Politique

Arusha II : tentative d’arrestation d’un membre du Mouvement Halte au 3ème Mandat

12/07/2016 Abbas Mbazumutima 15
Me Armel Niyongere lors d’une manifestation
Me Armel Niyongere lors d’une manifestation

Selon des sources concordantes, Me Armel Niyongere, président d’ACAT Burundi, convié au deuxième round du dialogue inter-burundais a failli se faire arrêter ce mardi 12 juillet dans l’après-midi à Arusha par des éléments de la police tanzanienne.

C’est son collègue, Pacifique Nininahazwe, président du Focode, également invité à Arusha qui a donné l’alerte sur son compte Twitter. «Le président d’ACAT, Me Armel Niyongere vient d’échapper à une tentative d’arrestation devant sa chambre d’hôtel». Il affirme être lui aussi dans le collimateur.

La présence de ces deux ténors du Mouvement Halte au 3ème Mandat dans la salle où les cérémonies d’ouverture de cette session devaient se dérouler, a exaspéré la délégation gouvernementale et celle du Cndd-Fdd.

Par un tweet de Willy Nyamitwe, conseiller principal en communication du président de la République, elles ont dénoncé la participation de ces ’’personae non gratae’’ à cette session du dialogue inter-burundais.

«La délégation du gouvernement est surprise que la facilitation ait invité des individus sous mandat d’arrêt international. Jean Minani, Pacifique Nininahazwe et Armel Niyongere sont poursuivis par la justice et ne peuvent pas être conviés à ce dialogue», a-t-il protesté.
Sur son compte Twitter, Me Armel Niyongere se défend : «Je viens d’apprendre que la tentative de mon arrestation serait liée au dossier déposé à la CPI contre certaines autorités burundaises».

Et ce n’est pas tout, le président d’ACAT-Burundi affirme qu’il a été convié à ce round du dialogue inter-burundais en bonne et due forme : «Mensonge, j’étais invité et j’avais un badge enregistré sous mon nom portant le numéro 063». C’est au moment où certaines sources affirmaient que ’’Me Armel Niyongere portait le badge de Pierre-Claver Mbonimpa’’ et qu’il était poursuivi pour ’’imposture’’ et qu’une décision de l’expulser était envisageable.

Forum des lecteurs d'Iwacu

15 réactions
  1. Budangwa Mariya

    @J.Pierre
    Qui est plus criminel entre Nkurunziza et Buyoya?

  2. Jupi

    Quelle police?

  3. Albert Tanganyika

    Ça sent du sabotage.
    Pensez A Karegeya et d’un ancien ministre Rwandais A Nairobi.
    A la Tanzanie d’etre vigilante. Tout peut arriver pour saboter les efforts
    des burundais. On vient de tuer Hafssa Mossi pour montrer au niveau
    international que la guerre fait rage au Burundi. Turazinanye.
    Apres le genocide de l’EST du Congo, c’est le tour des assassinats des Burundais
    d’origine congolaise.

  4. KANYANA Libérate

    MUKAPA B fait honte. Il était présent le jour de la signature des accords d’Arusha le 28/08/2000, il a suivi tout le processus jusqu’à la signature. Pourquoi il ne peut pas dire la vérité et dénoncer le violeur des accords d’ARUSHA, Mr Pierre NKURUNZIZA.
    Sinon azoba acitse umugabo niryo nkabandi. Je ne m’imagine pas que Mandela aurait fait silence à la violation des accords qu’il a supervisé.

  5. Karabona

    Si c’est vous qui parlez de “justice”, cela fait un peu peur, qu’entendez-vous par “Justice” exactement, Mr Micombero, qu’ils soient lacérés aux câbles électriques, perforés par des barres d’acier, frappés à coups de marteau, brûlés au plastique fondu, laissés pour morts dans les geôles du Service national de renseignement ou avez-vous encore d’autres délicatesses à nous faire connaître

  6. Micombero

    Ces politiciens(Armel et Pacifique) ont ordonné les sans echecs de bruler les jeunes du Parti au Pouvoir à Nyakabiga. A cet effet, la Justice doit faire son travail.

  7. Bakari

    @Salmia Irikungoma
    “..nibo bogufatwa bagahanwa n’isi yose..”

    Mbe isi irafise Leta iyitwara?
    Reka kwiha amenyo y’abatwenzi! Kuri iyi si n’ukwimenya!
    Yaco muba mwifata nk’umukondo w’isi!
    Ababazi ni bake cane! Urasimbira muri ivyo bihugu bibanyi wirabire!
    N’aho muri Kongo-Brazza umunyagihugu asanzwe ntazi ic’arico Bujumbura!

  8. MAYUGI

    Méfiez-vous de cette Tanzanie qui est de mèche avec le pouvoir burundais. Nkurunziza n’a-t-il pas participer aux pourparlers alors qui était condamné par le régime Buyoya?!

  9. Maya

    Si Me Niyongere sait qu’il est innocent se cache-t-il? Il accepterait de répondre à la police et s’il prouvait que son inculpation n’est pas fondée ça lui donnerais plus raison!

  10. Kabingo Dora

    Selon certaines sources à l’intérieur du parti au pouvoir , des assassinats pourraient même être commis contre les membres de l’opposition présents à Arusha, Donc prenez garde.

