Économie

Bujumbura mairie : les commerçants ambulants en détresse

18/08/2017 Parfait Gahama 2

Les autorités municipales ont interdit le commerce ambulant au centre-ville de Bujumbura, depuis juillet dernier. Les concernés dénoncent une décision injuste.

Des commerçants ambulants dans une réunion avec leurs représentants

«La mairie nous empêche de travailler alors que nous avons des documents qui nous autorisent à exercer librement notre métier dans la capitale», se plaint N.K., commerçant ambulant au centre-ville.

La loi burundaise autorise le commerce ambulant sur tout le territoire national. «Chose curieuse, ceci n’est pas le cas en mairie de Bujumbura. Les policiers empêchent systématiquement les commerçants ambulants d’accéder au centre-ville.»

Un autre commerçant ambulant accuse les autorités municipales de s’en prendre aux petits marchands : «La mairie nous demande de nous organiser alors que nous avons une association de commerçants ambulants.» Aujourd’hui, il se plaint que la police rende les commerçants ambulants responsables de l’insécurité qui prévalait il y a quelques mois. Il signale qu’auparavant la police leur exigeait les documents les autorisant à exercer comme des commerçants ambulants.

S. H., un autre commerçant ambulant, reproche à certains policiers de les arrêter même dans les quartiers périphériques. «J’ai été arrêté à Buyenzi et j’ai passé 4 jours en prison.» Pour être relâché, les policiers lui ont exigé une somme de dix mille Fbu. «Ce qui me fait mal, c’est que je n’ai pas pu récupérer mes marchandises, mon unique gagne-pain.»

Pour avoir l’extrait du registre de commerce ambulant, il indique avoir dépensé 40 mille Fbu. Et de préciser qu’il a dû renoncer à son métier par peur d’être arrêté encore une fois.

«Les autorités municipales ne veulent plus les commerçants ambulants. Ils ont interdit les administrateurs communaux à octroyer des extraits du registre de commerce.» Il révèle que sur chaque extrait délivré, la commune perçoit cinq mille Fbu pour un document gratuit. Notre source estime le nombre de commerçants ambulants à 800 personnes.

«Le port du gilet et des badges ne suffit pas»

Pierre Nkurikiye, porte-parole du ministère de la Sécurité publique, conteste les accusations de ces commerçants ambulants. «La police n’a pas interdit le commerce ambulant en mairie de Bujumbura.»

Selon lui, elle a tout simplement restreint leur espace. «Désormais, les commerçants ambulants n’ont pas accès au centre-ville.» Pour des raisons de sécurité, la police ne veut pas qu’ils encombrent le centre-ville.

Ceci pourrait gêner les autres activités et pourrait être également à l’origine de l’insécurité. «Le port de badges et de gilet ne suffit pas.» Du reste, il avoue que les commerçants ont le droit d’exercer leur métier partout en dehors du périmètre interdit.

De son côté, Freddy Mbonimpa, maire de la ville de Bujumbura, reconnaît que c’est pour des raisons de sécurité que le commerce ambulant a été suspendu. «Cette décision a été prise suite aux recommandations du conseil national de sécurité (CNS).» Ce dernier a suggéré à la mairie et au ministère du Commerce de gérer cette activité au sein des comités mixtes de sécurité. Cette suspension est de trois mois.

Aimable Nkezumwami, assistant du ministre du Commerce, n’est pas du même avis que le maire : «Le CNS n’a jamais informé le ministère du Commerce de cette suspension.»

Le CNS avait recommandé seulement à ce ministère de trouver un endroit adéquat pour les vendeuses de fruits et de légumes qui écoulaient leurs produits aux alentours de l’ancien marché central de Bujumbura.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Stan Siyomana

    “perimetre interdit”
    C’est ce que les economistes appelent barriere (a l’entree d’un marche)/barrier to entry.
    1. Definition: Obstacle de caractere reglementaire, economique, financier ou technologique QUI REND DIFFICILE L’ENTREE DE NOUVELLES ENTREPRISES SUR LE MARCHE.
    (Voir http://www.mercator-publicitor.fr).
    2. “Often, existing firms within an industry lobby for the government to erect new barriers to entry. Ostensibly, this is done to protect the integrity of the industry and prevent fly-by-night operations from setting up shop AND HAWKING INFERIOR PRODUCTS…”
    (Voir Barriers to entry. http://www.investopedia.com).

  2. NKINA

    Un internaute a écrit ceci et je le partage avec vous :
     MUJI
    Avec le désengorgement du monde rural, les centres urbains vont connaître des défis majeurs de gestion urbaine. Il est grand temps de se pencher à cette question pour anticiper le problème. Les ministères concernés devraient réunir les professionnels de l’aménagement urbain, de l’architecture, des voiries et réseaux divers pour une mise en place des outils de gestion urbaine et en faire une réglementation pour toute personne s’installant en milieu urbain. On ne vit pas, on habite pas les villes comme si on était dans le monde rural.
    http://www.arib.info/index.php?option=com_content&task=view&id=16973&Itemid=1

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

En aval et en amont

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur En aval et en amont

« Trois familles menacent de regagner l’exil. » C’est le titre d’un article du correspondant d’Iwacu à Rumonge. La Cour spéciale des terres et autres biens vient de donner gain de cause à un résident au cours d’un procès foncier (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 268 users online