Mardi 18 juin 2024

Société

Avec le transport en commun, c’est le découragement total ou presque

07/05/2024 Commentaires fermés sur Avec le transport en commun, c’est le découragement total ou presque
Avec le transport en commun, c’est le découragement total ou presque
A la guerre comme à la guerre.

Dans la capitale économique Bujumbura, il s’observe un manque criant des bus de transport en commun. Ce qui plonge les usagers dans un état de désarroi quotidien. Détresse, lamentations et inquiétudes se mêlent.

Dans l’avant midi du lundi 6 mai 2024, au centre de ville de Bujumbura, les parkings desservant le nord et le sud de la capitale économique sont presque déserts. Des files de personnes s’étirent le long des arrêts de bus, leurs regards fixés avec anxiété puisque qu’elles attendent désespérément l’arrivée d’un moyen de transport. Les minutes semblent s’étirer à l’infini.

« Comment puis-je subvenir aux besoins de ma famille lorsque je lutte simplement pour me rendre au travail ? Le matin, il est impossible de se déplacer en ville avec moins de 3 000FBu comme frais de transport. Avec mon salaire de misère, la situation est désolante », se lamente une femme qui attendait un bus depuis plus d’une heure.

À côté d’elle, un homme d’affaires secoue la tête avec dépit. « Ces retards me coûtent chers. Je rate des opportunités importantes. Par exemple, je devais être à Ruziba à 9 h pour mes affaires, mais regarde, il est 10 h 30. Comment pouvons-nous prospérer économiquement si nous ne pouvons même pas nous déplacer? Je suis fatigué de cette vie ».

Le prénommé Jean qui se rend à l’université Lumière, campus Mutanga, observe avec désespoir la situation. Il regarde sa montre et s’aperçoit qu’il est déjà en retard pour son cours. « Je ne peux même pas prendre un taxi. C’est au-dessus de mes moyens. Il n’y a pas d’avenir dans notre pays » dit-il.

La crise du transport en commun paralyse non seulement les déplacements physiques, mais assombrit également les cœurs et les esprits des habitants de Bujumbura. Chaque jour apporte son lot de frustration et de désillusions si bien que certaines personnes ne croient plus en un avenir meilleur.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Séance terminée, on rentre à pied !

Bon gré mal gré, la pénurie de carburant s’invite à l’hémicycle de Kigobe. Une courte vidéo fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux. En pleine séance, un député a rappelé à ses collègues de penser à ceux qui rentrent (…)

Online Users

Total 2 656 users online