  11. J.Pierre

    Il faut que tous les opposants se preparent a quitter les negociations au cas ou il arrive quelque chose a ces membres de la societe civile ou les membres du CNARED. Mukapa devra demissionner aussi. Entre l’opposition et le gouvernement qui a commis beaucoup de crimes par rapport a l’autre ? Tout le monde y compris Mukapa lui-meme sait bien que c’est le gouvernement qui endeuille le Pays depuis Avril 2015. Pourquoi ces membres du gouvernements et leur branches auraient les faveurs de se choisir les dates, les gens a negocier avec , chasser des negociations ceux qu’ ils n’aiment pas. Que Mukapa jette un coup d’oeil sur les differents rapports des organisations des droits de l’homme sur tous les maux en cours depuis que Nkurunziza a viole les lois pour savoir qui est plus criminel que l’autre entre le gouvernement , le CNARED et les membres de la societe civile. Ce n’est pas la presence de ces opposants qui fait peur au gouvernement, c’est ceux qu’ils vont dire qui les fait perdre la tete.

  12. Bados

    Pole sana mujicunge uko !!

  13. CausePerdue

    Tout est question de préparation. On ne peux pas se présenter dans des discussions sans connaître au préalable l’interlocuteur en face. Peu importe le sujet de la discussion, on se prépare en fonction de celui qu’on va affronter.

    De mon point de vie, il s’agit d’une stratégie non productive.

    – Annoncer qu’on ne sera pas là alors qu’on est redouté et craint, cela crée une crispation du côté de ceux qui s’attendaient, et s’étaient préparé, à ce que vous ne soyez pas présent;

    – Annoncer qu’on sera là et qu’on ne se présente pas, c’est trahir l’hôte qui a invité;

    – Se présenter alors qu’on n’est pas invité à une rencontre qui requiert une invitation, c’est un manque de respect et pour l’hôte, et pour ses invités, et tout le monde;

    – Se présenter alors qu’on n’est pas invité à une place, une activité ou un événement qui requièrent une invitation, c’est une attitude de défiance face à l’autorité compétente!

    S’il y a des lois tanzaniennes qui ont été violées, que le(s) délinquant(s) seul(s) en subisse(nt) les conséquences! Tout le monde est tenu de respecter les lois du pays qui l’accueille, qu’importe son statut (réel ou perçu) dans son pays d’origine.

    QUI TROMPE QUI?

    La seule victime dans tout cela est le gouvernement du Burundi.

    Se présenter à une invitation en espérant que tout va bien se passer pour que tout se passe bien après, ce n’est pas du tout un crime!

    Mais se présenter avec un dessein de faire mal paraître l’autre pour que tout se passe mal pour lui et par conséquent en tirer un avantage, ce n’est pas une recherche d’une solution, mais une recherche de problème(s)!

    Être préparé à toute évntualité n’est pas un problème en soi, mais une bonne préparation. On accusera le gouvernement de ce qu’on veut, mais de là à l’accuser d’une mauvaise volonté, je n’y mords pas!

    La mauvaise volonté se trouve de l’autre côté avec ses méthodes peu ortodoxe de provoquer de la controverseo.

    À MALIN PLUS MALIN!

  14. nduwimana pierre-claver

    ariko abo ba dd bifuza iki nukuri?kwagiriza umuntu ngo il a participe au coup d’etat du 13 /5/2015, aho bokwerekana ivyagiriji kop cnared yari muriyo coups d’etat?ko abo ba armel bari muriyo?kubwira abanyagihugu ngo nimwiyamirize uguhonanga amabwirizwa shingiro, bisigura gufata inkoho?nuko gusa bavuga nguhagarikiwe ningwe aravoma, mugabo ntibazokwama bamushigikiye ivyo bamuronderasko bimuheranye. mujeri ariko, sinzi yuko muravyihweza neza, mujeri numucangero. naho bavuga yuko yavukiye ingozi, ategerezwa kuba aruwo kwa kagame. ntivyumvikana ko umuntu yitwa umurundi yifuriza ineza yabarundi ashobora gusivya igihugu gushikaho kigeze ubu akamara abantui nkuko umengo nibikoko.igihugu yakligize iyondoyondo gushikaho kigeze ubu. nimuze tumwiyamirize itaragitabagura kuko ikintu citwa vision coco ntumubwire.

  15. Salmia Irikungoma

    Ivyo i Burundi biracuritse. Abiyamirije izimanganywa ry’amategeko ngendegwako y’i ARUSHA n’Ibwirizwa nshingiro ry’Uburundi n’abarundi bose, nibo bogufatwa bagahanwa n’isi yose, abirirwa barahekura uburundi, babatoteza, kandi bari bajejwe umutekano w’abarundi bose, nibo bagenda barivuga amazina, bihayagiza aho baciye hose, bacira imanza abo bazi yuko batiyumvira nkabo, kuko batoshobora gushigikira ihonyangwa ry’agateka k’umurundi wese !!!! Mbe none twizere yuko ARUSHA II, abarundi twoba duserukiwe n’intwari, zizokwibuka amabi amaze gukorerwa abarundi kuva 1965-2016, babona kure, bazovugira kazoza keza k’abarundi bose. Indyane ziveho twogorore, Uburundi nabwo bwiyumvire iterambere nk’ibindi bihugu.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Un châtiment qui ne s’explique pas

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Un châtiment qui ne s’explique pas

Certains directeurs des écoles s’apprêteraient à « châtier » les lycéens coupables d’avoir déchiré leurs uniformes pour célébrer leur  joie de sortir du secondaire et d’accéder à l’enseignement supérieur. Iwacu et de nombreux lecteurs  se sont exprimés là-dessous. Parents, éducateurs, syndicalistes, autorités (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 227 users online