisent notre pays », peut-on lire sur les banderoles des manifestants.

L’assistant du ministre de l’Intérieur, qui a représenté le gouvernement dans cette manifestation, qualifie cette résolution de « fausse », d’autant plus que parmi les pays qui ont voté contre, il y a la Russie et la Chine qui disposent du droit de véto.

Forum des lecteurs d'Iwacu

11 réactions
  1. Uwakera

    « Des organisations de la société civile proches du pouvoir ». Très intéressant d’apprendre qu’il existe des Organisations de la Société Civile proches du pouvoir…. Cela confirme qu’il en existe d’autres qui en sont « éloignées » et donc « proches de l’opposition ».

    Madame Clarisse, dukorere itohoza tumenye umwe wese mu biyita ngo ni société civile aho ahengamiye « politiquement » alors qu’il est censé être apolitique.

  2. Mutama

    Amaraso y’abacu bagiye, arabira, kandi akabirira kuri uwo wese yayasheshe!!! Abataco biyagirirza muri ivyo bokwigumira muhira, si non ni uguta umwanya.

  3. Rugandiye

    Après ces manifestations, place au vrai travail d’investigation. Souhaitons que l’intégrité physique des membres de la commission d’enquête sera préservée par Bujumbura. Je laisse à chacun imaginer la suite des choses dans le cas contraire.

  4. Ntazizana

    Ibisaka birahiye!: Abishe mube murimba mwigera.

  5. BURKA

    J’ai juste trois choses à dire sur ces manifestations
    1. C’est génial ce que nous voyons. C’est comme Erdogan qui utilise les réseaux sociaux alors qu’il y avait une semaine, ils les renier. Depuis que le gouvernement a tué des centaines de manifestants et pousser d’autres à l’exil, le droit de manifester est devenu de plus en plus une réalité. Pourtant, si c’est contre-productif, puisque d’ici peu, ils vont manifester contre le même gouvernement.
    2. C’est aussi génial d’utiliser les instruments et les canaux qui répondent plus à la démocratie participative. A la seule différence que le gouvernement qui ne veut pas de ces résolutions n’a pas besoin de mobiliser des manifestants. Il peut bien fermer les frontières. La Corée du Nord est là, un bon modèle. Il faut donc chasser les diplomaties occidentales qui dérangent. Le gouvernement a le droit de choisir ses amis, pas ses ennemis. Parce que les ennemis ne dépendent pas que des passions, émotions, il y a d’autres variables pour en avoir.
    3. C’est génial aussi que la mobilisation dépasse l’entendement humain. On peut même forcer les gens à pleurer. Or cela relève de l’émotion extrême. Quand un gouvernement peut imposer les émotions, il ne reste que peu de chose.
    Comme on dit en Kirundi,  » Agasozi k’intumva kahiye abagabo babona: i.e. La colline ( par symbolisme: quelqu’un de puissant) qui ne veut écoute personne, s’est consumée à la vue des hommes ( sous entendu, personne n’est venu éteindre) ».
    Tous ces occidentaux qui critiquent, font des résolutions, ces « collines » pensent que c’est contre eux et leur pouvoir. Loin de là s’ils étaient mieux éclairés, ils verraient qu’ils cherchent leur salut.

    Bonne chance.

  6. Ntazizana

    None n’abo ba Experts mugomba « kubamesa »?
    Genda murahabona!

  7. Salmia Irikungoma

    Nkurunziza et ses acolytes ont toujours des discours pour se moquer des victimes de ces barbaries commis chaque jours par le Service de Renseignements National et la milice du pouvoir de Bujumbura (imbonerakure), appuyes par quelques militaires DD ainsi que l’administration, massacres, viols emprisonnements arbitraires et selectifs de l’ethnie tutsi, les hutus opposants de Nkurunziza et les militaires ex-FAB. Ils trouvent toujours des mots, quand les rivieres jonchent des cadavres, des disparus, exils, enlevements, massacres, viols etc… L’ONU, l’Union Africaine, la Communaute Internationale et les burundais doivent ne pas perdre du temps et continuer a ramener le pouvoir de Bujumbura,a la recherche de la paix, pour toute la population burundaise. Que les crimes commis au Burundi soient punis par les lois nationales et internationales. Que les tueries arretent dans tout le pays(le Burundi).

