Jeudi 15 avril 2021

Les billets d'Antoine Kaburahe

Billet – Cette unité qui ne se fête pas

05/02/2021 Commentaires fermés sur Billet – Cette unité qui ne se fête pas
Billet – Cette unité qui ne se fête pas
Monument de l’unité

Par Antoine Kaburahe

Il y a eu le « gouvernement de l’unité », « le monument de l’unité », « l’hymne de l’unité » et même… « Le sport de l’unité ». Aujourd’hui, certains de nos concitoyens se moquent de ces symboles qui paraissent parfois naïfs.

Pour ma part, je crois dans la force des symboles. Ainsi, l’histoire retient la poignée de main entre Mitterrand et Kohl le 22 septembre 1984, près de Verdun. Une poignée qui n’effaçait pas Oradour-sur Glane, Vichy , les crimes et trahisons de Papon et autres collabos. Les larmes qui dégoulinaient sur le visage ému d’un Helmut Kohl parlent plus que tous les traités.

Au Burundi, quand « le gouvernement de  l’unité » a été mis en place , pour les uns c’était un « soporifique », c’était « trop peu et trop tard ». Pour d’autres, c’était une politique « dangereuse » qui allait mener au « désastre. » Comme si le statu quo était une option salutaire.

On peut comprendre les peurs et les ressentiments des uns et des autres. Les Burundais nous venions de loin. Mais il faut toujours partir de quelque part.

Mais je voudrais parler de cette autre « unité », celle dont on parle peu, parce que justement il n’y a rien à dire.

Celle de ces jeunes qui s’unissent, guidés seulement par l’amour, au-delà des origines. Celle de l’entraide qui se vit au quotidien, sans questionnement. Celle des hommes qui, faute d’ambulance, se relaient pour transporter dans nos campagnes un malade sur « Inderuzo », le brancard traditionnel. Les porteurs ne s’interrogent pas sur l’identité du malade. Ils font ce qu’ils doivent faire.

Certes, on peut ériger des monuments, décider des quotas ethniques et autres pourcentages dans les représentations politiques, etc. C’est important. Mais tout cela est vain quand on ne peut pas simplement vivre l’unité dans son cœur et dans sa vie de tous les jours. Et cela ne peut être le fruit d’une quelconque charte de l’unité. C’est une démarche personnelle.

Voilà, cela semble naïf, mais les Burundais sont nombreux à vivre cette unité-là. Celle qui ne se fête pas, car elle va de soi.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Hippocrate au secours !

« Dans toute maison où je serai appelé, je n’entrerai que pour le bien des malades. » Cet extrait du serment d’Hippocrate « échappe » à certains praticiens du corps soignant. Iwacu a mené une enquête en rapport avec le traitement des patients dans (…)

Online Users

Total 1 134 users online