Les billets d'Antoine Kaburahe

La lettre à Dylan

31/10/2019 Antoine Kaburahe Commentaires fermés sur La lettre à Dylan
La lettre à Dylan

Ce matin en allant à Bubanza, Abbas Mbazumutima , journaliste chevronné, près de 20 ans au compteur, était très optimiste. Dès l’annonce de l’incarcération de nos collègues, Abbas s’est proposé de se rendre tous les jours à Bubanza.

Personne n’a osé lui refuser ce « privilège ». La prison, Abbas il connaît. Il y’a quelques années, journaliste à la radio Bonesha, il y a goûté pour avoir donné la parole à la rébellion armée. Pour le pouvoir de l’époque, parler avec les « tribalo terroristes génocidaires » ou pour reprendre la terminologie de l’époque,« inyankaburundi », ( les ennemis de la Nation) était de «  l’intelligence avec l’ennemi ». Un crime.

Cette expérience l’a marqué. Abbas est devenu depuis lors sensible à l’emprisonnement des journalistes. Il se rend presque religieusement tous les jours à Bubanza pour couvrir l’incarcération de nos collègues.

Ce matin, en partant à Bubanza, mon ami était optimiste. Il se voyait peut -être retourner à Bujumbura avec nos quatre collègues et leur chauffeur. Il y ‘a eu alors cette douche froide, vers 13 heures. Cette décision de maintenir l’équipe d’Iwacu en détention…

Ce soir, Abbas m’a appelé pour me dire qu’il est rentré avec une lettre d’Agnès. Pour la première fois, j’ai senti Abbas notre roc fendillé. Abbas le « dur », je l’ai entendu, la voix cassée. « Comment vais-je donner cette lettre au fils d’Agnès, Dylan ? Qu’est-ce que je vais lui dire ? » Je ne savais pas quoi répondre.

Ce soir Abbas, lui-même père de famille, va remettre une enveloppe bleue à un garçon de 9 ans qui n’a plus vu sa maman depuis 10 jours. Et puis, qu’est-ce qu’une maman en prison peut écrire à un gamin d’un tel âge ? Personne ne sait. Peut-être qu’ Agnès, de sa petite belle écriture a dessiné un cœur à son fils, quelques mots…

Ce soir, Abbas qui a traversé tant de zones de guerre a du mal à transmettre une simple enveloppe bleue, venue de la prison de Bubanza.

Et si Dylan lui demandait : « Où est maman ? »

C’est vrai, personne n’aimerait être à la place d’Abbas, ce soir…

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Le 25 septembre, le chef de l’Etat anime une conférence publique. La date coïncide avec la période des 100 premiers jours du général-major Evariste Ndayishimiye à la tête du pays des mille et une collines, le Burundi. Très scrutée, cette (…)

Le Burundi en données

IWACU Open Data

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 892 users online