    • NTARUGERA

      Sous NKURUNZIZA et le Gouvernement du CNDD-FDD, le SNR (chargé normalement de faire du contre-espionnage) a remplacé la Justice. C’est SCANDALEUX…! On y arrête et on y détient des gens pour des « crimes » et « infractions » (qu’ils n’ont pas commis évidemment mais qu’on invente de toutes pièces à d’autres fins y compris extorsion de fonds) de droit commun. Le cas du viel homme d’affaire GIHAGA Gédéon est peut-être le plus récent en date. NKURIKIYE, le fameux porte-mensonge de la Police, ose dire haut et fort que cet homme d’affaire est détenu au SNR pour corruption et tentative d’assassinat (archifaux évidemment tout cela étant une fabrication et un montage qui cache d’autres buts). NKURIKIYE ne se rend même pas compte des énormités qu’il lance et qui vont lui coûter cher le jour J. La question qu’on lui posera ce jour J est très simple : depuis quand le SNR juge des cas de corruption et de tentative d’assassinat ? Et les parquets, dans tout cela, et le Procureur général de la République, que font-ils ? Quand je pense à aux bêtises et autres maladresses des gens qui nous gouvernent depuis 10 ans, j’ai purement et simplement honte et je me demande comment ils ont fait pour en arriver là… !

  8. RUGAMBA RUTAGANZWA

    Ces manifestants manipulés perdent vraiment leur temps. Les commanditaires des crimes que détaille le rapport des NU ont totalement échoué de démontrer le contraire des vérités contenues dans ce doument accablant. Ce n’est pas pour rien qu’en juillet 2016, la Ministre de la justice et la délégation qu’elle conduisait ont capitulé et fui la Suisse alors que la Commission des NU aux Droit de l’Homme leur posait des questions claires, concises et précises auxquelles ils ont eu peur de répondre et ont préféré faire l’école buissoniere puis quitté le pays. La seule réponse que les autorités du Burundi apportent aux allégations graves des NU ce sont les manifestations qui n’ont rien de spontané. Le ridicule ne tue pas.

  9. Salvator

    Retournez au travail les enfants! Le train est déjà en marche et ne s’arrêra qu’à La Haye à la CPI / ICC… J’ose espérer que, cette fois ci, le CNDD/FDD et ses partisans ne vont pas accuser Kigali et Kagame!

  10. Décidément, les manifestations vont au rythme des travaux des Nations Unies. Cela aurait été productif si les manifestants consacraient cette énergie aux travaux de développement, aux activités normalement visant le bien-être social, l’autosuffisance alimentaire, la paix et la sécurité pour tous. La résolution d’un problème ne peut être effective que lorsqu’elle l’attaque par les racines et non par la surface. Et la racine n’est pas aux Nations Unies mais au Burundi. Cherchez au Burundi et cessez de bruiter, enfin, j’espère que tous sont loin de cette comparaison mais ils donnent l’impression du contraire. Et dire que la résolution est hors-la loi car la Chine et la Russie, deux monstres planétaires pour ce qui est de la prédation des droits humains, ne l’ont pas votée confirme mon inquiétude. Ici ce n’est pas le Conseil de Sécurité et on se rend compte comment ce dernier rayonne des mirages au dessus du Burundi pour cause de ces deux géants célèbres par leur tyrannie. Ici il s’agit du Conseil des droits de l’Homme. Le programme de l’Ecole Fondamentale devrait inclure un cours de Culture Générale dont l’un des chapitres serait « Les Nations Unies » afin de lutter contre l’inculture et l’ignorance de nos compatriotes.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 3 908 users online