Les billets d'Antoine Kaburahe

BILLET/ Le droit à une seconde chance

04/12/2019 Antoine Kaburahe Commentaires fermés sur BILLET/ Le droit à une seconde chance
BILLET/ Le droit à une seconde chance

Tout d’abord, une précision : je ne suis pas membre du parti CDP et je ne suis pas non plus l’avocat ou le porte-parole de M. Anicet Niyonkuru. Peut-être que mon point de vue va me faire paraître naïf, tant pis, je vais l’exprimer quand même.

Un article du journal « Le Témoin Nyabusorongo » dont M. Niyonkuru était directeur des publications circule sur les réseaux sociaux. L’article évoque notamment le terrible massacre de Kibimba où des lycéens ont été brûlés vifs. Je ne reviendrais pas sur les propos tenus dans cet article. Ils sont nauséabonds, inhumains, indignes.

Aujourd’hui, M. Niyonkuru est à la tête d’un parti politique qui prône le changement. Le CDP affirme militer pour une société « apaisée, réconciliée. » Ne faudrait-il pas, sans oublier le passé, laisser une seconde chance à M. Niyonkuru ? La question mérite d’être posée.
26 ans après cet article aujourd’hui exhumé des archives, est-ce que M. Niyonkuru n’a pas changé ? Je m’interroge…

Au-delà de cet article, que je condamne bien entendu, une grave question nous est posée. L’homme change toujours. En bien ou en mal. Faut-il enfermer M. Niyonkuru sur ce qu’il écrivait en 1993, le réduire à son passé ? Est-ce que l’on ne pourrait pas croire au changement, lui accorder le droit à la rédemption et le juger à travers cette politique de réconciliation qu’il prône aujourd’hui ? Bref, le juger sur ce qu’il propose aujourd’hui aux Burundais .

Je ne vais pas m’aventurer sur des considérations religieuses, qui relèvent de la foi de chacun. Il faut « pardonner celui qui nous offense », enseignent plusieurs religions. Mais plus encore, pour avancer vers un meilleur vivre-ensemble, je pense qu’il faut se dépasser, essayer de briser le cycle des haines qui pourrit notre présent et compromet notre avenir. Le pardon n’est pas une faiblesse, c’est même une force. Le pardon permet d’avancer. Il faut « oublier ce qu’il faut oublier », comme chantait Jacques Brel.

Cela dit, je ne sais pas ce qu’en pense le principal intéressé…

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Chose promise, chose due. Depuis la prestation de serment des ministres du nouveau gouvernement, le Président Evariste Ndayishimiye s’est engagé à combattre résolument la pandémie du coronavirus, « le plus grand ennemi du peuple burundais ». A peine une semaine (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 381 users online