Samedi 24 février 2024

Économie

BAD-Bancobu : Approbation d’une facilité de garantie des transactions de financement du commerce

19/04/2023 Commentaires fermés sur BAD-Bancobu : Approbation d’une facilité de garantie des transactions de financement du commerce
BAD-Bancobu : Approbation d’une facilité de garantie des transactions de financement du commerce
La BAD a approuvé une facilité de garantie des transactions de financement du commerce en faveur de la Bancobu

Le conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé une facilité de garantie des transactions de financement du commerce en faveur de la Banque commerciale du Burundi (Bancobu).

« En capitalisant sur l’empreinte stratégique de la Bancobu dans le pays, cet instrument apportera un soutien aux petites et moyennes entreprises (PME) et aux sociétés locales, afin de faciliter la satisfaction de leurs besoins en matière de financement du commerce d’importation et d’exportation », indique la BAD.

Nnenna Nwabufo, directrice générale pour l’Afrique de l’Est de la BAD, a souligné le besoin crucial d’un tel soutien sur le continent.« Nous nous réjouissons de ce partenariat qui permettra à la Bancobu d’accroître son soutien au financement du commerce dans des secteurs critiques de l’économie burundaise grâce à l’allègement du besoin en capital fourni par la garantie de transaction. »

Selon la BAD, le manque de lignes de crédit adéquates de la part des banques internationales de confirmation a entravé la capacité de la Bancobu à soutenir ses clients. D’après cette institution, cette facilité soutiendra l’importation des produits dont le Burundi a besoin pour relancer ses secteurs agricole et manufacturier.

Que gagne le citoyen lambda ?

« Ce sont des garanties offertes à des institutions bancaires ou financières, en vue de leur faciliter d’octroyer des crédits lorsque les demandeurs de crédits ne disposent pas de garanties suffisantes », explique l’économiste André Nikwigize. Dans le temps, poursuit-il, le Burundi disposait d’une institution nationale de garantie aux crédits accordés par les banques commerciales à savoir le Fonds National de Garantie. « Cette institution n’existe plus. »

Selon cet économiste, la facilité accordée par la BAD permettra à la Bancobu d’accorder des crédits aux petites et moyennes entreprises, essentiellement, pour l’importation des engrais, des produits pharmaceutiques, des panneaux solaires, des machines agricoles et autres biens intermédiaires, dont le Burundi aura besoin pour la relance de l’agriculture et de l’industrie. « Ce n’est pas un financement, mais, plutôt, une garantie qui permettra à la Bancobu d’accorder des crédits aux entreprises ne disposant pas suffisamment de garanties à présenter. En cas de défaillance, la garantie interviendra. »

D’après M. Nikwigize, la BAD avait annoncé, le 12 avril 2023, qu’elle va mobiliser 4 millions de USD pour permettre au Burundi d’acheter d’urgence 3000 tonnes d’engrais, pour la prochaine campagne agricole dont la première phase commence en mai 2023.

« Lors de la mission du ministre des Finances du Burundi à Abidjan, le 7 avril 2023, il avait sollicité une aide de la BAD pour la fourniture d’engrais dont les besoins étaient estimés à 145.000 tonnes. Le président de la Banque a indiqué que des possibilités existaient de mobiliser d’autres financements d’engrais dans le cadre du Mécanisme africain de financement du développement des engrais, un fonds spécial géré par le Groupe de la Banque. » Il a également indiqué que la Banque appuiera les démarches du Burundi pour explorer les possibilités existantes en matière d’acquisition d’engrais auprès d’autres organismes internationaux tel que le Programme alimentaire mondial.

« Il a encouragé le gouvernement du Burundi à poursuivre les réformes dans le secteur des engrais, notamment, la mise en place du système de « porte-monnaie électronique (e-wallet) » pour plus de transparence dans la distribution d’engrais aux bénéficiaires. » André Nukwigize fait savoir que d’autres programmes sont en discussion avec la BAD, notamment, dans l’appui au financement du Pacte du Burundi pour l’alimentation et l’agriculture, le renforcement du rôle des femmes et des jeunes, et l’investissement dans les infrastructures.
« Puissent ces réformes à venir permettre au Burundi de sortir du marasme économique dans lequel il se trouve aujourd’hui. Et surtout que la corruption, la mauvaise gestion des ressources publiques, qui minent le pays soient sérieusement combattues avec succès pour, enfin, sortir le Burundi de l’extrême pauvreté, et retrouver la voie de la relance économique. »

BAD

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 1 636 users online