Mercredi 29 mai 2024

Économie

Assurances au Burundi: l’IBAB accueille la deuxième conférence régionale des courtiers d’assurance de l’EAC

03/03/2023 Commentaires fermés sur Assurances au Burundi: l’IBAB accueille la deuxième conférence régionale des courtiers d’assurance de l’EAC
Assurances au Burundi: l’IBAB accueille la deuxième conférence régionale des courtiers d’assurance de l’EAC
Abdul Salum Rucekeri, Président de l'East African Insurance Brokers Associations (EAIBA) et Insurance Brokers Association of Burundi (IBAB)

Courtiers d’Assurance, assureurs et réassureurs opérant dans les pays membres de la Communauté des Etats de de l’Afrique de l’Est s’étaient donnés rendez-vous ce vendredi 17 Février 2023 à l’hôtel Kiriri Garden dans la capitale économique du Burundi. Objectif : réfléchir en profondeur sur le rôle et la place du courtier dans l’avenir du secteur d’assurance au Burundi et dans la région.

Les délégués en provenance de la Tanzanie, du Kenya, de l’Ouganda et du Rwanda ont été accueillis par Abdul Salum Rucekeri, Président de l’IBAB. « Nous sommes ravis d’avoir des professionnels de l’industrie du courtage et nos amis qui interviennent dans le secteur avec nous à Bujumbura », susurrera-t-il dans son mot d’accueil.

Abdul Salum Rucekeri qui tient officiellement, depuis la veille de l’évènement, les rênes de l’instance faitière du courtage d’assurance au sein de l’EAC, l’EAIBA, a invité ses hôtes à profiter de tout ce que Bujumbura a à offrir, y compris la plage du Tanganyika, la nourriture, en particulier le mukeke et tant d’autres richesses culturelles, touristiques et culinaires de la principale ville du Burundi. Il tiendra surtout à les inviter à investir au Burundi, pays qui présente plusieurs opportunités économiques surtout dans le secteur des assurances qui est un domaine « presque vierge ».

Dans son discours d’ouverture officielle de l’événement, Iradukunda Jean Marie, chef d’inspection des assurances à l’ARCA (Agence de Régulation et de Contrôle des Assurances) au Burundi indiquera : « Cette conférence est un évènement de grande ampleur dans le sens où elle offre une excellente opportunité aux professionnels de ce secteur, pour discuter, analyser et décider des voies et moyens afin de doubler le chiffre d’affaires actuel du secteur et d’atteindre un taux de pénétration des assurances au Burundi de 1,6 % d’ici 2030. Nous nous situons aujourd’hui à 1,2 %. »

Isaac Nzotungicimpaye à la tête de Shoka Solutions, une société spécialisée dans le coaching d’affaires, dans son exposé sur « le rôle et la place du courtier dans l’avenir des assurances au Burundi », déclarera : « On doit reconnaitre l’évidence : les solutions efficaces pour accroître la pénétration des services d’assurance au Burundi doivent être étayées par une collaboration forte et solide entre les courtiers d’assurance, les assureurs et les gouvernements locaux. »

Il rappellera ensuite le rôle des courtiers d’assurance dans l’expansion du taux de pénétration de l’assurance au Burundi : « Leur rôle est vital : ils sont là pour informer, protéger et rassurer, ils sont les véritables market-maker de par leur compréhension des besoins des assureurs sur le marché. Ils sont là pour combler le manque de connaissance des clients potentiels et les convaincre de souscrire une assurance. Pour cela ils doivent expliquer le fonctionnement, et les principes de base de l’assurance parce que la méconnaissance par rapport aux mécanismes de fonctionnement des assurances conduit à un faible taux de ceux qui souscrivent à une assurance.»

