Jeudi 01 décembre 2022

Société

Buganda/RN5 : La circulation perturbée suite aux éboulements

16/11/2022 0
Buganda/RN5 : La circulation perturbée suite aux éboulements
Un engin débloque la RN5 coupée par des éboulements

La circulation sur la RN5 reliant la province Cibitoke au nord-ouest du pays et la ville de Bujumbura a été perturbée, le matin de ce 15 novembre, au niveau de la colline Nyamitanga en commune Buganda de la même province suite aux éboulements de terrain. La population suggère la construction des caniveaux et buses dans cette partie de la route.

Suite aux fortes pluies de la nuit dernière, les ruissellements venus des montagnes surplombant la RN5 ont amené des boues qui se sont entassées dans la route. Suite au manque des caniveaux et des buses, des eaux stagnent aussi dans la rue. La circulation est presque coupée. Un mécontentement chez les passagers.

A 10 heures ce 15 novembre, un engin envoyé par l’administration essaie d’évacuer les boues dans la rue. Des administratifs, des militaires et des policiers supervisent les activités. Des files de véhicules s’observent de part et d’autre de l’endroit où ces éboulements sont survenus. Parmi eux, des véhicules transportant des passagers vers la République démocratique du Congo en passant par le Rwanda.

Des chauffeurs regrettent que la circulation sur cette route nationale soit souvent perturbée par les éboulements pendant la saison pluvieuse : « La situation est la même chaque année. C’est déplorable que rien n’est jusqu’ici fait pour trouver une solution durable. Nous perdons beaucoup de temps ici ».

Pour un habitant de cette colline de Nyamitanga, ces entassements de boues détruisent cette route, en plus de perturber la circulation. Il trouve que cette route fera toujours face aux éboulements tant que des solutions durables ne soient pas encore trouvées : « L’évacuation des boues n’est qu’une solution pour une période très limitée. S’il pleut cet après-midi ou le lendemain, la situation sera la même, car ces eaux et boues n’ont pas de passage pour traverser la route ».

Et de fustiger que la construction de cette route n’ait pas envisagé des moyens pour maîtriser des éboulements provenant des montagnes riveraines. Comme solution durable, il propose la construction des caniveaux et des buses dans cette partie de la RN5.

« Au niveau de la commune, nous ne pouvons que débloquer la route pour que la circulation reprenne, quand ces éboulements surviennent », indique Pamphile Hakizimana, administrateur de la commune Buganda. Il espère que cette route sera, un jour, réaménagée.

RN5

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Je suis Misago. Ou presque

Après sa tribulation, sa réapparition, lundi 21 novembre vers midi après deux jours d’inquiétude, suivi d’une sorte d’arrestation par des agents du Service national de renseignements (SNR) dans les montagnes ’’sacrées’’ de Magara, devenues un lieu de pèlerinage pour quelques (…)

Online Users

Total 1 995 users online