Selon Kévin Rwasa, responsable du département des statistiques à l’Agence de Régulation et de Contrôle des Assurances au Burundi, ARCA en sigle, le développement de la qualité de prestation de services dans ce secteur bénéficierait grandement de la mise en place d’un institut de formation en assurance au Burundi. Il informera que depuis 2017, seulement moins de 10% des revenus du secteur des assurances proviennent des courtiers : « Vous devez encore faire plus d’efforts pour assumer le rôle qui est le vôtre dans le développement de l’assurance au Burundi. »

«Le courtier n’est pas un concurrent de l’assureur mais son partenaire»
Jean Pierre Mubiligi, Président de l’association des courtiers d’assurance du Rwanda partagera son expérience lors de leurs débuts comme courtiers d’assurance au Rwanda : « Avant, les assureurs nous considéraient comme une menace mais aujourd’hui ils savent qu’il n’y a pas de succès pour le secteur sans le courtier» soutient-il.

Point de vue que soutient par ailleurs Jean Paul Roux, Conseiller de direction ASCOMA : « Je ne comprends pas qu’on dise que l’assureur est en concurrence avec le courtier. Non. Jamais. Nous sommes tous complémentaires et travaillons pour le développement de ce secteur afin de mieux servir le client. Nous devons travailler main dans la main pour améliorer l’image de marque du secteur d’assurance au Burundi.»

Passer à la digitalisation des services, plus qu’une nécessité

Au cours des échanges, les participants souligneront la nécessité du secteur des assurances de l’EAC à rester compétitif sur le marché global face aux défis que pose la mondialisation rapide et les progrès technologiques ainsi que les mutations économiques qui imposent le passage à la digitalisation.

Jean Pierre Mubiligi fera observe que la présence des assureurs de plus en plus remarquées sur les canaux digitaux – leur donnant du coup la possibilité de discuter directement avec le client sans l’intermédiaire d’un courtier – rebat les cartes dans le secteur et doit interpeller les courtiers d’assurances à se remettre profondément en question et à réfléchir aux nouvelles stratégies pour faire comprendre la pertinence de leurs métiers. « On peut toujours souscrire à une assurance grâce à l’internet, mais à l’absence d’un courtier pour l’assister, la situation sera peut-être plus compliquée pour l’assuré lors d’un événement malheur.»

Pour Parfait Mpundu, expert en digitalisation financière, cadre à la BANCOBU, l’avenir des assurances est dans le digital : « Les professionnels de l’assurance doivent saisir la tendance en donnant la priorité à l’innovation et à la numérisation comme domaines clés de la croissance future. Vous devez investir dans les applications numériques car elles offrent aux compagnies d’assurance une fenêtre de visibilité sur le marché et un lieu de connexion avec les clients. »

Amir Kiwanda, prédécesseur d’Abdul Salum Rucekeri à la tête de l’EAIBA et Président actuel de la Tanzanian Insurance Brokers Association, TIBA, salue le succès de l’IBAB en organisant cette conférence pour la deuxième fois consécutive. Il a ensuite rappelé que des espaces de cette nature afin d’amener les courtiers d’assurance de l’EAC ensemble pour réfléchir sur les dynamique d’évolution de leur métier est une des principales priorités de l’EAIBA.

La première conférence régionale de l’IBAB avait eu lieu au mois de février 2022, sous le thème : « Rassemblons les acteurs de l’industrie de l’assurance ».

Rappelons que selon les chiffres de l’ARCA, 32% était l’apport des sociétés de courtage dans les primes émises par les entreprises d’assurances Non Vie tandis qu’il était seulement de 9,2% pour les entreprises d’assurances Vie, pour l’année 2020.

Quelques photos de la 2ème Conférence annuelle régionale

Membres D’Insurance Brokers Association of Burundi

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La Crédibilité de la Ceni en Jeu

Le train des élections de 2025 (communales et législatives) et de 2027 (présidentielles) est déjà en marche. La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) se dit à l’œuvre. Depuis février, elle a déjà mené plusieurs activités. Le nouveau Code Électoral a (…)

Online Users

Total 5 964 users online